Zones vulnérablesLa réforme de la réglementation « nitrates » sera applicable au 1er septembre 2012 (Mis à jour le 22/12)

| par | Terre-net Média

Après avoir lancé, en octobre 2011, la réforme de l'application de la directive nitrates, les ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie en précisent le contenu par la publication de deux arrêtés au Journal Officiel du 21 décembre 2011. L'extension des périodes d'interdiction d'épandage et le nouveau calcul qui relèvera de 20 % en moyenne la quantité d'azote émise par les vaches laitières, entreront en vigueur au 1er septembre 2012. Le contenu des programmes d'actions régionaux fait l'objet d'une consultation jusqu'au 14 janvier 2012.

sldkfj
La réforme de l'application de la directive nitrates sera plus
contraignante et pourrait impacter de nombreux élevages
en zones vulnérables (© Terre-net Média)

Pour compléter le décret du 10 octobre 2011 modifiant l’architecture des programmes d’actions à mettre en ½uvre en zones vulnérables, les ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie poursuivent la refonte de l’application de la directive nitrates par deux arrêtés publiés au Journal Officiel du 21 décembre 2011.

Cette réforme de la réglementation nitrates vient en réponse à la mise en demeure, en novembre 2009, de la Commission européenne qui avait alors critiqué la cohérence territoriale des programmes d'actions français. Elle devra être appliquée au 1er septembre 2012.

L’arrêté du 21 décembre 2011 confirme d’abord l’extension des périodes d’interdiction d’épandage des fertilisants azotés. Le nouveau calendrier d’interdiction couvre tous les fertilisants épandus et toutes les cultures.

Relèvement de 20 % des émissions d’azote par les vaches laitières

Par ailleurs, la réforme modifie les normes d’épandage des effluents d’élevage. Le plafond de 170 kg d’azote apporté par hectare est maintenant calculé par rapport à l’ensemble de la Sau, comme dans tous les autres Etats membres, et non plus par rapport à la « surface potentielle d’épandage » qui était jusqu’à présent utilisée en France.

Si ce changement augmente potentiellement la surface sur laquelle pourront être épandus des effluents, il sera largement compensé par la modification du calcul des quantités d’azote émises par les vaches laitières.

En effet, la quantité d’azote épandable émise par une vache laitière était jusqu’à présent fixée à 85 kg. La réforme remplace cette norme unique par différentes valeurs qui seront fonction du niveau de production laitière par vache et du temps passé à l’extérieur des bâtiments.

drgfdg
Quantités d'azote émises par les vaches laitières (© Ministère de l'Agriculture)

Ce nouveau mode de calcul relèvera, en moyenne, les quantités émises par les vaches laitières de 20 %, selon le ministère de l’Agriculture. Il viendra surtout pénaliser les exploitations en système herbager qui n’auront pas les surfaces nécessaires pour épandre les nouvelles quantités calculées d’azote. Pour ces systèmes herbagers, une mesure transitoire est mise en place. Entre le 1er septembre 2012 et le 31 août, les élevages ayant plus de 75 % de surface en herbe dans la surface fourragère principale pourront appliquer une valeur de 95 kg d'azote/an/vache.

Cette mesure transitoire laissera le temps à la France de demander à la Commission européenne, une dérogation au plafond de 170 kg d’azote pouvant être épandu par an et par hectare.

Une analyse de sol annuelle obligatoire

Pour définir précisément, pour chaque parcelle, l’équilibre entre l’apport d’azote et les besoins des cultures, la réforme imposera aux éleveurs exploitant plus de 3 ha en zone vulnérable la réalisation, chaque année, d’une analyse de sol sur un îlot cultural au moins pour une des trois principales cultures exploitées en zone vulnérable.

Une bonne résolution pour 2012 ?

Depuis qu’il est arrivé rue de Varenne, Bruno Le Maire n’a eu de cesse de dénoncer la complexité de la réglementation agricole et de prôner la simplification. Or, cette simplification a toujours été un v½u pieux. Avec pas moins de quatre décrets et arrêtés, et sans compter les différentes circulaires qui seront publiées, la réforme française de l’application de la directive nitrates l’illustre bien.

D’où l’appel de Guy Vasseur, lors des dernières sessions des Chambres d’agriculture, à « débloquer NKM sur sa fougue à sortir de nouvelles réglementations ».

Aussi peut-on encore espérer une bonne résolution pour 2012 de la part des ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie, qui seraient bien inspirés d’accorder leurs violons.

Ces analyses permettront de connaitre le reliquat azoté en sortie d'hiver, le taux de matière organique, ou encore l'azote total présent dans les horizons de sol cultivés. Elles alimenteront des réseaux de référence techniques et devront être tenues à disposition des services de contrôle.

Les conditions de l’équilibre entre l’apport d’azote et les besoins des cultures restent à définir par des groupes régionaux d’experts sur les nitrates. Ces groupes seront composés notamment d’experts des chambres d’Agriculture, des instituts techniques et des coopératives, de l’Agence de l’eau et des services déconcentrés de l’Etat.

La simplification du zonage à l’étude

Le décret du 10 octobre 2011 et les deux arrêtés du 21 décembre 2011 seront complétés par un troisième qui a été mis en consultation publique jusqu’au 14 janvier 2012. Ce texte précisera les actions renforcées qui seront mises en place par les préfets de région dans les zones les plus sensibles.

Ce texte permettra d’abord de simplifier le zonage existant en définissant un unique zonage qui remplacera les zones d’actions complémentaires et les zones en excédent structurel. Le nouveau zonage « tiendra compte des enjeux de préservation et de restauration de la qualité des eaux ».

Enfin, les actions renforcées dans ce nouveau zonage consisteront en des obligations quant à l’utilisation des engrais azotés dans les élevages et la transparence des flux d’azote.

 

A lire également:

Arrêté Algues vertes : « un cadeau de Noël empoisonné pour l'eau » selon Eau et Rivières de Bretagne

Arrêté Algues vertes : « contradiction totale » entre scientifiques et ministère

Environnement - Comme la Grèce, La France au pied du mur

Réforme de la directive nitrates - « La pression d’azote n’augmentera pas », selon le Gouvernement

En savoir plus:

Arrêté du 19 décembre 2011 relatif au programme d'actions national à mettre en ½uvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole

 

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article