Stéphane Travert inaugure le Space 2017« Comment allez-vous répondre aux nouvelles attentes des consommateurs ? »

| par | Terre-net Média

Répondant à la tradition, Stéphane Travert est venu, mardi 12 septembre 2017, inaugurer la 31e édition du Space, au Parc expo de Rennes, dans une ambiance plutôt calme. Le ministre de l'agriculture a insisté sur la méthode employée par le Gouvernement, misant sur un « accord ferme » issu du compromis entre les acteurs, mais aussi sur l'importance à accorder au consommateur pour faire évoluer l'agriculture française.

[Vidéo] Stéphane Travert inaugure le 31e Space en demandant aux agriculteurs de mettre les attentes des consommateurs au centre de leurs préoccupations

Un ministre de l’agriculture, si ce n’est le Premier ministre ou le chef de l’Etat, se doit de venir inaugurer le Space, le premier salon d’élevage, à Rennes. Mardi 12 septembre 2017, Stéphane Travert a respecté cette tradition en arpentant longuement les allées du Parc expo de Rennes, dans une ambiance plutôt détendue.

Deux semaines après le démarrage effectif des réunions des Etats généraux de l’alimentation, le ministre a insisté sur la méthode employée. « C’est celle du dialogue et de la recherche du compromis. Ce n’est pas le consensus mou, c’est un accord ferme qui ne peut être atteint que dans l’écoute. » Stéphane Travert a ainsi tenté de rassurer en se montrant convaincu que la négociation de tous les acteurs de la chaîne alimentaire peut permettre d’obtenir des solutions pour un meilleur partage – et une plus grande création – de valeur ajoutée au bénéfice des agriculteurs.

« L’Etat peut faire beaucoup, mais il ne doit pas tout faire »

Avec la méthode des Etats généraux, le Gouvernement veut « mettre chacun face à ses responsabilités ». « L’Etat saura prendre sa part si c’est nécessaire, en incitant là où il le peut. » Autour du 11 octobre dans le département de la Manche, Emmanuel Macron devrait prendre les premières mesures issues de ces EGA.

Mais Stéphane Travert prévient : « L’Etat peut faire beaucoup, mais il ne doit pas tout faire au risque de mal faire. » Et le ministre d’évoquer la responsabilité du monde agricole. « Certaines filières vont mal et savent qu’elles doivent se transformer en profondeur. D’autres vont mieux, mais ce n’est pas pour autant qu’elles ne doivent pas se réformer. »

« Celui qui décide, c’est le consommateur »

Surtout, Stéphane Travert est venu à Rennes demander aux agriculteurs de mettre les attentes des consommateurs au centre de leurs préoccupations et non d'essayer de s'en affranchir

« La question à se poser n'est pas de savoir comment on pourra s'affranchir de cette évolution de la demande ? La question à se poser, c'est "comment être les premiers à répondre aux nouvelles attentes des consommateurs ?" », a assuré le ministre. Au final, « celui qui décide, ce n'est pas le ministre, l'agriculteur ou le transformateur, c'est le consommateur, qui, en conscience, vote pour chacun d'entre vous en effectuant ses achats. »

Les propos du ministre ont quelque peu agacé les leaders de la FNSEA qui ont réagi quelques heures plus tard lors d’un point presse. « Cela fait longtemps que nous savons que le client est roi », a ainsi répondu Christiane Lambert. Evoquant les progrès faits par les agriculteurs en termes d'environnement, de sécurité sanitaire ou de bien-être animal, elle a assuré « tout cela, nous l'avons fait et pourtant, les prix sont toujours tirés vers le bas. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


jean
Il y a 67 jours
les agriculteurs font déjà une Offre qui corresponde aux attentes de la France profonde.Des journaux,des associations militantes font passer leurs désirs excessifs comme attente de la Société tout en déformant les réalites de l'Agriculture et de l'alimentation.Mme Lucet a détourné l'étude Européenne qui disait que 97% des analyses faites au niveau Européen contenaient 0 pesticide ou moins que les seuils en présentant dans son émission cash..... que seul 3% des produits alimentaires étaient conformes.!
Répondre
Spartacus
Il y a 66 jours
Ah bon ! Et vous ne regardez pas ce que vous manger par contre pour acheter des téléphones hors de prix vous êtes moins regardant
Répondre
Bof
Il y a 67 jours
Le consommateur, il veut des prix bas... Peu lui importe l'origine des produits !!!
Répondre
vik
Il y a 67 jours
Sudventions égale bien etre industriel
Répondre
Tomy
Il y a 67 jours
Effectivement, nous devons être à l'écoute du consommateur et du citoyen. Donc cela passe par - de pesticides et + de Bio et pourquoi pas + d'agriculteurs ?
Tout cela est possible si il y a des réelles volontés politiques agricoles
Répondre
steph72
Il y a 68 jours
Répondre aux nouvelles demandes des consommateurs c'est ce que font les agriculteurs mais après c'est chez les industriels que ça ne suit plus.
Le consommateur a des exigence mais n'est il pas responsable en voulant des produits moins chers et vis à vis des produits il doit avoir les memes exigence sinon il doit payer plus cher.
Répondre