Statut et bien-être animalLa Fnsea en campagne contre la « désinformation » des « anti-élevage »

| par | Terre-net Média

En colère contre la désinformation médiatisée de certaines associations de protection des animaux, relayée par les « shows médiatiques » de personnalités, la Fnsea veut promouvoir les actions de la profession en faveur du bien-être animal.

Salers au préLe code civil qualifiera prochainement les animaux "d'êtres dotés de sensibilité", à l'instar du code rural et du code pénal. (©Terre-net Média)« Imaginez qu’un voisin porte plainte contre vous pour maltraitance parce qu’il a entendu votre troupeau beugler fort et longtemps quand il passait devant votre bâtiment et qu’il a considéré que vos animaux n’étaient pas bien. » Voilà ce à quoi les éleveurs vont échapper de justesse, selon Xavier Beulin, le président de la Fnsea.

Le syndicat avait convié la presse, mercredi 29 octobre 2014, pour promouvoir la campagne de sensibilisation qu’il compte mener auprès des élus sur l’ensemble des actions mises en œuvre par les filières agricoles – bovins lait et viande, porcs, volailles, chevaux, etc… - en matière de bien-être animal.

Ce que craignent les éleveurs de la Fnsea, ce sont les termes du projet de loi de modernisation et de simplification du droit, en débat à l’Assemblée nationale et au Sénat depuis bientôt un an, qui modifient la définition de l’animal dans le code civil. Les députés avaient voté, au printemps dernier, sous l’impulsion du socialiste Jean Glavany, un amendement précisant que les animaux sont « des êtres vivants dotés de sensibilité », laissant entrevoir un troisième statut entre la « personne » et le « bien meuble ou immeuble ». Si la sensibilité des animaux est d’ores-et-déjà reconnue dans le code rural et le code pénal, le code civil ne les considère, pour l’heure, que comme des « biens meubles ou immeubles ».

En retirant la notion de « bien meuble ou immeuble » à ce statut, c’est toute la question du bien-être animal qui est en jeu. Et bien plus encore selon la Fnsea.  « La pratique même de l’élevage d’animaux en vue de l’alimentation humaine serait purement remise en question », explique-t-on.

Après un désaccord en commission paritaire mixte – pour d’autres sujets – le texte de loi revient en débat ce jeudi 30 octobre 2014. Il devrait mentionner, sur cette question précise du statut de l’animal, que les animaux sont « des êtres vivants dotés de sensibilité. Ils sont soumis au régime des biens. » Concrètement, rien ne devrait changer à court terme sur le statut à envisager pour les animaux d’élevage. Mais cette nouvelle définition est plus insidieuse que la précédente, à savoir : « les animaux sont des biens meubles ».

« La nouvelle définition sera davantage source d’interprétations », craint Christiane Lambert, vice-présidente de la Fnsea.

La « désinformation » des lobbies anti-viande et anti-élevage

Les responsables de la Fnsea sont surtout en colère contre la diabolisation de l’élevage français, à grands coups de « shows médiatiques » vantant le végétarisme orchestrés par des associations anti-viande et antispéciste. Une diabolisation relayée ces dernières semaines par des livres de personnalités, dont ceux du moine bouddhiste Matthieu Ricard et du journaliste Franz-Olivier Giesbert.

« Les détracteurs à la pratique de l’élevage et à la consommation de viande souhaitaient modifier le statut de l’animal. Mais n’y parvenant pas, ils font désormais du militantisme émotionnel, quitte à désinformer, pour démontrer qu’il faut changer ce statut », s’emporte Xavier Beulin. Le bien-être de l’éleveur, ils s’en foutent complètement. »

« Je suis un peu en colère car on ne peut pas généraliser des systèmes d’élevage qui ne sont même pas les nôtres ». La Fnsea entend dénoncer l’usage d’images d’élevages par les associations de protection des animaux. Images récupérées dans d'autres pays pour dénoncer les pratiques françaises. « Nous n’élevons pas nos bovins dans des feedlots » argumente Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal. Avec lui, des éleveurs de canards, de porcs, de chevaux, et un producteur d’œufs veulent rappeler que « pour être de bonne qualité, les animaux doivent être en bonne santé ».

