Crise du porcLa presse plaide pour une harmonie européenne

| Afp

Paris, 12 août 2015 (AFP) - La presse plaide mercredi pour « une harmonie européenne » afin de sortir des crises à répétition dans l'élevage, comme celle que connaît de nouveau le porc depuis lundi.

« Il n'y aura pas de rétablissement durable de la rentabilité de la filière agroalimentaire française sans une meilleure harmonisation au niveau européen pour éviter de trop grandes distorsions sur les charges sociales ou les normes sanitaires », assène Guillaume Goubert, dans La Croix.

« L'absence (au niveau européen, ndlr) d'une véritable harmonisation entre les régimes sociaux et fiscaux produit des distorsions de concurrence », explique, dans le Journal de la Haute-Marne, Patrice Chabanet. Et donc, Jean Levallois (la Presse de la Manche) qui partage cet avis, demande : « un cadre et des règles communes pour que l'un des pays membres ne considère pas comme un exploit de couler ses partenaires. »

Matthieu Verrier, de la Voix du Nord, rappelle que « la concurrence étrangère, espagnole ou allemande, propose des prix inférieurs de près de 30 centimes » et assure même que « les acteurs sont conscients que les solutions sont à chercher au niveau européen ». Ces solutions « tiennent en deux mots, que revendiquent les éleveurs eux-mêmes : une "juste concurrence" avec leurs homologues européens », martèle Olivier Auguste, de L'Opinion.

En tout cas : « ce ne sont pas avec des prêts de trésorerie, des remboursements anticipés de Tva et des coups de semonce envers les mauvais élèves de la chaîne alimentaire qu'on va sauver la face », prévient Hervé Chabaud, de L'Union/L'Ardennais. Après une brève accalmie, le bras de fer a repris autour des prix de la viande, déclenché par le refus surprise des poids lourds de l'industrie du porc d'acheter les bêtes aux éleveurs au prix revalorisé mi-juin sous l'égide du gouvernement. Ils estiment que le prix convenu au sein de la filière de 1,40 euro/kilo est intenable pour les abattoirs, comparé au prix en Allemagne ou en Espagne. Ce prix vise à permettre aux éleveurs français de garder la tête hors de l'eau en couvrant leurs frais de production.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article