Dossier Retour au dossier Prix du lait

Conséquences économiques du Covid-19Les laiteries demandent des baisses de production

| par | Terre-net Média

Si les laiteries continuent d'assurer la collecte malgré les restrictions liées aux mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, les courriers se multiplient depuis la semaine dernière pour demander aux éleveurs de réduire la production, sous peine, parfois, de pénalités...

Pour atténuer les conséquences économiques du Covid-19, beaucoup de laiteries ont demandé des baisses de productionPour atténuer les conséquences économiques du Covid-19, beaucoup de laiteries ont demandé des baisses de production (©Terre-net Média) 

Malgré la pandémie de Covid-19, les éleveurs continuent de travailler et les camions de collecter le lait pour nourrir les Français. Cependant, dès les premières mesures de restrictions et le confinement annoncé le 15 mars, les producteurs de lait faisaient part de leurs inquiétudes, en lien avec la fermeture de certains marchés (restauration collective, commerciale, et désormais les marchés de plein air...).

La collecte se poursuit en effet, avec des mesures de sécurité supplémentaires pour garantir aux laitiers les conditions de travail les plus sûres.

Cependant, comme redouté par les éleveurs, les laiteries, petites et grandes, ont progressivement demandé de réduire la production au cours de la semaine dernière.

« Aujourd’hui, avant d’en arriver à des mesures coercitives, nous venons vous exhorter de mettre en œuvre tout ce qui est possible pour baisser volontairement votre production : alimentation, tarissements précoces, réformes anticipées, monotraite, etc. », demandait par exemple la laiterie Rians le 25 mars, rappelant que le coronavirus perturbe fortement l’activité économique : baisse des ventes en RHF et à l’export, « changement profond dans le mix produit des commandes de la GMS », absentéisme dans les ateliers...

Même son de cloche du côté de Lactalis, qui a fait part le 26 mars des impacts économiques avec « une forte baisse de la valorisation des laits d’excédent proche de 290 €/1000 L, en baisse de 15 % sur un mois. « Nous ne sommes pas en mesure de garantir que nous pourrons absorber l’ensemble du lait des producteurs dans les semaines à venir, malgré tous les efforts de l’ensemble de nos collaborateurs », ajoute le groupe, qui demande lui aussi une réduction de la production laitière.

À noter que certaines laiteries n’ont pas, pour le moment, demandé cet effort à leurs éleveurs, comme Bel, ou Alsace Lait.

Une situation difficile en plein pic saisonnier

La demande est d’autant plus difficile à mettre en œuvre qu’elle coïncide avec le pic saisonnier et la période de mise à l’herbe pour beaucoup d’éleveurs. Dans les petites laiteries, les demandes de baisse vont jusqu’à 20 %, avec des pénalités, ou des baisses de prix payé au producteur, comme le dénonce par exemple Sunlait.

Des demandes que dénoncent plusieurs syndicats qui en appellent à davantage de solidarité.

Chez Sodiaal, le « conseil d’administration a décidé qu’une saisonnalité nationale de - 20 € les 1 000 l sera appliquée pour les mois d’avril et mai et redistribuée sur les mois d’été », indique un courrier signé de Damien Lacombe, président de la coopérative.

La FNPL a de son côté contacté la grande distribution pour trouver des moyens de mettre à disposition des consommateurs les produits AOP mais sous d’autres formes (fromages emballés, en libre-service dans les grandes surfaces plutôt qu’à la coupe, ou en drive). Car comme le rappelle le secrétaire général adjoint de la FNPL, Michel Lacoste, les consommateurs se sont en effet « rués vers les produits laitiers de première nécessité, laissant de côté les fromages AOP et les fromages à la coupe », ce qui s’est traduit, pour certaines PME, par des baisses de vente allant jusqu’à 50 % sur une semaine, sans possibilité d’adapter leurs produits à la demande actuelle.