Dans les prochaines semaines, la Fnsea devrait promouvoir son « recueil des actions » en faveur du bien-être animal, filière par filière, et surtout investir la sphère des réseaux sociaux sur ce sujet. « Très investis par les environnementalistes et associations de protection des animaux, les réseaux sociaux sont devenus des communautés d’opinions très influentes. »

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 23 RÉACTIONS


Ewok (2/2)
Il y a 1961 jours
Après on dira que le juste milieu, c'est "chacun fait ce qu'il veut". Sauf que non. Vous pensez qu'il s'agit uniquement de lobbies anti-viande, mais la plupart des végétariens n'ont pas que cet argument du bien-être animal. Le plus important est selon moi un constat simple : notre incapacité à nourrir une population et avoir recours à l'importation. Pourtant des champs, on en a en France. Et si les terres agricoles servaient à la production végétale plutôt qu'animale, on éviterait de nombreux problèmes liés à la consommation d'eau et l'impact écologique en général.

Alors qu'il y ait une petite activité d'élevage, je ne suis pas contre. Mais il va falloir que l'activité agricole change ! Je dois avouer que je suis bien las de constater qu'aucune variable écologique n'entre en jeu dès qu'on parle de problèmes économiques, d'autant plus quand ceux-ci concernent directement le sol sur lequel nous vivons.
Répondre
Ewok
Il y a 1961 jours
Je peux comprendre que les (BONS) éleveurs soient indignés du fait qu'on les prenne pour des malades sanguinaires, ce qui je l'espère, n'est le cas que pour une minorité ou les industriels.

Pourtant, je dois dire que là je ne comprends pas en quoi ce changement de statut des bêtes en tant "qu'êtres vivant dotés de sensibilité" les révoltent. Selon vous, bons éleveurs internautes, une vache ne doit être réduite qu'à un "bien meuble" ? Il y a une vraie incohérence dans vos propos. Ou alors cela vous effraie parce qu'on pourrait interpréter votre activité comme étant une forme de barbarie ? Et bien au risque de vous décevoir, c'est ce que pensent certaines personnes, et je ne pense pas qu'un statut juridique y change quelque chose. Pour ma part, je ne pourrais jamais tuer une vache de sang froid, même affamé je préfèrerais amplement la cueillette et je crois sincèrement que beaucoup sont de mon avis sur ce point.

Par ailleurs, cet article est très subjectif et engagé et selon moi c'est un comble de parler de lobby anti-viande alors même qu'il existe des lobbies pro-viande bien plus puissants !
Répondre
Seb
Il y a 2209 jours
@l'outil

"Je rêve!....encore un blaireau qui se la joue avec la maltraitance des ragondins !!...aussi nuisibles que lui!!!!"

Et celui qui ne fait pas de différence entre régulation des nuisibles et sadisme gratuit, c'est quoi? un abruti? un consanguin ?

Des organismes sont chargés de réguler les populations d'animaux nuisibles.
Là on a des boeufs qui, lors d'une manifestation, maltraitent et tuent gratuitement et avec sadisme des ragondins.
Ce n'est pas de la régulation.
C'est de la sauvagerie.
Aucune trace d'intelligence. Ils se tirent une balle dans le pied en communication. Autant par l'image que par le son ( argumentation zéro et discours risible ).

Des nuisibles embrigadés qui participent par plaisir et non par réelle conviction, voilà ce qu'ils semblent être.

