Réforme de la PacDenormandie veut les mêmes normes environnementales en agriculture pour l'Europe

| AFP

Les normes environnementales « doivent être les mêmes partout en Europe » pour les produits alimentaires dans le cadre de la future politique agricole commune (Pac), a estimé mercredi le ministre de l'agriculture, au lendemain de la réautorisation en France des insecticides néonicotinoïdes pour la culture des betteraves.

« L' Europe est un marché commun (...) il est inacceptable que dans nos étals de supermarchés vous ayez un concombre européen qui n'a pas les mêmes normes écologiques qu'un concombre français » a déclaré Julien Denormandie sur Europe 1. « Ce sur quoi je me bats auprès de la Commission européenne et des autres ministres européens, c'est que les règles environnementales s'appliquent partout en Europe », a déclaré le ministre. Pour y arriver, « on a un événement historique, qui est cette nouvelle politique agricole commune » en cours de négociation. « Quand vous négociez les règles de la politique agricole commune, vous demandez que ces règles s'appliquent partout pareil » a-t-il ajouté.

Retrouvez aussi l'interview du ministre de l'agriculture par Terre-net : Plan de relance, Pac -  Julien Denormandie : « L'objectif est clair : souveraineté et indépendance »

Le ministre a défendu la décision « difficile » prise jeudi par l'Assemblée nationale française de réintroduire temporairement, pour trois ans, l'utilisation des insecticides néonicotinoïdes dans la culture des betteraves, afin de préserver la filière française de sucre et alcool, qui emploie 46 000 personnes. « Est-ce qu'on veut sauver la filière française du sucre ou importer du sucre étranger moins disant environnementalement ? » a-t-il lancé.

La filière betterave à sucre fait face à de fortes distorsions de concurrence à l'intérieur même de l'Union européenne. 14 pays sur 19 producteurs de betteraves (Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Belgique, Danemark, Roumanie, Espagne, Autriche, Croatie, Finlande, Lituanie, République Tchèque, Slovaquie et Grèce) ont accordé des dérogations à l'utilisation des néonicotinoïdes en 2019 et 2020, alors que la France, qui les avait interdits en 2018, s'apprête à subir une récolte en forte baisse en raison d'une « jaunisse » transmise par un insecte. Ce qui risque de remettre en cause la pérennité de ses usines de transformation par manque de betteraves pour les alimenter. Par ailleurs, sur le plan économique, 12 pays sur 19 subventionnent la production de betteraves en mettant en œuvre des « aides couplées » dans le cadre de la Pac, au titre de la subsidiarité de la Politique agricole européenne.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 13 RÉACTIONS


vik
Il y a 52 jours
OK mettez en place un numéro de téléphone on a des choses a vous dire car les industriels sont les maitres du monde
Répondre
Lau
Il y a 53 jours
Bonjour
Faisons lui confiance il vient d arriver!
Il est plus jeune et moins tordu que ses prédécesseurs
Mais étant donné le pouvoir des lobis à Bruxelles et à paris il va avoir des obstacles à abattre ou à contourner
Répondre
pourquoi pas
Il y a 53 jours
faut il encore que la france soit aussi cleen que pense Denormandie...,et la france avec ses gros rendements et une des plus dependantes des pesticides....,c'est un coup à se prendre un gros coup de baton!,mais bon si il est tendu....
Répondre
tracteur4
Il y a 53 jours
notre ministre nous promet beaucoup de choses... alors va t il le faire ou simplement le dire comme ses predecesseurs
Répondre
Réaliste
Il y a 54 jours
Encore un petit effort de réflexion et vous pouvez interdire les imports même hors UE de tout ce qui ne respecte pas nos normes. Bon pour la mise en application dans le monde réel par contre ne rêvons pas. Tant qu'on ne bloquera pas nous même les camions aux frontières et les bateaux aux ports rien ne bougera. Pour info dans les imports de bio chinois il y a 80% de non conforme et quasiment aucun contrôle. Voilà l'ampleur de la tâche à accomplir.
Répondre
steph72
Il y a 54 jours
Je vois qu'il y en a encore qui croient aux promesses des politiques,surtout les menteurs de la R E M
Répondre
arnaud2
Il y a 54 jours
Enfin un ministre avec du bon sens , mais la tache ne seras pas facile aves tous ces bon à rien d' écolos et associations de demeurés !!!
Répondre
tito
Il y a 54 jours
...bon courage... alors que la prochaine pac est prévue pour mettre plus de subsidiarité des états
Répondre
Olmer
Il y a 54 jours
Les mêmes normes environnementales sociales et fiscales, ce serait la moindre des choses!!!
Ah j oubliai, DES PRIX RÉMUNÉRATEURS BORDEL !!!!!!
Répondre
Pipo1er
Il y a 54 jours
Mr denormandie svp prenez contact avec mr clarinval le nouveau ministre fédéral de l agriculture en Belgique...on en a aussi besoin...
Répondre