Haute valeur environnementaleLa Conf' dénonce un dévoiement du cahier des charges HVE

| par | Terre-net Média

Destiné à accompagner les exploitations agricoles dans la transition agricole, le label HVE (Haute valeur environnementale) a le vent en poupe auprès des pouvoirs publics qui lui allouent de plus en plus de soutien financier. Alors que l'Assemblée nationale a adopté dans le PLF un amendement instaurant un crédit d'impôt HVE, la Confédération paysanne alerte sur « la tromperie » que représente ce label qui n'est « pas un gage de changement de pratiques ».

La Confédération paysanne dénonce les incohérences de la certification HVE et appelle à retirer l'amendement instaurant un crédit d'impôt HVE dans le PLF 2021La Confédération paysanne dénonce les incohérences de la certification HVE et appelle à retirer l'amendement instaurant un crédit d'impôt HVE dans le PLF 2021 (©Terre-net Média)

Alors que le nombre d’exploitations HVE progresse, les pouvoirs publics sont de plus en plus enclins à adosser des aides à cette certification qui doit permettre aux agriculteurs de progresser vers des pratiques agro-écologiques plus respectueuses de l’environnement.

Ainsi, la future Pac pourrait intégrer la HVE de niveau 3 comme un critère pour toucher les écorégimes, nouvelle version du paiement vert. Pour la Confédération paysanne, qui a tenu le 2 décembre une conférence de presse commune avec le Synabio, la FNE et Agir pour l’environnement, la HVE n’est plus qu’une « haute valeur d’enfumage », car elle ne permet pas aux agriculteurs d’amorcer des transitions.

Un cahier des charges incohérent

La certification HVE repose sur trois niveaux : le niveau 1 (respect de la réglementation en vigueur), niveau 2 (obligation de moyens et non de résultats), et le niveau 3, qui présente deux options. L’option A est basée sur un cahier des charges « qui pose problème », estime la Confédération paysanne, puisqu’il permet aux exploitations d’être certifiées « même si même elles utilisent des produits cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) ». Ainsi, « un arboriculteur peut continuer à utiliser autant de traitements chimiques qu’il le souhaite, mais reprendre l’élevage de son voisin,  avec des prairies, et obtenir des points car ces prairies ne sont pas traitées », explique Claire Garrot, membre de la Confédération paysanne.

Quant à l’option B de la HVE 3, elle s’avère « ridicule », pour le syndicat, puisqu’elle est basée sur le ratio du coût des intrants par rapport au chiffre d’affaires (autour de 30 %). Les productions à forte valeur ajoutée, comme la viticulture, ont ainsi un chiffre d’affaires important qui leur permet d’utiliser les intrants sans changer leurs pratiques. « Avec le cahier des charges actuelles, des agriculteurs dont les pratiques sont assez éloignées du respect de l’environnement peuvent obtenir la certification sans rien changer », regrette Claire Garrot.

Supprimer l’amendement instaurant le crédit d’impôt HVE dans le PLF

Lors de son examen du Projet de loi de finances pour 2021, l’Assemblée nationale a introduit un amendement créant un crédit d’impôt pour la HVE 3, avec une enveloppe de 76 millions d’euros. La Conf’ appelle donc les sénateurs, qui doivent examiner le PLF dans les jours qui viennent, à retirer cet amendement.

« La HVE ne fournira pas un revenu plus juste aux paysans, or on ne peut pas avancer avec l'environnement sans avancées sociales », et sans avoir des paysans suffisamment nombreux sur le territoire, regrette Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, qui préférerait utiliser l’enveloppe de 76 M€ pour accompagner concrètement les exploitations dans leur évolution vers des pratiques plus durables. Or en l’état, la HVE ne reste pour la Conf’ qu’un « label de greenwashing », trompeur aussi pour les consommateurs.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 21 RÉACTIONS


Schumi79
Il y a 45 jours
Si seulement, il n'y avait plus de syndicats dans l'agriculture ! Elle se porterait que mieux !
Répondre
titian
Il y a 47 jours
Encore une fois la conf se trompe de combat en n'allant pas au fond des choses : l'agriculture crève de la propension bien française pour le techno administratif.
Mais bon comment leurs en vouloir, la vache à lait du syndicalisme a toujours été les "cahiers des charges".
Répondre
gus
Il y a 44 jours
"faut arrêter avec le cuivre" ...Oui , faut arrêter d'en passer ! En viti bio, ça bombarde au cuivre toute la saison , en conventionnel c'est en toute fin de saison , et encore....Il est mentionné dans toute la litterature qui traite de la pollution des sols que ce sont ceux des régions viticoles qui sont les plus pourris , parce que plus de cent ans d'utilisation de 'l'agent bleu"...Quant au bicarbonate, je sais que c'est très efficace dans les chiottes associé à la balayette , mais pour la vigne ... Ce n'est pas nouveau , certains s'y sont essayés il y a déjà bien longtemps avec " l'insuccès" que l'on connait .Si ce produit si peu cher était efficace , vous pouvez comprendre que la problématique mildiou ne serait plus qu'un lointain souvenir en agriculture !
Répondre
pourquoi le cuivre
Il y a 45 jours
"pollution au métaux lourds (cuivre)" bio ou conventionnel utilise le cuivre c'est bidon cs'targument faut arrêter avec le cuivre, c'est un soucis majeur en viti peut importe le type d'agriculture et pour info beaucoup s'orientent vers le bicarbonnate en remplacement
0
Répondre
PàgraT
Il y a 46 jours
Effectivement Romain, mais du bio sur sols en pente, sans élevage, et faux semis, herse étrille à répétition, c'est quand même de loin le summum !
Répondre
Romain95
Il y a 46 jours
D'accord mais l'érosion par un travail excessif du sol ne touche pas que les bio...
Répondre
PàgraT
Il y a 47 jours
La bio n'est pas toute exemplaire, loin s'en faut ! érosion,sulfate de cuivre, huile de neem,....
Répondre
Bzh
Il y a 47 jours
La bio HVE il fallait oser. Emprunte carbone catastrophique pollution au métaux lourds (cuivre) aucun suivi du pilotage azoté par les piques de minéralisation du a un excé d'effuent organique et oxydation de m.o par un travail du sol execive qui apporte érosion perte des argiles et M.O donc diminution de la CEC . Perte de récolte du au manque de solutions de désherbage ruine en subvention pour rien produire ......
Répondre
Capitaine
Il y a 47 jours
Hé oui Patrice tu as découvert la supercherie ! Ce qui permet à certains de toujours utiliser des ogm et phytos reprotoxciques en obtenant le logo pour se donner bonne conscience et augmenter les ventes ...
la Véritable HVE c’est la bio point final. Mais pas celle des lobbyistes de la Fnsea, tu sais celle qui prône pour des tomates consommables en mars obtenues sous serres chauffées tout l’hiver!
Répondre
Patrice brachet
Il y a 47 jours
Nous sommes éligibles hve3 et j en était fier car pour moi c était là valeur reconnu d un travail accompli. Quelle n a pas été ma surprise de m apercevoir qu il y avait 2 hve3!!! Un environnemental ( très peu diffusé car complexe ( le nôtre )) et un économique ou se sont engouffrés les viticulteurs et les arboriculteurs et le droit d apposer le fameux logo Et c est pour cela que l on trouve du vin ou des fruits bourrés de pesticides avec le logo !! Nous sommes dégoûtés et n avons pas souhaiter aller plus loin. C est une fumisterie inventée pour faire plaisir à des bobos c est minable 👎🏿??
Répondre