Elections Chambres d'agriculture 2013La fracture éleveurs-céréaliers au grand jour

| par Arnaud Carpon | Terre-net Média

Si le nouveau paysage syndical agricole reste sensiblement le même qu'en 2007, les élections Chambres d'agriculture 2013 révèlent des chiffres qui illustrent bien la fracture désormais bien établie entre les céréaliers et les éleveurs, alimentée par un bilan de santé de la Pac inefficace et par la flambée des prix des matières premières agricoles avec ses conséquences positives pour les uns, négatives pour les autres.

syndicats agricoles
Si les chiffres nationaux des élections Chambres d'agriculture 2013 ne révèlent pas de profond changement,
la fracture entre céréaliers et éleveurs, elle, est désormais bien établie. (© Terre-net Média)
A première vue, le paysage syndical agricole n’a guère changé suite aux élections Chambres d’agriculture 2013. A quelques dixièmes près, le duo Fnsea-JA a obtenu 55,57 % (1) des voix, listes dissidentes et listes "individuelles" de l’Aude comprises. Un score qui s’approche finalement des 56,63 % dont il avait été crédité en 2007.

Depuis longtemps, la Coordination rurale se revendiquait deuxième force syndicale devant la Confédération paysanne. Mais ce n’est que le 6 février dernier que le syndicat de Bernard Lannes a officiellement gagné cette place : créditée de 21,12 %, soit 2,4 points de plus qu’en 2007, la CR passe devant la CP qui, avec 19,74 %, progresse aussi, mais beaucoup moins que son concurrent minoritaire.

Pour le Modef, en revanche, le coup est rude ! En six ans, le mouvement progressiste a perdu plus de la moitié de son électorat, quand les autres syndicats n’en ont perdu qu’un quart. Crédité de seulement 2,04 % contre 2,86 % en 2007, le Modef peut légitimement s’interroger sur sa survie, même si la motivation de son président Jean Mouzat, logiquement déçu, ne semble pas atteinte.

Le syndicalisme majoritaire a perdu beaucoup d'éleveurs

Reste que derrière ces résultats nationaux en apparence semblables à 2007, les chiffres par département en disent beaucoup plus sur la fracture manifeste du monde paysan entre, d’un côté, les producteurs de grandes cultures qui peuvent profiter du niveau élevé des prix des matières premières agricoles et, de l’autre, les éleveurs qui subissent de plein fouet la hausse des coûts de l’alimentation de leurs troupeaux.

Cette fracture est indéniablement constatée dans les résultats du duo Fnsea-JA. Le syndicalisme majoritaire a en effet perdu beaucoup plus de sympathisants éleveurs que de partisans céréaliers.

Dans le grand bassin laitier de l’ouest notamment, les listes Fnsea-JA ont perdu 10 points dans le Finistère, 9 points en Ille-et-Vilaine, près de 6 points dans le Morbihan, et même 12 points dans la Manche. Elles n'obtiennent plus la majorité absolue dans des départements d’élevage, comme l’Orne, le Maine-et-Loire, le Morbihan.

La Fnsea a aussi perdu des électeurs dans les départements d’élevage du centre de la France où le bilan de santé de la Pac a été inefficace pour préserver les revenus des producteurs de la hausse des intrants! En Haute-Loire, le syndicat perd 4 points, dans l’Allier, il dégringole de 26 points ! Sans compter le Puy-de-Dôme, où les divisions en son sein lui ont fait perdre la Chambre au profit de la CR et la CP réunies.

A l’inverse, les céréaliers, qui ont bénéficié en 2012 d’une hausse confortable de leurs revenus, n’ont pas eu de raisons de se détourner du syndicat en place dans leur département. Dans la Marne, Fnsea-JA, qui bénéficiait déjà d’un peu plus de 79 % des suffrages, réussit à améliorer son score de 1,5 point. Idem dans l’Aube où le syndicat passe de 71,1 à 75,6 %, et l’Aisne (+ 6 points).

Pas de grande victoire pour la CR

Dans la plupart des départements où le syndicalisme majoritaire a perdu des troupes, c’est la Coordination rurale qui en profite. Dans l’ouest, où la grève du lait en 2009 était bien suivie, le syndicat de Bernard Lannes progresse sensiblement. Il a ainsi capté les 10 points perdus par le duo Fdsea-JA du Finistère, et gagne 8 points dans le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine.

Si la CR s’est affichée très satisfaite d’avoir percé dans l’ouest et d’avoir gagné la Charente, ses résultats ne peuvent constituer une grande victoire : le syndicat n’a pas réussi à gagner, loin de là, « la quinzaine de départements » qu’il convoitait.

Quant à la Confédération paysanne, en l’absence d’objectifs précis, si ce n’est celui de réaliser un meilleur score qu’en 2007, les responsables nationaux ne pouvaient afficher, eux aussi, que leur satisfaction. En faisant campagne autour d’un programme pas seulement agricole, mais « de société », le syndicat de Philippe Collin n’a pas réussi à capter massivement de nouveaux sympathisants chez les agriculteurs.

 

Pour en savoir plus, consultez :

la carte interactive avec les résultats par département

- la fiche récapitulative des résultats et des réactions des leaders syndicaux

 


N.B : (1)Chiffres officiels

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article