C. Lambert, FNSEAL'agriculture a besoin d'aides d'urgence pour faire face à la sécheresse

| AFP

L'agriculture a besoin d'aides d'urgence pour faire face à la sécheresse « exceptionnelle » et espère aussi être incluse dans le plan de relance de l'économie française pour accélérer la transition climatique et la souveraineté alimentaire du pays, a déclaré mardi la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.

Pour les aides d'urgence, la FNSEA devrait indiquer vers le 20 août le montant estimé des besoins (aides à la trésorerie, allègement de taxes sur le foncier non bâti, report de cotisations sociales, échelonnements bancaires...) pour compenser les pertes de revenus, a déclaré Christiane Lambert sur France Inter. La sécheresse sur 72 départements, touche « les trois quarts » des 450 000 agriculteurs en France, a-t-elle estimé.

La moisson a été mauvaise avec - 30 % de récolte de blé et - 30 % en orge, avec aussi des baisses sur le colza et les lentilles, a-t-elle rappelé. « Ceux qui ont des pâtures ont souffert » aussi : les éleveurs n'ont plus d'herbe fraîche pour nourrir leurs animaux, leurs prairies ont été transformées en « paillasson » couleur marron.

Concernant l'investissement, « il y avait déjà une demande de l'agriculture dans le cadre du plan de relance, elle est toujours là » a ajouté la responsable. « Nous avons comptabilisé les besoins à un milliard d'euros », a-t-elle avancé.

Face à un « contexte de climat aussi changeant et de sécheresse et de canicule aussi récurrent », on « ne peut plus faire seulement des pansements, il faut faire quelque chose de structurel » a-t-elle dit en évoquant « le stockage d'eau, les assurances et la recherche ».

« Le président de la République a parlé souveraineté alimentaire et on importe aujourd'hui 50 % de nos tomates, de nos fraises », a-t-elle noté en demandant les « moyens de produire » en France. Pendant le confinement « sans pénurie », les agriculteurs « ont été au rendez-vous, les assiettes ont été pleines » a fait valoir Christiane Lambert, « mais les filières ont souffert, et il y a aujourd'hui des coûts supplémentaires (de production, NDLR) en raison des gestes barrière, de la distanciation sociale, il y a l'emballage et des coûts qu'il faut assumer ».

Le plan de relance de l'économie française, portant sur 100 milliards d'euros, doit être présenté le 25 août par le gouvernement. Mi-juillet, le Premier ministre Jean Castex en a dévoilé les grandes lignes : 30 milliards fléchés sur la transition écologique, dont une partie se recoupe avec 40 milliards d'euros pour l'industrie, dont le secteur agroalimentaire fait partie.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 18 RÉACTIONS


