Boucheries saccagées, abattoir incendiéFront commun inédit du monde agricole pour dénoncer l'extrémisme anti-spéciste

| par | Terre-net Média

Après les actes de vandalisme commis ces dernières semaines sur des vitrines de boucheries, un abattoir de l'Ain a été victime d'un incendie manifestement criminel dans la nuit du jeudi 27 septembre. Le matin même, une porte-parole du collectif « Boucherie abolition » comparait de manière très douteuse l'élevage et l'abattage d'animaux de boucherie à la Shoah. Ces offensives sectaires font réagir de manière unie et inédite l'ensemble du monde agricole.

Action antispéciste du collectif extrémiste Action antispéciste du collectif extrémiste "Boucherie Abolition" devant une boucherie. (©Boucherie Abolition) Les communications communes aux cinq syndicats agricoles sont si rares qu’elles méritent d’être relevées. Surtout quand elles interviennent à quelques mois d’élections professionnelles. La FNSEA, Jeunes agriculteurs, le Modef, la Confédération paysanne et la Coordination rurale, ont co-signé un communiqué vendredi 28 septembre pour dénoncer les « tentatives de culpabilisation des consommateurs et de stigmatisation des éleveurs ».

Dans la nuit de jeudi à vendredi 28 septembre, un abattoir de l’Ain a été victime d’un incendie d’origine manifestement criminelle, sans faire de blessé, ni atteindre les animaux présents sur le site. « Cet événement intervient dans un contexte de mobilisation très violent de certaines associations vegan contre les bouchers et les abattoirs, où les mots utilisés atteignent l'indécence et l'injure quand ils font référence au drame de l'holocauste », écrivent les syndicats, rappelant que le monde agricole ne dénonce pas le véganisme en tant que tel. « chacun est libre de choisir le régime alimentaire qu'il souhaite pour lui-même ». « Mais le prosélytisme qui est orchestré autour n'est pas acceptable. La majorité des Français mangent de la viande, l'apprécient et entendent continuer à le faire. Les éleveurs travaillent au quotidien avec leurs animaux, et les respectent en appliquant scrupuleusement les normes européennes et françaises. Des abus existent dans certains abattoirs et nous les dénonçons. Mais ces abus ne représentent pas l'ensemble des situations ni l'ensemble de la production. »

Et les syndicats de poursuivre : « Nous n'acceptons ni les insultes proférées en direction des éleveuses et des éleveurs, ni les agressions contre les acteurs de nos filières. D'autant qu'elles sont menées par une minorité de provocateurs qui recherchent et obtiennent un écho médiatique démesuré et causent un tort réel aux Hommes et aux filières. »

Dissoudre les mouvements antispécistes qui appellent à la violence

À ce front syndical unitaire pour dénoncer cette déferlante extrémiste - voire sectaire -  antispéciste, s’ajoute une lettre ouverte des professionnels français de la viande adressée à Emmanuel Macron. « Quel est ce pays, où une poignée d’individus aux pratiques sectaires terrorisent impunément les centaines de milliers de professionnels de nos filières et choquent les Français ? », questionnent Dominique Langlois, président d’Interbev, et Guillaume Roué, président d’Inaporc. « Les professionnels, par un profond sentiment d'injustice et d'insécurité, doivent-ils prendre les armes pour défendre leurs entreprises, leurs métiers et leurs personnes ? »

De son côté, la Fédération nationale bovine qui regroupe les seuls éleveurs bovins, a publié un communiqué séparé demandant « aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures pour faire en sorte que les opérateurs de la filière du bétail et des viandes puissent exercer leur métier dans un climat serein».

La section viande de la Coordination rurale, dans un communiqué séparé, appelle à la dissolution du collectif « Boucherie abolition ». « Il est intolérable de laisser des associations légitimer et encourager des actes de violence envers une profession. C’est pourquoi, elle demande au ministre de l’Intérieur de dissoudre cette association ainsi que tout groupement antispéciste qui appellerait à la violence. »

