A l'ElyséeLes JA du nord bassin parisien « sur la paille » réveillent au petit matin Nicolas Sarkozy

| par Frédéric Hénin | Terre-net média

Quelques jours après la confirmation de la chute de leur revenu, une centaine d'agriculteurs « en colère » ont investi le quartier de l'Elysée en épandant des ballots de paille et des palettes.


Edifice d'une barricade dans une rue à proximité de l'Elysée
 (© Terre-net Média)
Sous les premiers flocons de neige, les jeunes agriculteurs d’Ile de France et du Nord bassin parisien ont réservé à Nicolas Sarkozy un réveil agité. « La France qui se lève très tôt » s’est donné rendez-vous ce jeudi 17 décembre à 6h30 devant les portes de l’Elysée pour en bloquer les accès avec des ballots de paille et des palettes, épandus dans les rues adjacentes. Le quartier a été bloqué en cinq minutes. Alors que l’action s’est voulue pacifiste, des gardiens de la paix et des policiers, surpris par la centaine d’agriculteurs rassemblés et habitués à affronter le froid, les ont accueillis avec quelques bombes de gaz lacrymogène.

 « Le gouvernement supprime un par un les outils régulation des marchés agricoles qui fonctionnent, en ne proposant comme alternative que la régulation par les marchés mondiaux. Nous demandons à Nicolas Sarkozy de protéger l’agriculture française et de s’opposer à tout accord qui serait contraire aux intérêts de notre pays », a défendu Damien Greffin, président de JA « Ile de France » alors même que Bruno Le Maire sur France Inter défendait ce jeudi 17 décembre la nécessité d’une régulation du revenu agricole par les prix agricoles et le maintien d’un budget pour la Pac de l’après 2013 ambitieux.


Un agriculteur sur la paille épandue
devantla grille d'entrée de l'Elysée.
En arrière plan, le sapin de noël.
 (© Terre-net Média)
Par ailleurs, « les prix agricoles n’étant pas au rendez-vous, nous demandons à l’Elysée d’activer la clause de revoyure et de revenir sur la baisse des aides Pac de 30 % des céréaliers qui ne fera qu’accentuer la chute de nos revenus (les céréaliers ont vu leur revenu baisser de 47 % cette année) », ajouté Damien Greffin.

Les agriculteurs souhaitent aussi que l’observatoire des prix soit généralisé et qu’une meilleure répartition de la valeur ajoutée profite aux agriculteurs. « Nous ne souhaitons pas enrichir l’industrie agro-alimentaire sur notre dos », ont déclaré les JA Ile de France.

Les JA revendiquent aussi une batterie d’outils fiscaux et sociaux. « Nous ne voulons pas de nouveaux emprunts pour rembourser des emprunts ».

L’initiative des JA Ile de France de ce jeudi 17 décembre ne s’inscrit pas en dissidence de leur représentation nationale, affirment ses dirigeants. « Le national est dans les débats. Nous, nous sommes une force de frappe locale », explique le président de JA Ile de France. Et pour montrer leur existence politique, à deux mois des régionales, une liste JA sera constituée dans le Nord-Pas de Calais. 

« Nous sommes d’accord avec les discours du président et la nécessité de renforcer la préférence communautaire mais dans les actes, Nicolas Sarkozy fait le contraire de ce qu’il annonce. Libéral, il est l’artisan de la fin de tous les outils d’intervention de la Pac».

 


Les forces de l'ordre barrant l'accès à l'Elysée (© Terre-net Média)

Damien Greffin, président des JA Ile de France
(© Terre-net Média )

 De nouveaux ballots épandus à proximité
de l'Elysée(© Terre-net média)

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article