Prix du laitFace à l'envolée du prix du beurre, les industriels temporisent

| par | Terre-net Média

Toujours sous la pression des producteurs qu'elle qualifie « d'agitation au sein du secteur laitier », la Fnil, représentant les industriels laitiers privés.

« On assiste, à nouveau, à beaucoup d’agitation au sein du secteur laitier français car les producteurs de lait attendent une revalorisation immédiate du prix du lait à hauteur de la progression spectaculaire des cours du beurre », commente la fédération nationale de l’industrie laitière dans un communiqué, voué à replacer « l’envolée récente des prix de contrats du beurre industriel dans son contexte ».

Ainsi, la Fnil explique que « le beurre industriel ne représente que 10 % des utilisations du lait en France et beaucoup d’industriels utilisateurs de beurre ont couvert l’essentiel de leurs besoins en beurre jusqu’à la fin de l’année à des prix bien inférieurs aux cours actuels. » « Ainsi, le prix moyen de facturation du beurre industriel en juin 2017 était de 4 380 €/t pour un prix moyen de contrats de 5 780 €/t. »

« La matière grasse laitière issue de la collecte française est valorisée à 80 % dans des produits de grande consommation : fromages et produits laitiers ultra frais en particulier. Or les prix de vente à la grande distribution n’ont pas du tout suivi le mouvement de hausse du beurre industriel. »

Et la Fnil de cibler les distributeurs : « Les distributeurs se retranchent derrière l’obligation d’une négociation annuelle des prix des marques nationales, imposée par la LME pour s’opposer à toute renégociation des prix des produits laitiers en cours d’année. Pour les marques de distributeurs, sous la pression des producteurs de lait et sous couvert d’une rétrocession intégrale aux producteurs, les distributeurs montrent une timide ouverture à une revalorisation, limitée à certains produits comme le lait UHT qui ne représente qu’une part très faible (environ 8 %) des produits laitiers commercialisés en grande distribution. »

« Enfin, la valorisation de la protéine laitière, l’autre constituant qui détermine la valeur du lait collecté, demeure au plus bas, plombée par les énormes stocks de poudre accumulés à l’intervention publique et par la décision de la Commission européenne de remettre des stocks sur le marché à un prix très bas. La cotation de la poudre de lait écrémé n’a progressé que de 9% en un an. »

« Sans une prise en compte générale de la volatilité extrême des marchés laitiers par la grande distribution française, l’impact réel de la hausse du prix du beurre industriel sur la revalorisation des produits laitiers fabriqués en France risque d’être décevant au regard des attentes des producteurs de lait. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


agri22250
Il y a 74 jours
Augmentation de 9 % de la poudre moi je les prend, l equivalent sur un prix globale du lait ca fait 30 euros les milles. Arretons de nous mettre la carotte de l augmentation des prix devant nous pendant des mois jusqu a la prochaine baisse des cotattions!
Répondre
vik
Il y a 74 jours
Ils ont beaucoup de stock en cellules avec un mélange de conservateur (cancer)
Répondre