Une association anti-spéciste a appelé au « blocage » du Sommet de l'élevage qui se tient la semaine prochaine à côté de Clermont-Ferrand.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 175 RÉACTIONS


turpin
Il y a 53 jours
Comme tout extrémisme, si les vegans ont vu le jour c'est à cause de l'industrialisation des productions animales qui est devenue extrême.
Répondre
Pierre
Il y a 62 jours
Pourquoi vouloir tout interpréter ou orienter uniquement selon la façon dont vous voyez les choses Frédérique. Et pourquoi vouloir toujours placer vos termes de spécisme et d'anti-spécisme. En faisant cela vous semblez complètement enfermée dans votre microcosme de pensée.
Non, cette étude ne propose pas de mettre fin à l'élevage.
Je me répète : elle dit que les sociétés occidentales mangent trop de viande. Et les auteurs pensent que réduire cette consommation serait meilleur pour l'environnement.
cf. https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https://www.theguardian.com/environment/2018/oct/10/huge-reduction-in-meat-eating-essential-to-avoid-climate-breakdown si vous avez besoin de la traduction ;-)
Répondre
Frédérique Paggi
Il y a 62 jours
Pierre, nous sommes d'accord que cette étude n'a pas été menée par des antispécistes, mais par des scientifiques qui pour la majorité sont spécistes. L'étude n'est donc pas anti-élevage au sens où les antispécistes l'entendent, mais il est indubitable qu'elle propose de mettre fin à notre sacro-saint modèle alimentaire, donc à l'élevage... Évidemment, ce n'est pas dit abruptement, car il faut ménager les sensibilités et préparer les esprits, mais vous comme moi avons bien compris de quoi il retourne.
Répondre
Pierre
Il y a 62 jours
Vos propos déforment ce que disent les auteurs Mme Paggi. Leur message essentiel n'est pas anti-élevage, il est de dire que les sociétés occidentales mangent trop de viande. Et ils pensent que réduire cette consommation serait meilleur pour l'environnement.
Répondre
Pierre
Il y a 62 jours
PS : et au passage les scientifiques cités dans l'article du Guardian pensent aussi qu'il faut davantage stocker l'eau, ce que la France (écologistes en tête) empêche de faire aux agriculteurs...
Répondre
Frédérique Paggi
Il y a 65 jours
S'il fallait encore une preuve des effets néfastes et mortifères de l'élevage pour la planète, les personnes et les animaux, la voici : https://www.theguardian.com/environment/2018/oct/10/huge-reduction-ore in-meat-eating-essential-to-avoid-climate-breakdown (https://sci-hub.tw/10.1038/s41586-018-0594-0)
Répondre
Stéphane ETIENNE via Linkedin
Il y a 62 jours
Une sorte de terrorisme ! Que font les pouvoirs publics ???
Répondre
DEDE
Il y a 70 jours
Maintenant, plus de doute, l'attentat vient d'être revendiquer !!!!
Répondre
Jett
Il y a 73 jours
Le président d'Inaporc pose une question interessante...doit-t'on prendre les armes pour nous défendre, notre métier, notre famille, notre entreprise contre ces gens sectaire au methode terroriste?
Leur comparaison à l'holocauste est intolérable, ce gens ne sont que des brutes incultes, ce qui est dangereux pour notre société. S'ils ne respectent pas les personnes, comment peuvent ils respecter les animaux!!
Ils veulent nous inculquer et imposer un nouveau mode de vie, alors qu'ils ne connaissent ni l'élevage, ni les cultures, ni l'agronomie...Et encore moins le travail!!
Répondre
The germs
Il y a 73 jours
Oui Patrice, je peux paraitre vraiment têtue, mais j'affine mon argumentation avec ce type d'échange.
J'apprécie d’ailleurs beaucoup Frédérique pour cela.
Je ne cherche pas à convertir qui que ce soit, mais on voit bien que lorsqu'on sort les végans anti-spécistes de leur zone de confort, ils finissent par avouer eux même que leurs idées sont bancales. Il suffit de relire ce que nous a dis Frédérique, et que je résume par "l'écologie on s'en moque et la souffrance animal aussi, sauf si il s'agit des éleveurs".
Donc demain, il suffira de ne plus s'appeler "éleveur", et on pourra élever et consommer des vaches et des cochons en tant que particulier...
Il n'y a pas besoin d'être intelligent pour se rendre compte rapidement du bricolage idéologique de ces groupuscules. Là où il y a scandale, c'est la récupération de ces mouvement par certains politiques, personnalités ou journalistes... Quand on voit certains écolos EELV qui militent pour l’installation caméras alors qu'il n'y pas plus dévastateur pour l'écologie, ça craint!
Ce qu'il y a d'ailleurs regrettable, c'est l'absence de journalistes sérieux ayant fait ce travail d'analyse pourtant assez simple. La plupart préfère abonder dans leurs sens par pure business opportuniste. Comme certains politiques...
Répondre