Crise laitièreBilan, deux ans après, de la fin des quotas laitiers par la Conf'

| par | Terre-net Média

Faisant un bilan, deux ans après, de la libéralisation du marché laitier en Europe, la Confédération paysanne estime que l'absence de quotas laitiers a coûté deux milliards d'euros aux producteurs de lait français, en termes de revenu.

Dans un communiqué, la Confédération paysanne explique avoir « invité, au cours des dernières semaines, les paysans et paysannes des différents départements à présenter une facture de deux milliards d’euros aux pouvoirs publics, coupables de leur désengagement dans la politique laitière. »

Deux milliards d’euros : c’est, selon le syndicat, le coût subi par les producteurs de lait, en termes de baisse de revenus, depuis la disparition des quotas laitiers le 1er avril 2015. « La dérégulation du secteur laitier a assez coûté ! Protéger les éleveurs, ça vaut le « coût » ! »

« Des milliards d’aides d’urgence débloqués par les pouvoirs publics nationaux et européens ont été engloutis dans le marché libéral, avec une efficacité dérisoire pour les producteurs laitiers et un coût considérable pour les contribuables, explique le syndicat. 350 000 tonnes de poudre de lait au stockage public européen pèseront encore longtemps sur le prix du lait payé à la ferme. Le prix actuel ridiculement bas de 31 centimes, (qui) s’affiche désormais comme un prix de référence pour les éleveurs laitiers français, bien en-dessous de leur prix de revient. Les revenus des éleveurs laitiers sont tombés deux années consécutives à des niveaux historiquement bas, inférieurs à ceux de 2009 et au seuil de pauvreté. Au bas mot, la perte de revenu estimée est de l’ordre de 2 milliards d’euros ! »

Quelques milliards de plus pour l'industrie laitière

Et le syndicat de comparer avec la santé financière de l’industrie laitière. « Pendant ce temps, les profits des industriels laitiers ont explosé, la fortune de la famille Besnier, propriétaire de Lactalis, numéro 1 mondial laitier, a bondi de quelques milliards d’euros ces dernières années. A cela s’ajoute une concentration des fermes qui se poursuit et la confirmation d’une mainmise absolue des industriels sur les éleveurs qu’ils collectent en lait conventionnel. »

« Une politique de prévention des crises agricoles doit être immédiatement mise en place à travers un tunnel de prix qui garantit les prix de revient des producteurs laitiers européens. Régulation, répartition et revalorisation doivent être les maîtres mots de cette nouvelle politique laitière ambitieuse et équitable », revendique la Confédération paysanne.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article