Enfin, pour tenter de réorienter le lait qui n’était plus collecté, « nous avons organisé dans différentes régions la récupération du lait et sa réorientation vers d’autres créneaux », explique Michel Lacoste, qui salue de son côté l’aide reçue par Sodiaal sur ce sujet.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 29 RÉACTIONS


koufra
Il y a 168 jours
Cette pandémie nous révèlent encore une fois que nous sommes gouvernés par des psycopathes a tendance anti sociales .Plus sérieusement les grands groupes de l agroalimentaire vont en profiter pour augmenter leur profit . La tyranie de l UE SANS FRONTIERES se moque royalement des peuples ,il y a longtemps que cette institution ne travail que pour la finance et ce n'est pas notre président qui changera la donne vu qu'il vient de chez Rotchild. Au contraire il continura a se prosterner devant la reich chanceliere MERKEL. Les éleveurs vont encore trinquer il faudra pas s'étonner de la disparition de nos élevage . Au prochaines élections il sera necessaire de les sanctionner et d envoyer des elus qui défendent la FRANCE point bar pour en finir avec cette europe nauseabonde



Répondre
Jo
Il y a 168 jours
Les héros comme ils disent..., un heros doit se sacrifié dans les fais non ? 🤔?.
Leur vocabulaire n'est jamais choisi par hasard ! ...
Répondre
gerard
Il y a 168 jours
oui, l'alimentaire est indispensable (on peut ne pas se soigner mais manger c'est vital). Par contre, en cas de crise c'est l'alimentaire basique qui est porteur... patates, pâtes, pain, ce qui remplit le ventre à pas cher, et les matières grasses pour la sensation de satiété.
Répondre
The germs
Il y a 168 jours
C'est vrai, il est difficile de connait l'avenir. Par contre, je penses tout de même que la production alimentaire a encore un avenir....
Répondre
Fink
Il y a 169 jours
Méfiez vous de l’Omc elle a l’habirude d’envoyé tout le monde dans le mur...
Répondre
gerard
Il y a 169 jours
the germs, tu peux avoir pénurie et pas d'argent pour acheter... c'est le principe d'une récession (cf 1929)
Répondre
The germs
Il y a 170 jours
Moi, mon sentiment, au risque de me répéter, c'est que les problèmes sont surtout temporaires et liés à des problèmes logistique et d'une désorganisation de toute la filière...
Pour faire simple: les indus n'arrivent pas à écouler nos produits parce qu'il n'ont pas de quoi les transformer, ou la logistique (camions..) ne suit pas...
Sauf que, dans le même temps, on commence à entendre une petite musique dans le lointain: on parle de manque de lait en Chine, et surtout d'une probable pénurie alimentaire dans les mois qui viennent, du moins, si l'on en croit la FAO et l' OMC...
Pour conclure, je dirait que l'on aura trois à quatre mois très compliquer à gérer, puis on va venir frapper à notre porte pour nous demander de produire plus, car il va manquer de la nourriture à la sortie de la crise sanitaire...
Ne pas oublier qu'en Italie et en Espagne, c'est totalement à l'arrêt...
Répondre
????
Il y a 170 jours
Nous c est Sunlait qui n a rien compris Il faut dire que souvent les administrateurs sont des barons et ils ferraillent souvent plus pour être remarqués que de façon utile pour la profession d ailleurs de nombreuses voix commencent à faire remarquer leur agacement. Pour info un bon discours d un gros administrateurs sunlait : Chaque fois que je tourne la clé pour sunlait le compteur se met en route. Après on vous dit que c est du bénévolat
Répondre
steph72
Il y a 170 jours
Pourquoi toutes ces coops n'incitent pas à la compensation financière pour ceux qui baissent la production?
On instaure un chomage partiel pour les salariés mais on n'est pas foutu d'aider les producteurs!
Ce n'est que passager,les producteurs en ont marre,il manquera du lait d'ici peu;
Pour rappel le prix des céréales a augmenté,pourquoi se casser le c.l avec des vaches?
Autre chose ,sodiaal comme agrial ont des producteurs qui cessent au 1er avril,ces volumes ne devraient pas etre redistribués!
Répondre
Taxi
Il y a 170 jours
AGRIAL appelle à la réduction des volumes depuis quelques jours.
Réformes anticipées, tarissements à 6 mois de gestation etc...
Sans cette mise en œuvre immédiate la coop pourrait sous 21 jours interrompre momentanément la collecte...
Pour avoir fait le tour des potes - potes aucuns ne semble sensibilisé! Au risque de voir le prix payé très bas!
Je pense qu’ils n’ont rien compris du communiqué qui est signé du président ! On va assister à un carnage total !
Répondre