Zones défavoriséesIl faut « encore travailler » la carte selon la FNSEA

| AFP

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert a estimé lundi soir qu'il fallait « encore travailler » sur la nouvelle carte des zones défavorisées simples qui doit bientôt être remise par le ministère de l'agriculture au président de la République.

« Vous avez une date, vous ? », a demandé Christiane Lambert aux journalistes venus l'attendre à la sortie du ministère de la transition énergétique, où elle avait rendez-vous avec Nicolas Hulot, pour parler réduction des produits phytosanitaires. « La réunion qui s'est tenue vendredi (au ministère de l'agriculture, NDLR) a acté qu'il fallait travailler encore. C'est vraiment nécessaire, parce que c'est un sujet complexe qui a été mis en dormance par le ministre précédent pendant six mois, ce que nous regrettons vraiment », a déclaré la présidente de la FNSEA à propos de la carte des zones défavorisées simples, dont la révision inquiète de nombreux agriculteurs qui ont organisé plusieurs manifestations ces derniers jours.

Christiane Lambert a rendu responsable le président de la République des manifestations récentes à Toulouse, Auch ou Arles, en l'accusant d'être coupable de précipitation sur ce dossier ardu. « Nous avons fait savoir à l'Élysée que nous avions trouvé que Emmanuel Macron annonçait beaucoup trop vite et c'est cette expression trop rapide, à l'emporte-pièce qui a fait exploser le terrain », a déclaré Christiane Lambert. « Il ne transformera pas la France et l'agriculture en n'écoutant pas les organisations agricoles, il doit écouter les corps intermédiaires », a-t-elle déclaré. «  Nous avons proposé une position équilibrée, il a voulu passer trop vite, ça se retourne contre lui », a-t-elle conclu.

Le 25 janvier, lors de la présentation de ses vœux au monde agricole, le président Emmanuel Macron avait promis des mesures d'accompagnement et un délai de sortie de deux à trois ans pour ceux qui seront exclus de cette aide européenne. La nouvelle carte est appelée à remplacer au 1er janvier 2019 la carte actuelle, qui date de 1976. Elle détermine notamment le versement de l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) hors montagne, une aide à laquelle est consacré chaque année un peu plus d'un milliard d'euros. « Le ministre réunira la semaine prochaine le groupe de travail national. Il proposera une carte des zones défavorisées simples (ZDS) au président de la République à la mi-février, conformément à la demande de celui-ci », avait fait savoir vendredi le ministère dans un communiqué.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


vije
Il y a 142 jours
Remettre en cause le classement des communes au sujet de l'ICHN et qui avait été obtenu de haute lutte en 1976: c'est minable, aucun autre syndicat ne l'aurait accepté, on se "fout"des agriculteurs des zones difficiles; l'on préfére donner donner aux entrants en France 750euros en individuel ou 1200 euros en couple mensuels et n'ayant jamais cotisés et a continuer de payer des retraites honteuses de 750 euros de moyenne aux Agris, qui eux cotisent en moyenne 10 000 euros par an mini.Honte à notre République et à tous ceux qui s'en prennent aux petits, pour ne citer que" Lefoll", le véritable instigateur de la remise en cause de l'ICHN ( L'europe a bon dos, hein ,Lefoll quand cela arrange le ministre en place; l'on comprend que les ANGLAIS veulent le BREXIT!!! il n'y a pas d'Europe, c'est du BIDON. Y a qu' a voir avec les produits qui vont rentrer du MERCOSUR? Tous ces produits entrants seront bon certifiés par les organismes d'Etat.!!! C'est la FRANCE des Marchands avec la "béné" des gouvs.
Répondre