Présent pour le gout du sang et non pour des revendications qu'ils ne connaissent même pas....
"(...) moi je parle pas aux micros (...)"
Edifiant. Cro-magnon et sa massue.
Répondre
David Olivier
Il y a 2217 jours
Ce sont les mêmes qu'on voit dans la vidéo donner des coups de pieds à des ragondins, voire être fiers de les avoir écrasés avec leurs tracteurs, à qui il faudrait faire confiance les yeux fermés concernant le bien-être de leurs animaux. Ce serait hilarant si ce n'était pas sinistre.
On n'a aucune raison de faire confiance les yeux fermés à qui que ce soit concernant la qualité de vie des animaux. La seule solution réaliste est l'abolition de l'élevage.
Répondre
Jacques
Il y a 2217 jours
Fnsea et bien-être animal. https://www.youtube.com/watch?v=GW970CThVbM
Répondre
L'outil
Il y a 2218 jours
Au secours,les bobos envahissent une nouvelle foi la toile!!! �?coutes MAMi,que tu fumes tes petards a minuit, et que derrière,tu délires dans tes amalgames fumeux,.....ça nous bombe!!!!!!Vous usez de prétextes pour développer des théories de citadins qui jugent sans connaître le premier mot de la réalité paysanne!!....y en a marre!!!...est ce que je te condamnes quand tu passes ton York à la douche parce qu'il pue?...et ta chatte barricadée dans ton appart, elle dit quoi?...
Répondre
Vicky-Bolduc
Il y a 2218 jours
Ile st clair qu'il y a des éleveurs respectueux de leurs animaux. qui laissent leur vache au pré, avec le taureau et les veaux. Mais il y a aussi les élevages intensifs, notamment de cochons qui sont absolument inhumains, surtout au XXIè siècle...et que dire des élevages de poules en batteries, des canards et oies gavés pour le foie gras (dit en passant malade...beurk...jamais "bouffé" de cette "cochonnerie" même si française...) pire qu'au Moyen Age !!! Il y a aussi des élevages de vaches intensifs avec des bêtes qui ne sortent jamais et sont confinées..de quoi devenir dingues...et à qui on enlève les veaux pour que nous humains buvions leur lait...Le lait de vache ne convient pas aux humains ni aux autres espèces, et ne convient pas aux adultes...Nombre de personnes soucieuses de leur santé ne boivent jamais de lait, même dans leur thé ou leur café. Et que dire des �?ufs ? lorsqu'on sait qu'on tue les poussins mâles !!! je les achète chez des particuliers qui ont leurs poules...Bien se nourrir , OUI, mais pas au prix de souffrance animale...Quant au mode "d'abattage" ...du hallal ! pour faire moins cher ! la honte de notre pays. Il faut distinguer les petits éleveurs respectueux de leurs animaux des grands élevages usines...qui ne pensent qu'à s'enrichir pour le profit...foutu fric encaissé sur le dos de vies de souffrance..un animal n'est pas un objet mais un être sensible...IL faudrait étiqueter le mode d'élevage et d'abattage...personnellement, je suis végétarienne...Les animaux, c'est dans la nature que je les aime, pas dans mon assiette...je ne sus pas anthropophage...horreur de manger de la chair...depuis toute petite...
Répondre
vik
Il y a 2220 jours
dans la charte il faudrait metre la danse des vl moi agricultrice 60vl mes vl vont en pature au printemp elles dansent pas les 1000 vl
Répondre
l'outil
Il y a 2223 jours
Censure téléguidée par qui?????....
Répondre
l'outil
Il y a 2223 jours
Votre désarroi est compréhensible! Je suis de la région EST,et la question du bien être animal,....LEQUEL?....se vit aussi douloureusement,n'en déplaise à F�?RUS!!!et tous ces utopistes!!!!........le bien être,terme galvaudé par les BOBOS,vaut -il si peu à l'égard des eleveurs?!...condamnés,humiliés face à une minorité qui impose sa vision,sans accepter de considérer que l'éleveur,a droit à son bien être,au bénéfice d'une idéologie d'un autre temps! Le débat est immense,faisons la part des choses,évitons les règlements de compte syndicaux,,,raisonnons pour une cause fondamentale dont les conséquences risquent de nous être insupportables!!!!lEUROPE,n'est pas innocente dans tout ce débat,trop exposé aux amalgames,et aux théories fumeuses!!restons dignes et fiers de notre si beau métier!!!TOUS. Ensembles!!!
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre