Macron en déplacement agricoleDans l'Eure, Emmanuel Macron en promoteur de l'agro-écologie

| par | Terre-net Média

[Article mis à jour à 18h42] Le président de la République était, mardi 12 janvier après-midi, sur une exploitation agricole à Tilly, dans l'Eure (27), pour mettre l'accent sur la transition agro-écologique. Au lendemain du One Planet Summit, réunion internationale sur le changement climatique, Emmanuel Macron centre sa communication sur la préservation de la biodiversité, dont l'agro-écologie constitue l'un des axes d'action.

« Faire converger les enjeux climatiques et la préservation des écosystèmes » : après la convention citoyenne pour le climat, le président de la République poursuit ses actions et sa communication sur les thèmes de l’environnement, avec cette semaine une séquence consacrée à la biodiversité, « dont la préservation est notre assurance collective ».

Au lendemain du  One Planet Summit, réunion internationale sur les changements climatiques organisée par la France depuis 2017, Emmanuel Macron a consacré une bonne partie de sa journée de mardi 12 janvier à l'agriculture. Il était à Tilly, dans l'Eure, sur l'exploitation de Michel Galmel, un agriculteur qui a monté un projet agroforestier et qui met en œuvre depuis plus de 20 ans des pratiques agro-écologiques et des actions de préservation et de développement de la biodiversité.

L'intervention d'Emmanuel Macron à l'issue de la table-ronde sur l'agro-écologie et l'agriculture

Le président était accompagné de la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, du ministre de l’agriculture Julien Denormandie, et de Sébastien Lecornu qui, avant d’être ministre des Outre-mer, a été maire de Vernon et sénateur de l’Eure.

Terre-net avait rencontré, en 2018, Michel Galmel pour vous présenter son projet agroforestier. Retrouvez notre article

Michel Galmel, sur l'une de ses parcelles à Tilly dans l'Eure.Michel Galmel, sur l'une de ses parcelles à Tilly dans l'Eure. (©Ferme des Ruelles)

La visite a été l’occasion de mettre en avant les Groupements d’intérêts économique et environnemental (GIEE). Mis en place par Stéphane Le Foll dans le cadre de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, les GIEE permettent à des collectifs d'agriculteurs, reconnus par l'État, de s’engager ensemble dans un projet pluriannuel de modification ou de consolidation de leurs pratiques en visant à la fois des objectifs économiques, environnementaux et sociaux. Selon le ministère de l’agriculture, 527 GIEE ont été reconnus depuis 2015, dont 492 sont encore reconnus et actifs en 2019. Ils rassemblent environ 8 000 exploitations et 9 500 agriculteurs.

Le déplacement s'est terminé par une table-ronde, sur l'exploitation, en présence de l'exploitant, mais aussi de représentants de la communauté FranceAgriTwittos : Nadège (@agri_zoom), Antoine (@AgriSkippy) et Gilles (@GillesLievens). 

Concilier productivité et protection de l'environnement

Thème des échanges avec les agriculteurs, le développement de l’agro-écologie s’avère, pour Emmanuel Macron, « absolument critique pour la protection de l’environnement, la sécurité alimentaire, et la réduction des inégalités ». « Plutôt que d’opposer biodiversité et production agricole, l’agro-écologie propose une approche intégrée innovante, permettant d’augmenter durablement la productivité agricole, et d’offrir des externalités positives », par exemple en matière de réduction des gaz à effet de serre, de préservation des ressources en eau, de réduction de l’utilisation d’intrants agricoles, a souligné lundi le chef de l’État.

L’objectif, a rappelé Emmanuel Macron, est de « consolider des coalitions concrètes, actions, engagements et systèmes de suivi pour s’assurer que tout ait un impact ». En présence de nombreux représentants internationaux, comme le secrétaire général des Nations-Unies, le président de la Banque mondiale, le Prince de Galles, le Prince Albert II de Monaco, ou encore la présidente de la Commission européenne, les participants ont échangé sur quatre thèmes : la préservation des espaces terrestres et marins, la mobilisation des financements pour la biodiversité, la protection des forêts, des espèces et de la santé humaine, et la promotion de l’agro-écologie.

L'année dernière, Emmanuel Macron s'était également déplacé sur une exploitation agricole, en Bretagne, dans le cadre de la crise sanitaire.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 55 RÉACTIONS


