Blocages de coopératives laitièresLa Confédération paysanne demande une interdiction de vente à perte

| par | Terre-net Média

Dans un communiqué, la Confédération paysanne apporte son soutien aux producteurs de lait venus bloquer plusieurs laiteries coopératives du Grand Ouest. Le syndicat demande à ce que « l'achat du lait en dessous de son prix de revient soit interdit ».

« L’exceptionnel devient une habitude, se désole le syndicat dans un communiqué. En plus de devoir abattre un travail toujours croissant sur leurs fermes, les paysans doivent également manifester contre leurs coopératives pour obtenir des prix décents. En ce sens, la Confédération paysanne soutient les éleveuses et les éleveurs de l'Ouest en lutte pour une réévaluation du prix du lait. Cette lutte concerne tous les éleveurs européens, qu'ils soient coopérateurs ou collectés par des privés. »

Pour la Confédération paysanne, le constat est simple : « Depuis la mise en place de la contractualisation individuelle et de la fin des quotas, toute tentative de négociation durable sur le prix du lait est dans l'impasse. » « Le pouvoir politique doit donc assumer son rôle d'arbitre, c'est ce que la Confédération paysanne a porté auprès de la conseillère agricole de l’Élysée, Audrey Bourolleau, hier soir. Pour cela l'Observatoire de la formation du prix et des marges doit sortir de son mutisme. L'achat du prix du lait en dessous de son prix de revient doit être interdit. »

La Confédération paysanne réitère ses demandes d'un travail au niveau européen pour une régulation de la production. C'est dans cet esprit que nous nous sommes rendus aujourd’hui à la conférence annuelle de l'EMB. Il ne faut en effet pas compter sur la Copa-Cogeca (dont fait partie la FNSEA), qui unit la chèvre et le chou, les producteurs et les grosses coopératives, pour demander la régulation européenne. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article