Crise de la filière viande« Face à la situation critique du marché de la viande, des mesures s'imposent »

| par | Terre-net Média

Jean-Pierre Fleury, président de la Fnb mais aussi du groupe de travail "Viande bovine" au Copa-Cogeca demande à la Commission « de prendre des mesures sans attendre » pour soutenir le marché compte tenu de la situation de crise que traverse la filière bovine.

« Jean-Pierre Fleury (France), nouveau Président du groupe de travail "Viande bovine" du Copa-Cogeca, a tiré la sonnette d'alarme concernant la situation critique du marché européen de la viande bovine dans le contexte cumulé de l'embargo russe sur les exportations agricoles et l'afflux exceptionnel des femelles de reforme et a exhorté la Commission à agir sans délai.

Suite à son élection, Jean-Pierre Fleury a indiqué : "Tous les membres du groupe étaient unanimes aujourd'hui pour souligner l'état de crise du marché de la viande bovine. Les prix ont chuté dans toute l'UE. L'embargo imposé par la Russie aux exportations agricoles, qui constitue un lourd fardeau pour le secteur, est dû à des raisons politiques. Les agriculteurs et les coopératives agricoles n'en sont en aucun cas responsables et c'est pourtant bien eux qui en payent le prix. Les fonds destinés à résoudre cette crise ne doivent donc pas être issus du budget de la Pac. Il est nécessaire de prendre des mesures sans attendre. Le groupe "viande bovine" de Copa-Cogeca rappelle que la Commission est dotée d'outils de décision rapide au vu d'une situation exceptionnelle".

Jean-Pierre Fleury a ensuite présenté certaines actions clés : "Nous appelons la Commission à introduire des mesures rapidement pour aider à soutenir le marché, y compris un soutien aux exportations. La Commission doit mener des campagnes actives de promotion des exportations avec les acteurs économiques et contribuer à la recherche de nouveaux débouchés. Les barrières sanitaires doivent par ailleurs être levées, notamment dans les économies émergentes et les pays développés."

Le Président Fleury a ajouté en conclusion : "Le secteur européen de la viande bovine joue un rôle essentiel dans la garantie de l'emploi et de la croissance, en particulier dans des zones rurales où il n'existe souvent aucune source alternative d'emploi. Il est essentiel pour l'économie europeenne. Le secteur doit donc rester compétitif et la Commission doit tout mettre en œuvre dans ce but, en activant des mesures d’urgence et en trouvant de nouveaux débouchés pour nos produits de qualité. Nous entendons maintenir la pression jusqu'à ce que des solutions soient mises sur la table, dans la concertation afin d'être efficace". »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


carlesen
Il y a 2265 jours
Précisez le mode d'abattage sur les étiquettes et les gens arrêteront de boycotter le boeuf où en plus de manger halal à notre insu on subventionne l'islam à travers une dîme prélevée à notre insu également. C'est moralement inacceptable.
Répondre