Réaliste
Il y a 12 jours
je trouve que vous êtes dur avec lui. Il nous a quand même sauvé le glypho, le GNR et l'enveloppe globale de la PAC, rien que ces 3 choses là sont énormes et à contre-courant de l'opinion publique. Bon autrement de toute façon on était tous cuits en moins de 2 ans, on reste encore en sursis quelques années. Evidemment Egalim à été un flop total avec des hausses pour le consommateur et les producteurs n'en ont vu que très peu la couleur. Mais comment contraindre les GMS, c'est impossible, beaucoup trop puissants, à moins de rentrer dans un rapport de force pur et simple (genre menacer les GMS de fermeture pour cause de covid). Je pense qu'il est volontariste mais le problème est que l'agriculture est tellement diversifiée que la solution miracle pour une ferme sera totalement différente du voisin 500m plus loin. Qu'ils commencent déjà par ne pas surtransposer les règles de l'UE et annuler toutes les surtranspositions. De toute façon notre agriculture est à l'image de la France, scérosée par tout ces règlements, ces taxes folles et cet immobilisme. Par exemple je voulais faire un forage pour faire des cultures en vente directe..j'ai laissé tombé, vu la tonne de paperasses, l'investissement, le boulot en plus, l'impossibilité d'embaucher et tout ça pour avoir des écolos qui vont me saboter dès que je vais sortir l'enrouleur a un moment il faut arrêter le délire. Il y a 2 exploitations (300ha) sur ma commune en jachères 100% et à mon avis je serai le 3ème, remarquez l'objectif d'agroécologie sera atteint en plein après tout il n'y a plus que ça qui compte.
Répondre
Détritus
Il y a 13 jours
Entre 1 et 2 paysans qui mettent un terme à leur vie tous les jours à cause du harcèlement médiatique, politique et financier et on invite notre président à parler de biodiversité et d’agroforesterie? Là désolé mais je vomis. La biodiversité est peut être un sujet mais ce n’est pas la priorité.
Répondre
moi meme
Il y a 13 jours
qu'il commence par nous faire un revenu decent apres on verra .lui et ses costumes bien coupes pour faire le jf kenedy .cela trompe personne .mrs macron en campagne 2022.
Répondre
Terminé
Il y a 13 jours
La France au tournant en très grande difficulté. Les français avaient le choix entre Macron et Le Pen... Sacré choix... On appelle cela le choix de la démocratie de la 5 ème république avec 50% de votants.. Notre démocratie est en réel danger avec des in égalités qui s agrandissent.
C'est un véritable discours de non soutien et de faillite de l agriculture française.
Il ne parle aucunement des prix agricoles, sa loi egalim un fiasco puisque non appliquée. C'est un inconscient du prix payé aux producteurs un scandale majeur. Les GMS vendent du porc à 1 euro 14 le kg une folie...
Il parle aussi de la Pac, moi j'ai perdu 50%de la pac et plus de paperasses et de contrôles.
50% de pac en moins et des prix sous une bulle speculative mondiale vous coulez c est tout.
Sa communication reste donc chez les agris écologie qui font de la vente directe. Le reste va tout simplement disparaître au profit de l importation personne n'est dupe. Lui il appelle cela de la réconciliation.. Ça reste toujours consommateurs gagnants producteurs perdants.
Répondre
PàgraT
Il y a 13 jours
Des pions sur un échiquier très certainement, pour autant imaginez un échiquier sans les pions pour une seule des deux couleurs ! C'est mal engagé pour celui qui ne les a pas !
Répondre
professeur choron
Il y a 12 jours
Mais ça toujours été le cas!! Les politiques ne sont pas responsables de tout, actuellement ils ont au moins le mérite d'un certain pragmatisme. Après faisons notre boulot, arrêtons d'écouter bêtement les commerciaux et autres bonimenteurs,au moins avec le covid on les voit moins et la terre ne s'est pas arrétée de tourner sans eux!
Répondre
PàgraT
Il y a 13 jours
Vous avez complètement raison Marie; il est très utile de les recevoir de temps en temps pour leur expliquer les choses, leur sortir des chiffres ( Macron adore les chiffres ) avec l'évolution de nos prix et de nos charges, leur faire voir sur le terrain ce que les technocrates ignorent ou passent sous silence ! C'est comme çà que le glyphosate a été préservé,.... pour le moment !
Répondre
eric17
Il y a 13 jours
A lire ceci : https://www.cnews.fr/france/2017-04-27/tout-savoir-sur-la-carriere-de-banquier-demmanuel-macron-754068 .J'ignore si ce journaliste à fait un travail
consciencieux mais cela préfigure à mon avis que notre président à une vision personnelle de l'agriculture plus orienté du niveau distribution que celui de la production agricole telle que nous la pratiquons . En gros c'est pas l'agriculture qui l'intéresse mais ce qu'il y a entre nous et le consommateur . A partir de là nous sommes pour lui (à mon avis) que des poins sur un échiquier
Répondre
Johnny
Il y a 11 jours
Oh Marie si tu savais....
Répondre
Marie
Il y a 14 jours
Macron n est pas responsable de tout. Si on ne lui explique pas. Quand un administrateur d op laitière se permet de dire a qui veut l entendre que 2020 est un bon cru comment ne voulez vous que nos dirigeants ne le croient pas c est un élu par ses pairs. La problématique vient de la de chez nous au lieu de critiquer bottez le cul de ces centaines d idiots qui soit disant sont paysans
Répondre