SécheresseJulien Denormandie annonce des aides supplémentaires

| AFP

Le gouvernement va permettre l'ouverture du régime des indemnisations pour « calamités » aux agriculteurs et éleveurs victimes de la sécheresse qui devraient aussi bénéficier d'autres aides à la trésorerie d'urgence comme certains dégrèvements fiscaux, a annoncé vendredi le ministre de l'agriculture Julien Denormandie.

Le ministre de l'agriculture a annoncé le 14 août de nouvelles mesures pour aider les agriculteurs à faire face à la sécheresse.Le ministre de l'agriculture a annoncé le 14 août de nouvelles mesures pour aider les agriculteurs à faire face à la sécheresse. (©Terre-net Média)

« On prend des mesures exceptionnelles pour accompagner les agriculteurs face à des épisodes de sécheresse qui ne cessent de se répéter », a déclaré sur Franceinfo le ministre qui a aussi confirmé qu'une « part significative » du volet agricole du plan de relance de l'économie devant être annoncé le 25 août sera consacrée à « l'adaptation de nos cultures au changement climatique ».

« Pour tous les départements qui pourront relever de la calamité agricole », le ministre a indiqué qu'il serait « très vigilant » afin que les agriculteurs concernés puissent en bénéficier.

« Quand est-ce que cela se passe ? À la fin de l'épisode de sécheresse, on constate les conséquences des diminutions de rendement et on fait ces déclarations (...) qui donnent lieu ensuite à des accompagnements financiers », a dit le ministre sans donner le montant du budget.

Dans les mesures d'urgence, outre le feu vert à l'utilisation des jachères pour nourrir le bétail et au décalage des dates de semis imposés par la politique agricole commune (Pac), déjà annoncées, le ministre a évoqué le versement anticipé d'acomptes « plus élevés » de la Pac, et des « dégrèvements sur la taxe foncière que paient les agriculteurs » pour les régions les plus sinistrées.

En début de semaine, le président du syndicat agricole Modef Pierre Thomas avait demandé l'activation du fonds national de gestion des risques agricoles (FNGRA) pour indemniser les agriculteurs exposés aux dégâts de la sécheresse.

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert avait demandé aussi des allègements de charge voire des échelonnements de remboursements bancaires pour les entreprises agricoles.

« Au delà de ces mesures de très court terme, agronomiques et financières, il faut surtout préparer l'avenir, c'est l'objectif du plan de relance ou une part conséquente du volet agricole du plan de relance sera consacrée à l'adaptation de notre agriculture aux effets du changement climatique », a ajouté le ministre.

Sur ce volet il a cité trois exemples : le financement de l'achat de matériaux de protection contre la grêle, le financement de la recherche pour trouver des semences plus adaptées aux bouleversements climatiques, et l'amélioration de la gestion des ressources, en particulier en eau.

« Après la sécheresse, il y a des orages très violents, de la grêle : aujourd'hui, on a des matériaux pour se protéger contre ces phénomènes, qui coûtent cher, il faut pouvoir les financer pour accompagner nos agriculteurs », a ajouté le ministre qui se rend dans deux exploitations de Haute-Garonne vendredi.

Pour la gestion de l'eau, Julien Denormandie a jugé « absolument pas normal » qu'un projet de construction de bassin de rétention d'eau puisse « prendre 8 à 10 ans » et évoqué des « mesures de simplification » à engager « dans la concertation » afin d'éviter « les conflits d'usage ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 34 RÉACTIONS


hypocrisie
Il y a 27 jours
arretez de vous plaindre, la légère diminution du nombre de paysans arrange le monde agricole, pleins de terres à reprendre, c'est des DPB en plus. Ils s'en mettent plein les poches.

Les eleveurs agriculteurs...font semblant de s'indigner, en rélaité dès que tu as le dos tourné ils se frotte les mains quand une ferme arrete, chic chic , plein de terres à reprendre.

Les CDOA et les Safer laissent faire.