Cricri d'amour
Il y a 41 jours
Nous éleveur allaitant il faut nous aider à arrêter ou à diminuer d'au moins 50% notre cheptel pour espérer pas une augmentation de tarif ça je n'en rêve pus mais au moins que la viande parte des exploitations, j ai des bêtes à partir l abattoir n'en veut pas avant 3semaines il est grand temp de faire quelque-chose je veut bien brader 50%de mon cheptel tout de suite mais il me faut une compensation j ai des crédits à la banque que je dois encore honorer sur plusieurs années, une idée au passage pour la prochaine pac concernant les aides ABA 50% de vaches primées en moins mais les primes doublées ça change rien au budget ni au montant mais au moins ça va désengorger le marché et moins de problèmes de fourrage pendant les sécheresse.....
Répondre
joby
Il y a 41 jours
toujours les commentaires habituels avec plein de bonnes vérités et toujours la meme indifférence de nos dirigeants! Dans peu de temps une crise énorme avec des conséquences dramatiques pour le monde alors ceux qui nous ignorent demanderont:ou sont donc ceux qui doivent nous nourrir? La réponse sera : près de chez vous mais vous les avez abandonnés......
Répondre
Ou est ma corde ?
Il y a 43 jours
Installé depuis bientôt 6 ans en bovins allaitant, j'ai résonné l'investissement pas de superflu, Matos hors d âge mais qui fonctionnent, je suis partit de zéro, aujourd'hui mon cheptel environ 160 animaux vient de perdre environ 30% de sa valeur grâce au covid certainement que les gens mangent moins en même temps ce n'est pas facile avec un masque de manger.... Et comme tous le monde mes prairies sont grillées je tape dans le stock pour l hiver déjà maigre et quand je regarde la carte de France pour les niveaux sécheresse je ne suis pas en zone déficitaire ouais je suis dans le 50 mais bon c est comme ça, alors si je ne dégage pas la moitié du cheptel avant l hiver je ne vais pas pouvoir nourrir tous le monde je vais être obligé de vendre avec 30% de perte sur le tarif,si il n'y a rien de fait je ne finirais pas l année prochaine, je suis ja j ai des crédits installation qui vont devenir trop lourd pour la situation économique actuelle je suis un peu comme beaucoup dans la merde....
Répondre
Maec
Il y a 42 jours
Très bonne analyse.
Répondre
Maxens
Il y a 42 jours
Je ne vais pas la defendre, on ne defend pas l indefendable....la verité c est qu elle fait de la figuration. Elle sait, le gouvernement sait, ou plutot a fait le choix de concentrer l agriculture, mais c est totalement incorrect de le dire....alors on joue la montre, on fait des pansements sur une jambe de bois, mais le resultat se constate depuis 30 ans, les fermes se concentre, et les plus faibles disparaissent... rajoutte a cela que les grands financier se desolent de voir la propriété fonciere au mains de petits propriétaire, specificité francaise, et non dans la leur, et tu constate qu une caste tres puissante se rejouirait de voir tomber l agriculture... d ailleur macron etait le candidat des banques....donc rien a attendre...les banques sont en train de prendre le controle de l a griculture...et du foncier
Répondre
ralebol
Il y a 40 jours
notre chère et Mme Lambert depuis quelle a la bonne place on ne l'entend plus juste sur les radios pauvre syndicat qui décline toujours dans la mauvaise pente mais qui a toujours quelques petits chiens
la place est bonne elle attend maintenant la place de ministre de l'agriculture comme Macron pioche dans tous les partis enfin quelle pauvre agriculture ont nous tiens juste la hors de l'eau pour continué a faire vivre toutes ces sançus coop banques para agricole concession materiel centre de gestion ect
a bientot
Répondre
Lau
Il y a 43 jours
Mme Lambert est restée au siècle dernier. .. elle continue la même rengaine que ses prédécesseurs, elle ne s aperçoit pas que la logique quantitative ne fonctionne plus!
Comment faire pour qu elle ne soit plus l interlocutrice privilégiée du ministère et des médias ?
Sur France inter ce matin c était pitoyable les réponses qu elle a pu faire et elle intervient très souvent sur cette radio...
Répondre
damien.cochard@bbox.fr
Il y a 43 jours
L'agriculture Française meurt à petit feu et aucunes mesures de valables sont prises à chaque fois se sont des pansement qui nous sont attribués et par contre dépenser des milliards d'argent public pour des très grosses entreprises que je ne citerais pas qui finalement fermeront les portes avec les poches pleines et que nous demandons simplement un juste prix pour le fruit de note travail et avoir un salaire correct, à ce train là dans 5 ans on n'existera plus mais personnes réagis pour que ça change. Triste métier finalement investir tant d'argent pour qu'au final il reste des miettes...
Répondre
tracteur4
Il y a 43 jours
la moisson est minable les prix du grain ne valent pas mieux comment faire pour gagner de l argent dans un tel contexte si nous arrivons a tenir cela sera deja bien ALORS SI LA REALITE LES RAMMENENT SUR LA TERRE ILS SONT A COTE DE LA PLAQUES UNE FOIS DE PLUS et en plus pour ma part se ne sont pas des aides qu ils nous faut MAIS DES PRIX DIGNE DE NOTRE TRAVAIL QUI NOUS COUVRENT NOS CHARGES ET NOUS FACENT VIVRE
Répondre
Maec
Il y a 43 jours
Des aides toujours des aides...
Ça sera des aides pour ceux qui vont vouloir continuer à faire vivre les filières car le nombre d'agriculteurs va diminuer très rapidement...
Des aides pour les pommes de terre et le lin en lien avec le président des chambres d agricultures...
Répondre