Prix du lait, négociations commercialesDans les contrats aval 2018, des prix producteurs entre 335 et 375 ¤/1 000 l

| par | Terre-net Média

Selon la FNPL, les prix objectifs payés aux producteurs pour 2018, que les industriels ont mentionnés dans leurs conditions générales de vente, oscillent dans une fourchette comprise entre 335 et 375 ¤/1 000 l. Mais face à l'imprécision des termes, le syndicat se donne six mois pour mettre en ½uvre le plan de filière laitière en matière de cadre interprofessionnel et de définition d'indicateurs de valorisation du lait.

Marie-Thérèse Bonneau, Thierry Roquefeuil et André Bonnard, ici en septembre 2017, entendent bien concrétiser les engagements pris du plan de filière laitière en matière d'indicateurs de valorisation, d'ici début juillet 2018.Marie-Thérèse Bonneau, Thierry Roquefeuil et André Bonnard, ici en septembre 2017, entendent bien concrétiser les engagements pris du plan de filière laitière en matière d'indicateurs de valorisation, d'ici début juillet 2018. (©Terre-net Média)

« Tous les menteurs se sont donnés rendez-vous » pour les négociations commerciales. André Bonnard, secrétaire général de la FNPL, ne mâche pas ses mots sur l’attitude des distributeurs et industriels dans le cadre des négociations annuelles, qui s’achèveront fin février.

Pour la FNPL, la loi Sapin 2 votée en novembre 2016 a changé une seule chose aux négociations : l’obligation incombant aux industriels de mentionner, dans leurs conditions générales de vente envoyées début décembre aux distributeurs, le prix prévisionnel qu’ils estiment payer aux éleveurs laitiers au cours de l’année. « Ça donne une idée très concrète de ce qu’envisagent les transformateurs », poursuit l’éleveur.

Et le syndicat d’expliquer avoir mené son enquête : « Selon les chiffres que nous avons obtenus, les industriels estiment qu’il faut payer les producteurs, en 2018, entre 335 € et 375 €/1 000 l. C’est la fourchette de prix aujourd’hui ». Selon la FNPL, les collecteurs privés seraient en moyenne mieux disants que les coopératives. « Certains industriels suggèrent 335 €/ 1 000 l alors que nous savons que le marché intérieur des produits laitiers permet de rémunérer les éleveurs bien au-delà de ce prix », dénonce Thierry Roquefeuil, président du syndicat.

Ceci dit, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. « De quoi parle-t-on ? De lait standard ? Un prix comprenant les primes ? » C’est bien le défaut de la loi Sapin 2. La loi ne précise pas exactement à quoi le prix objectif mentionné dans les CGV doit faire référence.

Des indicateurs de prix d'ici juillet 2018

Pour combler cette lacune, le projet de loi issu des Etats généraux de l’alimentation et qui doit être présenté en conseil des ministres fin janvier 2018 imposera un cadre plus strict : il s’agira de construire les prix, en particulier ceux âprement discutés dans les « box de négo », « en fonction d’indicateurs, notamment interprofessionnels ».

Mais la FNPL veut aller plus loin que le projet de loi à venir. Le syndicat entend bien mettre sur les rails, d’ici début juillet 2018, le volet interprofessionnel du plan de filière laitière consacré à la formation du prix et à la répartition de la valeur. « Notre objectif, c’est que tous les acteurs, au sein de l’interprofession laitière, acceptent une méthodologie pour définir des indicateurs, et qu’ils appliquent concrètement ces indicateurs pour la définition des prix.

« L’interprofession construira avec les opérateurs économiques un tableau de bord mensuel, complet et actualisé. Ce tableau de bord servira de références communes basées sur des indicateurs de valorisation de l’ensemble des marchés laitiers. Les acteurs économiques - des producteurs aux distributeurs - s’engagent à les utiliser », détaille le plan de filière baptisé « France Terre de lait ! ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 13 RÉACTIONS


stan
Il y a 329 jours
335 euros on y est pas et encore on mange encore des sous avec les mises aux normes et la sécheresse il faut donner davantage on peu plus payer les assurances ,le véto, les emprunts déjà retarder les banques profite avec les agios l'État s'endette encore davantage au final c'est pas bon pour la croissance .
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 570 jours
Désolé mais dans les coops c est vos C A il faut les secouer suivez moi sur mes commentaires et vous remarquez que je ne ménage pas Sunlait .Est ce que vôtre banquier vous ménage ?N oubliez pas que vos collègues administrateurs quand ils sont en conseil ils oublient leur métier !!!!
Répondre
bou21
Il y a 571 jours
nous on démarre a 320 (38/32) en janvier et il parlent de ca en moyenne sur l année ,nous sommes en coop
et ce qui me gene c'est que des salariés responsables production disent que c'est suffisant , pour se payer 350 euros par mois peut etre mais nous pour 70 heures de travail par semaine on espère quand meme plus ,on se moque de nous ,on va indexer leurs salaires sur le prix du lait et on va voir s'il vont se contenter de 350 euros par mois !!!! nous sommes vraiment revenus au moyen age !!!!
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 573 jours
Savencia 340janvier 330fevrier 320mars
Répondre
La chouette
Il y a 574 jours
Nous aux Maîtres Laitiers du Cotentin(manche) on ne travaille pas avec les GSM et notre prix il est aussi de 315€.Donc vous allez comprendre que le premier qui vous siffonne le prix payé à la ferme c bien le collecteur lui même et non les gms.
Répondre
Chrislait
Il y a 578 jours
Donc petite synthèse, 310-320 pour le premier semestre, c'est pas avec ça que je vais refaire ma trésorerie
Répondre
Aym
Il y a 578 jours
Pour lactalis c'est précisément 317 à 38/32 pour les mois de janvier et février.
Répondre
nenette
Il y a 578 jours
bonjour,
Pour nous ce sera 310 de base sur l'année et -40 en janvier -35 en février et -30 en mars (saisonnalitée).
Et la chercher l'erreur!!!
Répondre
Chrislait
Il y a 579 jours
Prennent pas beaucoup de risques a la fnpl, une fourchette a 40 € près, pour moi ça fait une différence de 20 000 € , c'est vrai que quand on a des indemnités , le lait passe au second plan
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 579 jours
Savencia 32/38 soit disant acompte avant fin des négociations Gms
Répondre