Viande bovineLa FNB dénonce le non-respect des engagements « c½ur de gamme » par Leclerc

| par | Terre-net Média

Dénonçant le non-respect, par les enseignes Leclerc, des engagements « C½ur de gamme », les éleveurs de la FNB ont manifesté mercredi 17 mai 2017 devant des magasins de l'enseigne.

Action d'éleveurs devant un magasin Leclerc du Kremlin-Bicêtre, en banlieue parisienne, mercredi 17 mai 2017.Action d'éleveurs devant un magasin Leclerc du Kremlin-Bicêtre, en banlieue parisienne, mercredi 17 mai 2017. (©JeunesAgri)

Plus d’un an après la mise en place de sa stratégie de valorisation du « cœur de gamme », la FNB a ciblé, mercredi 17 mai 2017, les enseignes Leclerc accusées par le syndicat de ne pas respecter ses engagements.

Depuis la date de signature de son engagement le 13 septembre 2016, « l’enseigne Leclerc n’a pas développé cette démarche qui devait marquer de nouvelles relations commerciales entre les producteurs de viande bovine et la distribution. Elle n’a donc pas honoré ses engagements », fustige le syndicat.

Plusieurs magasins Leclerc ont ainsi été ciblés par des actions syndicales d’éleveurs ce mercredi 17 mai 2017.

Pour la FNB, « la segmentation du marché de la viande bovine est indispensable pour rendre l’offre qualité/prix plus lisible par le consommateur. C’est dans cette logique que la FNB a défini les caractéristiques techniques de viande de bœuf constituant le cœur de gamme du marché. Elle a proposé aux enseignes de développer ce cœur de gamme et de pratiquer des prix permettant de couvrir les coûts de production. »

Entre le 1er juin 2016 et le 19 janvier 2017, les principales enseignes de la distribution ont tour à tour signé un accord avec la FNB : Système U le 1er juin 2016, suivi de Carrefour le 7 septembre, Leclerc le 13 septembre, Intermarché le 28 septembre, Lidl le 18 octobre, Casino le 23 novembre et enfin Auchan le 19 janvier.

Dans les rayons, « Eleveur & Engagé » est la « signature de communication de la démarche Coeur de gamme ». « Elle atteste de relations commerciales responsables. » La FNB estime ainsi que 4 000 carcasses sont valorisées dans cette démarche chaque mois.

« Des d’initiatives locales de magasins Leclerc en lien avec des producteurs de viande ont pu être enregistrées. Elles ne peuvent, en aucun cas, être considérées comme la preuve de la mise en œuvre nationale de l’engagement de l’enseigne Leclerc. Les consommateurs doivent savoir que l’enseigne Leclerc a pris des engagements qu’elle ne met pas en œuvre », insiste le syndicat.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Patrick
Il y a 98 jours
Il ne faut pas faire confiance à Leclerc, il ne fait que de la séduction, communication il se donne une image mais son système détruit l'économie Française et les emploi, un emploi crée dans cette enseigne et c'en est plus de 10 qui sont supprimés chez ses fournisseurs
Répondre