Opérations #OrigineConnueJA prêt à des actions plus dures dans quelques mois en l'absence d'amélioration

| par | Terre-net Média

Ces derniers jours, Jeunes agriculteurs a procédé à une vingtaine d'actions de vérification du respect de l'étiquetage de l'origine sur les produits laitiers et à base de viande. « Globalement satisfait » de ses vérifications, le syndicat prévoit des actions plus musclées si certains produits ne respectent toujours pas la réglementation applicable pleinement depuis le 1er avril 2017.

Dans un Monoprix du 8e arrondissement de Paris, Jeunes agriculteurs est venu, mercredi 19 avril 2017, vérifier l'application de la réglementation sur l'étiquetage de l'origine.Dans un Monoprix du 8e arrondissement de Paris, Jeunes agriculteurs est venu, mercredi 19 avril 2017, vérifier l'application de la réglementation sur l'étiquetage de l'origine. (@JeunesAgri)

Le décret sur l'origine de la viande et du lait dans les plats préparés - autorisé en tant qu'« expérimentation » par Bruxelles - est tout récent. Adopté fin 2016, il devait être appliqué le 1er janvier. Mais l'industrie agroalimentaire a obtenu in extremis un délai de trois mois, soit jusqu'au 1er avril, pour écouler ses stocks avant de passer à l'acte.

Depuis cette date, Jeunes agriculteurs a entrepris son opération de vérification baptisée #OrigineConnue. Mercredi 19 avril, après plus de 20 opérations conduites dans 25 départements, le syndicat a procédé à une vérification dans un Monoprix du 8e arrondissement de Paris, non loin de son siège national.

« Le bilan de cette action ce matin est plutôt positif », a commenté Yohann Barbe, jeune éleveur vosgien et administrateur du syndicat en charge du dossier lait. Les marques de distributeurs, comme celles de Monoprix, respectent bien la nouvelle réglementation. »

Sensibiliser les consommateurs avant des actions plus dures

Mais, constate le syndicat, quelques grands groupes industriels ne respectent toujours pas la réglementation en vigueur. « Les produits Lactalis ne sont pas tous conformes à la réglementation. Le groupe a visiblement fait des efforts pour son lait UHT, mais le beurre est encore mal étiqueté. » Le syndicat compte transmettre la liste des produits contrevenants, photos à l’appui, à la DGCCRF. « Même si nous savons que la répression des fraudes n’ira pas contrôler par la suite ».

Pour Jeunes agriculteurs, « cette première étape est pédagogique ». Au-delà de la nouvelle réglementation, le syndicat souhaite sensibiliser les associations de consommateurs sur le manque d’information et de lisibilité des étiquettes. « Les mentions de l’origine sont trop petites et trop peu de produits comportent le logo "lait collecté et conditionné en France" ».

Le syndicat n’entend pas en rester là. « Dans quelques mois, après les travaux de récolte de l’été, nous reviendrons constater s’il y a eu des améliorations sur les produits défaillants. ». Les jeunes agriculteurs se disent d’ores-et-déjà prêts à des actions plus dures. « On pourrait très bien vider les rayons des produits qui ne respecteront pas la réglementation. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article