Dans ma zone d'élevage allaitant il y a 0 ferme à reprendre, tout est joué d'avance.
Répondre
Regard
Il y a 27 jours
Pouvez vous mettre les cotisations de charges MSA en charge
Répondre
gréviste
Il y a 28 jours
tout a fais d'accord avec toi, il n'y a pas d'autre solution, regarder autour de vous aucun corps de métier ne répercute pas ces augmentations de charges sur ces prix il n'y a que dans l'agriculture que l'on voit ça
Répondre
debutant
Il y a 34 jours
il n y plus rien presser le fruit est sec ! cours bas, pac en baisse, prix minables,et secheresse a repetitons etc etc etc faut arreter tout cour de nous prendre pour des cons ! la bouffe a bas prix a ses limites le consommateur doit payer le juste prix , nous ne sommes pas là pour faire office de fusible financier dans le panier de la menagere .Si le prix a la prod a augmenter de 30 pct il doit augmenter de 30 pct avec retour directe au producteur.Vous pourrez inventer tous les artifices seul le respect du cout de production permettra de vivre et de continuer a installer et se preparer a tous ces changements climatiques
Répondre
Momo
Il y a 35 jours
Moi aussi de Normandie hé ba il me manque 50% de fourrage comparé à une année normale, mais n étant pas classé en zone sécheresse donc mes vaches vont devoir se serrer la ceinture....
Répondre
baldin
Il y a 35 jours
En effet les « gilets jaunes agriculteurs » sont pas nés ...lorsque tu vois l actu récente et qu entre confrère on s empoisonne volontairement à coup de glypho...on a depassé le stade du pourrissage de cloture ou autre sa***perie de bas étage
Répondre
Cabeillade
Il y a 36 jours
Complètement d'accord avec vous, à part pour la dernière ligne. Un mouvement "Gilet jaune des agriculteurs" n'a aucune chance d'aboutir. Vu notre nombre, nous ne sommes même plus un corps électoral. Ça me fait penser au mouvement "gilet bleu" de la police qui n'a d'ailleurs pas duré longtemps ; Le génie des gilets jaunes est justement d'avoir réuni des citoyens de toutes professions et de tout bord, en dehors de tout cadre politique ou syndical. La seule chance que nous avons serait de nous INTEGRER à ce mouvement et de ne pas la jouer solo, en comprenant que nous avons les mêmes intérêts que le reste de la population, si on creuse bien. Evidemment, je parle du mouvement "gilet jaune" du début (france périphérique / blocage de ronds points, actions ciblées, ouverture des autoroutes, etc.), pas des affrontements dans les grandes villes entre extrême gauche et extrême droite qui ont eu lieu les derniers samedis (savamment orchestrés par le pouvoir, pour décrédibiliser le mouvement).
Répondre
PHILOU
Il y a 32 jours
faux car nous n avons pas de gilet jaune mais des moyens plus importants tracteur lisier fumier etc
Répondre
Réaliste
Il y a 36 jours
On s'en moque de vos 50% d'abattement sur la TF Monsieur le ministre. Compensez nous le manque à gagner des diverses interdictions et taxes que les autres pays UE n'ont pas. Vous pouvez préparer un chèque entre 200 et 300€/ha et ça tous les ans ! Ou alors interdisez les importations qui ne respectent pas nos normes françaises, mais là c'est aux consommateurs qu'il faudra faire des tickets de rationnement.
Et comme votre gouvernement le fait pour les accusations envers les policiers, poursuivez en justice toutes ces ong et ces gens qui dénigrent l'agriculture pour le compte de pays ou sociétés étrangers.
Quand aux syndicats agricoles vous êtes à la rue. Le jour où on aura un "gilet jaune" des agriculteurs ça va vous faire drôle.
Répondre
Moty
Il y a 36 jours
Je suis complétement d'accord, il faut diminuer les charges ( opérationnelles et de structure ). Et demander des prix rémunérateurs, qui sont conditionnés au volume limité au niveau européen .
Actuellement, on voit un peu de changement dans les installations car certaines grosses structures ont du mal à être reprises ( capitaux trop importants ) les banques ont parfois du mal. On constate de + en + d'installations sur des fermes de petites dimensions ( avec vente directe ).
Dans le grand ouest, on ressent que le système dominant ( maïs , soja, béton ) commence à avoir du plomb dans l'aile
Répondre