Dossier Retour au dossier Space

[Reportage] Inauguration du Space 2018Le ministre de l'agriculture tente de rassurer, sans convaincre

| par | Terre-net Média

Le ministre de l'agriculture a inauguré la 32e édition du Space, mardi 11 septembre 2018. L'ambiance résolument conquérante et positive des exposants contraste avec les inquiétudes persistantes des éleveurs, qui s'impatientent de voir une action gouvernementale plus ferme et visible en leur faveur. Jimmy Guérin, éleveur de bovins viande en Ille-et-Vilaine, a tenu à interpeller le ministre pour lui exprimer sa résignation.

Stéphane Travert dans les allées du Space, qu'il a inauguré mardi 11 septembre 2018, est allé à la rencontre des représentants agricoles et éleveurs, pour tenter de les rassurer sur l'action du Gouvernement en faveur des filières d'élevage.Stéphane Travert dans les allées du Space, qu'il a inauguré mardi 11 septembre 2018, est allé à la rencontre des représentants agricoles et éleveurs, pour tenter de les rassurer sur l'action du Gouvernement en faveur des filières d'élevage. (©Terre-net Média)

Le ministre de l’agriculture a consacré toute sa journée à l’inauguration de la 32e édition du Space, à Rennes, mardi 11 septembre 2018.

Le ministre n’a pas fait d’annonces à proprement parler, si ce n’est confirmer le calendrier et le montant des avances des aides Pac 2018 : « la trésorerie des exploitations sera confortée, avec notamment le versement d’une avance (des aides Pac, ndlr) à compter du 16 octobre à un taux relevé : 70 % contre 50 % pour les paiements directs, 85 % contre 70 % pour l’ICHN. Cette avance est possible car le Gouvernement a tenu son engagement de revenir à un calendrier de paiement normal pour la campagne 2018. »

Reportage sur l'inauguration de Stéphane Travert : 

Chez les éleveurs, la résignation prend le dessus sur l'optimisme

Concernant les conséquences de la sécheresse pour les éleveurs, le ministre a rappelé avoir « obtenu, pour l’ensemble du territoire, que les exploitants puissent faire pâturer ou faucher les surfaces en jachères, y compris pour subvenir aux besoins d’autres agriculteurs mis en difficulté par les événements climatiques persistants. »

Les préfets ont été chargés par le ministre « d’évaluer les stocks de fourrage et de paille, de faciliter les opérations de solidarité entre agriculteurs et de réunir dans les meilleurs délais les cellules d’identification et d’accompagnement des exploitations en difficulté. »

Dans les allées du Space, c’est davantage la résignation que l’optimisme qui régnait. Plusieurs éleveurs ont exprimé au ministre leur impatience, notamment sur le dossier de la meilleure répartition de la valeur ajoutée. Parmi eux, Jimmy Guérin, éleveur de bovins viande à La Mézière, a longuement interpellé le ministre.

[Interview] Jimmy Guérin : « Les éleveurs sont épuisés !  

(Cliquez sur le bouton lecture pour démarrer l'écoute)

Jimmy Guérin est éleveur de bovins viande à La Mézière, en Ille-et-Vilaine. Il est administrateur de Jeunes agriculteurs de son département. Il a interpellé le ministre pour lui exprimé son ras-le-bol.Jimmy Guérin est éleveur de bovins viande à La Mézière, en Ille-et-Vilaine. Il est administrateur de Jeunes agriculteurs de son département. Il a interpellé le ministre pour lui exprimer son ras-le-bol. (©Terre-net Média) 

Lors de son discours devant les représentants des organisations agricoles bretonnes, Stéphane Travert a tenté de rassurer, en rappelant tous les objectifs des Etats généraux de l'alimentation. Le ministre de l'agriculture, le Gouvernement et Emmanuel Macron restent persuadés de l'efficacité du dispositif défendu par le chef de l'Etat il y a bientôt un an : un nouveau cadre légal pour les relations commerciales et contractuelles tenant davantage compte des coûts de production en contrepartie d'une meilleure organisation de la part des agriculteurs et d'un travail coordonné et concerté au sein des interprofessions.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


Poly
Il y a 7 jours
Comme d'habitude, rien ne change. Nos politique devrait être payer en fonction de leur résultats et enfin on aurait une chance de voir aboutir qqchose. Nos campagnes ce vide et les jeunes ne veulent plus ce lancer et ceux qui sont installés pensent pour bcp à arrêter. Le contexte et les normes ne sont plus supportable. Triste France, qui a pourtant un potentiel phénoménal, c navrant. ...
Répondre
steph72
Il y a 7 jours
IL ne faut pas se faire d'illusion sur les états généraux,,le gouvernement en a rien à foutre de l'agriculture,il va signer le Mercosur,il va augmenter les imports de viande des us,démerdez vous avec la sécheresse et des prix au rabais.
Débrouillez vous,organisez vous en grandes op ( droit de la concurrence?) nous les politiques on a fait le travail!
L'année prochaine l'accueil sera beaucoup moins cordial..
Répondre
gillesdu01
Il y a 7 jours
Comme pour le climat , on sait mais on ne fait rien , les intérêts économiques sont trop importants , des années de perdues , prise de conscience tardive sans actes , zone de non retour pour maintenir un vrai tissu rural , valorisant et rémunérateur , capable de coller à la demande de la société .
Répondre
xavier courboin
Il y a 7 jours
"Le ministre de l'agriculture, le Gouvernement et Emmanuel Macron restent persuadés de l'efficacité du dispositif défendu par le chef de l'Etat il y a bientôt un an ...."
encore faudra-t-il que la loi ne soit pas une pâle copie dévitalisée du discours présidentiel du 11 octobre à Rungis.....
les épreuves qu'on a pu en lire pourtant le font vraiment supposer.
le discours du 11 octobre, tout le discours du 11 octobre.....l'élevage ne peut admettre d'écarts rédactionnels
Répondre
debutant
Il y a 8 jours
2009 l apli etait le salut de l agriculture bon nombre d agriculteurs a l epoque n vaient rien compris et se laissaient endormir par des discours de productivisme le bilan est lourd et sera irreverssible !
Répondre
stan
Il y a 8 jours
on tourne en rond car l'europe ne paye pas assez la France ne défend pas ses producteurs on voit les fermes qui disparaisse au profit des groupes des centrales d'achats qui distribut des produits sous payer aux agriculteurs quand y aura plus de vaches de bœufs (le Végan anti viande) qui entretiendra les paysages (personne) sa sera la friche faudra pas pleurer sur les fillières agricoles .dans 10 ans c'est fini tous le monde au chaumage les anciens le dise aussi ;
Répondre