Viande bovineLes transformateurs s'engagent pour une hausse des prix dès la semaine prochaine

| par | Terre-net Média

Le mercredi 17 juin, la filière s'est accordée pour rehausser les prix de la viande bovine payés aux éleveurs. Transparence des prix de vente de carcasse, aides financières, utilisation du logo « viande bovine française », structuration de l'exportation,... La table ronde a permis de fixer une feuille de route à court et moyen termes pour sortir les éleveurs bovins de la crise.

Stéphane Le Foll sollicite les acteurs de la filière pour faire preuve de davantage de transparence dans la fixation des prix des carcasses. Stéphane Le Foll demande aux acteurs de la filière de faire preuve de transparence dans la fixation des prix des carcasses. (©Terre-net média)

Stéphane Le Foll a réuni le 17 juin tous les acteurs de la filière viande bovine. Il a demandé aux distributeurs et transformateurs de faire en sorte que les prix de vente de la viande permettent aux éleveurs d’être rémunérés correctement. Tous ont confirmé leur engagement pour une remontée progressive des cours des bovins. Celle-ci devrait débuter cette semaine avec une hausse du prix des achats d’animaux. 

Coop de France confirme : « nous répercuterons directement les hausses de prix à nos éleveurs »

Au cours de cette table ronde, Coop de France a confirmé son engagement à répercuter intégralement aux éleveurs les hausses de prix pratiquées par la grande distribution et la restauration hors domicile. Le syndicat a demandé à ses adhérents d’intégrer dans leurs contrats la revalorisation immédiate des prix d’achat dès cette semaine. Coop de France souhaite également que ces hausses soient répercutées sur toutes les viandes (y compris la viande hachée).

Cette table ronde a aussi permis de fixer une feuille de route à la fois pour répondre aux urgences de court terme et pour pérenniser les élevages français. Parmi les idées retenues, le doublement de l’enveloppe Msa. Le 12 mai dernier, le ministre de l’Agriculture avait promis une aide de 3,5 millions d’euros, dans le but d’aider les éleveurs dans leur prise en charge des cotisations sociales, celle-ci s’élèverait donc à ce jour à 7 millions d’euros. Les éleveurs pourront également bénéficier d’exonérations sur la taxe sur le foncier non bâti et un fond d’allègement des charges à hauteur de 2 millions d’euros.

un indicateur relatif aux steaks hachés

Dans la continuité, Stéphane Le Foll demande aux acteurs de la filière de faire preuve de transparence dans la fixation des prix des carcasses. Il propose donc de mettre en place un indicateur relatif au steak haché. Celui-ci représente une part majeure de la valorisation des viandes bovines. Le ministre a également demandé à l’interprofession de s’exprimer rapidement à propos des systèmes de promotions que proposent actuellement les distributeurs.

L'amélioration de la qualité de la viande bovine doit couplée avec l'utilisation du logo L'amélioration de la qualité de la viande
bovine doit se coupler avec
l'utilisation du logo
"viande bovine française" (©Interbev)

Les travaux que mène l’interprofession pour améliorer la qualité de viande bovine doivent, selon le ministre, être couplés avec la généralisation de l’utilisation du logo « viande bovine française ». Pour lui, « ce label doit être utilisé sur tous les produits répondant au cahier des charges, y compris ceux transformés ».

Stéphane Le Foll s’est aussi engagé à accroître l’approvisionnement des restaurations collectives en produits locaux, avec notamment l’approvisionnement des armées en viandes françaises.

L’export de viandes bovines françaises représente un débouché majeur pour la filière, et le ministre souhaite optimiser son organisation afin de saisir les meilleures opportunités commerciales.

Pour le Sniv, « Préparer l’avenir ne se fera pas en bloquant les outils industriels »

Le syndicat national de l’industrie de la viande présent à la table ronde du 17 juin, estime que « cette nouvelle crise dans le secteur de la viande bovine est avant tout une crise du déséquilibre offre-demande des vaches de réforme allaitantes ». Depuis plusieurs années, le syndicat appelle la filière bovine à améliorer l’adéquation offre-demande pour redonner la compétitivité qui manque à la filière. Compte tenu de la situation des éleveurs, les industriels seront attentifs aux engagements de la grande distribution pour la revalorisation des prix aux producteurs. « L’urgence de la situation doit maintenant nous conduire à engager des réformes de fond, chacun dans son métier et chacun face à ses responsabilités », ajoute le Sniv.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article