Crise du laitLes grévistes saluent des "avancées", mais continuent le mouvement

| AFP

Les organisations grévistes de producteurs de lait ont estimé mardi que l'annonce de prêts préférentiels pour alléger la trésorerie des éleveurs était une "avancée" mais insuffisante, et se sont dits déterminés à poursuivre leur mouvement.

La Coordination Rurale et l'Organisation des producteurs de lait (OPL) « constatent une avancée certaine de leur cause» , ont affirmé ces deux organisations dans un communiqué. Mais, selon elles, « ces signes encourageants ne permettent pas aux producteurs de relâcher leur pression qui doit aboutir à la convocation effective d'un conseil extraordinaire des ministres européens de l'Agriculture» réclamé la veille par le ministre français de l'Agriculture Bruno Le Maire.

Après le ralliement de la Pologne lundi, 19 pays sur 27 soutiennent désormais une proposition franco-allemande en vue d'une régulation du marché européen afin d'enrayer l'effondrement des prix. M. Le Maire a annoncé lundi soir le déblocage immédiat par les banques de 250 millions d'euros de prêts avec un remboursement différé d'un an pour les producteurs les plus en difficulté, ainsi que la prise en charge par l'Etat de certains intérêts d'emprunt.

« La mobilisation continue et le prix du lait doit remonter au-dessus des coûts de production, sinon le malade va mourir» , a déclaré à l'AFP Daniel Condat, président de l'Association des producteurs de lait (APL). « On nous propose un emprunt de 2.500 euros et on a une perte de 15.000 euros» en moyenne par producteur sur un an, a-t-il dit.

« Les gens sont déterminés à poursuivre le mouvement car avec les mesures annoncées, on va dans le bon sens, mais on est loin du compte» , a également estimé le président de l'association des producteurs de laits indépendants (APLI), Pascal Massol, qui craint une « radicalisation du mouvement» . Selon lui, le mouvement pourrait continuer sous d'autres formes « comme le filtrage des laiteries» , plutôt que l'épandage de lait, très impopulaire.

De son côté, la Confédération paysanne, qui participe au mouvement, a entrepris mardi de distribuer 22.000 litres de lait sur la place de la République à Paris. Depuis le lancement de la « grève du lait» le 10 septembre pour protester contre la chute des prix et la dérégulation du marché souhaitée par Bruxelles, une partie des producteurs a multiplié les actions en France et le mouvement a commencé à essaimer en Europe.

La grève a été déclenchée à l'initiative de l'APLI et l'APL, deux organisations minoritaires en France, membres de la fédération des producteurs de laits européen (EMB).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article