Réforme de la PacLa France veut un plafond de revenus pour bénéficier de la Pac

| AFP

La France défend l'idée, pour la prochaine politique agricole commune européenne, d'un plafond de revenus des agriculteurs pour bénéficier des aides afin de les concentrer notamment sur les paysans en transition, a déclaré la secrétaire d'État française aux affaires européennes, Amélie de Montchalin.

Tracteur et argentAmélie de Montchalin indique se battre pour que le budget de la Pac « soit à la même hauteur que ce qu'il était auparavant, pas pour faire la même chose mais bien pour accompagner les agriculteurs ». (©Raphael Koch/Fotolia) « On veut mettre un plafond pour que, au-dessus de 100 000 euros par an, on considère qu'ensuite, vous avez par vous-même des revenus, vous n'avez plus besoin de la solidarité de la politique agricole commune », a déclaré Amélie de Montchalin sur Europe 1. « En revanche, il faut soutenir les agriculteurs (...) si on leur demande de se transformer dans leur pratique agricole, dans le fait qu'il y ait moins de pesticides, dans le fait qu'on leur demande aussi de diversifier leur production pour être moins sensibles aux aléas climatiques », a ajouté la secrétaire d'État. Dans cette optique, elle a indiqué se « battre » afin que le budget de la Pac « soit à la même hauteur que ce qu'il était auparavant, pas pour faire la même chose mais bien pour accompagner les agriculteurs ». « Il est essentiel que l'agriculture se transforme, les agriculteurs le souhaitent mais ils ne vont pas se transformer sans argent », a insisté Amélie de Montchalin, qui a formulé deux pistes prioritaires, concernant la destination des fonds de la prochaine Pac, qui doit entrer en vigueur en 2021.

« On voudrait que 40 % du budget de la Pac soit un budget de transformation, notamment en lien avec l' environnement », a-t-elle expliqué, donnant l'exemple de la méthanisation. « C'est extrêmement bon pour l'environnement, c'est un vrai investissement pour les agriculteurs. Est-ce qu'aujourd'hui ils ont tous les moyens pour y arriver ? On n'est pas sûr », a-t-elle précisé. « On veut regarder la question de la constitution des filières », a ensuite détaillé Amélie de Montchalin : « On parle beaucoup de circuits courts, mais si les agriculteurs n'ont pas de filière pour transformer leurs produits, c'est un beau concept, mais ça ne marche pas », a-t-elle ajouté. Elle a enfin évoqué un « grand projet » de la banque européenne d'investissement pour améliorer l'attractivité de l'agriculture et susciter des installations de jeunes paysans, alors que « 50 % des agriculteurs dans toute l'Europe partiront à la retraite d'ici 2025 ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 13 RÉACTIONS


vik
Il y a 6 jours
Et pourquoi pas un plafond sur le capital , je comprend rien j'ai mis de la trésorerie pers pour pouvoir faire face et puis être encore là aujourd'hui j'ai encore des factures impayés , et ma comptable me dit il faut investir. Rien n'est mis en place par le gouvernement pour nous aider je veux un peu de r"pis
Répondre
petitbouchonquibrille
Il y a 8 jours
" Et défendre l'idée d'avoir des prix renumerateurs, elle y a pensée!! "

Elle ne peut pas ce n'est pas de son ressort et il faudrait changer les traités en particulier celui de la libre circulation des marchandises pour mettre en place une forme de protectionnisme basé en gros sur le modèle Suisse !
Répondre
Jett
Il y a 9 jours
Et défendre l'idée d'avoir des prix renumerateurs, elle y a pensée!!
Au lieu de se préoccuper du montant des aides de la pac.
Et ça serait le meilleur moyen de faire évoluer l'agriculture, car comment évoluer avec de faibles marges et un contexte plein d'incertitudes!
Les meilleurs solutions sont souvent les plus simples...mais malheureusement ça paraît tellement compliqué de vendre à un juste prix en agriculture.
Répondre
Très drole
Il y a 10 jours
C'est surtout que ça ne sert à rien, comme la SAFER, les gros arriveront toujours à contourner: installation de la femme, du fils, de la fille, du deuxième fils de la grand-mère du chien et du chat. Comme ça ils récupèrent tous les ha tranquillement et en plus ils ne dépassent jamais le revenu.
Répondre
SUBITO
Il y a 9 jours
Votre commentaire est navrant.
Répondre
Sanglier72
Il y a 8 jours
Votre raisonnement ne tient pas la route j ai autour de moi des amis agriculteur conventionnel qui cultive 2 ou 300 ha dont l épouse n est pas sur la ferme non plus car sinon pourrait pas partir en vacances donc chacun voit midi à sa porte
Répondre
Innocent
Il y a 10 jours
On fait tout pour pour encourager les paysans à travailler moins et pour cela on les gave de pognon! Je m explique : j ai rencontré un jeune issu de la ville ,enseignant qui en avait marre de Paris ( pourquoi pas) Il a décidé de faire du maraîchage bio. Toutes les aides vont lui être versées au maximum et comme je lui demandai comment il ferait pour vivre ( car son paradis est minuscule) il m a fait une adorable réponse : ma femme est prof! Donc voici l agriculture voulu par beaucoup de conseil généraux et régionaux
Ce message a été signalé 7 fois
Répondre
drd
Il y a 11 jours
Une mesure qui risque d'encourager à la médiocrité.
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre
Maxens
Il y a 11 jours
Sans compter que pour investir, il faut gagner de l argent, ....surtout vu le prix des marériel....si ils veulent tuer l agriculture francaise....ils sont sur la bonne voie, continuons
Ce message a été signalé 4 fois
Répondre
Maxens
Il y a 11 jours
L ecole de l ambition....pauvre france, vous avez 100 hectares, vous travaillez 2 fois plus que celui qui en a 50, mais vous ne gagnerez pas plus car il aura plus de primes, mais en plus il pourra travaillez a l exterieur, car il aura le temps pour le faire et ces revenus là ne seront pas pris en compte....pauvre france...quel c.. dans ces ministère
Ce message a été signalé 3 fois
Répondre