Crise du laitRéunion extraordinaire de l'UE le 5 octobre

| AFP

Une réunion extraordinaire des ministres européens de l'Agriculture aura lieu le 5 octobre à Bruxelles en raison de la crise des prix du lait qui touche les producteurs européens, a-t-on appris mercredi auprès de la présidence suédoise de l'UE.

« J'ai décidé d'inviter mes 26 collègues européens à une réunion le 5 octobre à Bruxelles avec la commissaire (à l'Agriculture) Mariann Fischer Boel qui présentera une feuille de route pour le secteur laitier européen », a déclaré le ministre suédois de l'Agriculture, Eskil Erlandsson, à l'AFP. « Nous faisons cela en raison de la situation de crise en Europe sur le marché », a-t-il ajouté lors d'un entretien téléphonique.

Plusieurs pays européens dont la France, l'Allemagne et la Pologne ont jugé insuffisantes les nouvelles propositions de Bruxelles la semaine dernière pour parer la chute des cours laitiers. La France avait réclamé lundi la tenue d'une réunion extraordinaire des ministres européens sur la question. Interrogé sur la nature de la feuille de route que Bruxelles doit remettre, le ministre suédois a déclaré que la Commission « lui a promis une analyse du marché » laitier européen et mondial. Il a par ailleurs précisé que la Commission était chargée de former « un groupe d'experts de haut niveau » sur la question, alors que les manifestations de producteurs se multiplient. « La présidence suédoise prend la crise du secteur laitier au sérieux», a-t-il ajouté.

Jeudi dernier, la Commission a proposé de faciliter les aides à la reconversion pour les producteurs, via des rachats de quotas. Elle a augmenté le plafond des aides publiques autorisées dans l'UE pour le secteur laitier et accepté d'étudier un mécanisme de négociation des prix au niveau national entre producteurs et industriels. Ces propositions sont jugées insuffisantes par 19 pays européens menés par la France et l'Allemagne. Mercredi à Paris, le Premier ministre français François Fillon a plaidé pour une réunion extraordinaire afin de «mettre en place une nouvelle régulation» qui doit «viser à corriger les aléas des cours».

«Il s'agit d'abord de remettre en place des mécanismes de stockage de long terme. Il s'agit ensuite de lisser les cours grâce à la mise en oeuvre de marchés à terme», a-t-il expliqué. Depuis l'appel à la grève européenne du lait lancé le 10 septembre, les épandages de lait et les actions pour dénoncer la crise d'un secteur en surproduction se sont multipliés, notamment à Bruxelles, mais aussi en France, en Suisse ou en Italie.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article