Dans le Loir-et-CherGlucksmann ne veut pas opposer le rural à l'urbain

| AFP

La tête de liste Place Publique/PS pour les élections européennes Raphaël Glucksmann, a réfuté vendredi avoir un profil trop urbain et appelé, lors d'un déplacement dans le Loir-et-Cher, à ne pas « opposer la ferme au Canal Saint-Martin », symbole bobo de Paris.

La réorientation des politiques de l'Union européenne que l'essayiste appelle de ses vœux est symbolisée par les deux lieux visités vendredi en compagnie de l'eurodéputée PS sortante Karine Gloanec Maurin, qui affirme figurer en 8e position sur la liste en l'état actuel des discussions.

D'abord la maison culturelle de Bégon, construite dans un quartier populaire de Blois grâce à 1,2 million d'euros venu des fonds de cohésion européens Feder, puis une exploitation de cochons bio à autonomie alimentaire et énergétique à Azé, à l'autre bout du département. « Il n'y a pas une problématique urbaine d'un côté et une problématique rurale de l'autre, il faut faire un territoire commun », a déclaré Raphaël Glucksmann à l'AFP. Questionné sur son profil davantage urbain, il a expliqué : « Il ne faut pas opposer le canal Saint-Martin à la ferme. Les jeunes urbains qui manifestent contre le réchauffement climatique sont connectés aux agriculteurs bio, qui essaient de faire vivre une agriculture non destructrice de l'environnement et des hommes. » « Si on arrive à diffuser l'agriculture bio, c'est notre alimentation en ville qui va changer. Et si on change nos modes de consommations en ville, on va favoriser les producteurs, tout ça est lié », a insisté l'auteur des Enfants du vide (Allary, 2018).

Raphaël Glucksmann a plaidé pour une « politique de ré-enracinement qui ne soit pas xénophobe » : « Il faut sortir de l'idéologie hors-sol, qui était aussi la mienne, une vision du monde abstraite, déconnectée du territoire, de l'idée de frontière, de local, qui a abouti à la destruction de la planète et à la dissolution des liens sociaux ». Il a ainsi expliqué qu'élu député européen, il ne votera pas pour la nouvelle mouture de la Pac préparée par la Commission européenne, « renationalisée » et qui contient « une croissance minimale des subventions au bio » selon lui.

À contrario, le matin, il a mis en avant, avec la maison de Bégon, une Europe « girondine », « des territoires ». L'« Europe des territoires » est également l'un des thèmes de la liste EELV conduite par Yannick Jadot, avec qui Place publique a essayé de s'allier, en vain. La liste pilotée par Raphaël Glucksmann est créditée de 5 % à 6,5 % dans les sondages récents.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article