Réforme de la PacBigard, Avril, Savéol, Tereos et Agrial, des « profiteurs de la Pac » ?

| par | Terre-net Média

Alors que la réforme de la Pac entre dans une phase cruciale pour la définition du plan stratégique national, la plateforme « Pour une autre Pac » a lancé une campagne de communication ciblant cinq acteurs de l'agroalimentaire qui, selon le collectif, « profitent le plus de la Pac au détriment des paysans ». Le collectif réunissant « 44 organisations paysannes, environnementales et citoyennes » veut sensibiliser le ministre de l'agriculture sur « les aberrations » de la distribution actuelle des aides.

Affiches et slogans de la campagne de communication « Basta » lancée par la plateforme « Pour une autre Pac » qui souhaite dénoncer l’accaparement des aides de la Pac par les groupes agroalimentairesAffiches et slogans de la campagne de communication « Basta » lancée par la plateforme « Pour une autre Pac » qui souhaite dénoncer l’accaparement des aides de la Pac par les groupes agroalimentaires. (©"Pour une autre Pac")

Pour la plateforme « Pour une autre Pac », le terme «  basta », nom qu’elle a donné à la campagne de communication lancée mardi 12 janvier 2021, raisonne de deux manières. Outre l’interjection familière d’origine italienne, le collectif réunissant 44 organisations (Civam, Confédération paysanne, Générations futures, Greenpeace, FNE, etc) autour d’un même projet pour la politique agricole commune entend dénoncer « les profiteurs de la Pac ». Il cible ainsi « Bigard, Avril, Savéol, Tereos et Agrial » et leurs marques respectives les plus connues du grand public : Charal, Lesieur, Savéol, Beghin Say ou Soignon.

« La Pac actuelle et les règles de distribution des aides incitent l’agriculture française à s’industrialiser au détriment de l’intérêt général », a rappelé Matthieu Courgeau, président de la plateforme et agriculteur vendéen lors d’une conférence de presse mardi 12 janvier 2021. « Nous voulons dénoncer les injustices actuelles et porter la voix des paysans qui souhaitent la révision complète de la Pac », a continué Clotilde Bato, coordinatrice de la campagne. La plateforme a lancé un site dédié à sa campagne « Basta »

Vidéo de la campagne « Basta » de la plateforme « Pour une autre Pac »

« Captation ou perception directe d’aides de la Pac »

« On veut faire comprendre que la Pac est une politique publique qui doit servir à tout le monde. Or elle sert aux plus gros et ça appauvrit les plus petits, poursuit Aurélie Catallo, coordinatrice de la plateforme. Basta, ce sont les Gafam de l’agroalimentaire, des symboles aux pratiques néfastes pour le bien-être animal, l’environnement et les paysans. Soit ils bénéficient directement de plusieurs millions d’euros d’aides chaque année, soit, comme Bigard, ils en profitent en captant indirectement les aides par la pression des prix qu’ils exercent sur les producteurs ».

Le collectif assure avoir adressé, en amont du lancement de cette campagne, un « rapport argumenté » à chacune des entreprises ciblées. « Aucune d’entre elles ne nous a répondu », explique Matthieu Courgeau. 

Le réseau « Pour une autre Pac » entend défendre des propositions proches de celles émanant de la consultation publique citoyenne ImPACtons, dont la synthèse a été publiée il y a quelques jours, notamment une politique davantage tournée vers l’alimentation, « la transition agro-écologique » et le « soutien à l’emploi et à tous les projets d’exploitations ».

Dans les mois qui viennent, le collectif « Pour une autre Pac » doit, comme d’autres organisations agricoles, environnementales ou citoyennes, être consulté par le ministre de l’agriculture en vue de l’élaboration du plan stratégique national. Ce plan définira les dispositifs de distribution des aides de la prochaine Pac.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


Gaspard
Il y a 12 jours
de beaux discours, certes réalistes.
Quand est-ce que notre monde agricole aura les c... de descendre dans la rue.
Répondre
FOUE
Il y a 13 jours
Vous rêver, la pac est un complément de prix,,pour pouvoir continuer à importer mais OGM,blé fourrage...etc.Plus vous en ferez plus vous paierez taxe foncière (+ 30%),les DTT et le m2 de haie qui dépasse,son incapacité à gèrer les grands travaux ( j'attend toujours mes DPU ,DPB de 2011à 2018 (LGV Vinci). La seule corporation a avoir dit zut a 30% de leur revenu en 1992,et la vue régulièrement baissé,excepté les moments de crise économique forte.Les intérêts locaux font que les banques dite agricole ont eu le choix d'installer qui elles veulent ou elles veulent ,mais ne vous y tromper pas elles s'y retrouvent bien dans le temps.
Nos organismes sociaux la msa devrait disparaître, 3 ans pour reconnaître un accident ,versements soit disant fait qui ne l'ont jamais été...etc .Des lois comme la rente du sol jamais appliqué,radiation d'un membre de gaec avec une impossibilité de ce faire opérer à ce jour.L'administratif a travers chorus pro pour nous pose beaucoup de problèmes,cette année 3 déclarations ( car elles se perdent dans les méandres informatiques, voulues certainement). Le résultat 6 mois de décalage.Cette année,le covid 19 semble aider un peu la paysannerie, mais combien peuvent en profiter ,combien vendent leur récolte d'avance 30 à 50% ! Combien sont à 350 € mois ! Nos fonctionnaires 1500 € et p!us par mois .Autrefois ont disaient un paysan 13 fonctionnaires ,aujourd'hui ?. Le fait est que nos campagnes se meurent,pas de services à moins de 50 km (impôts, médecins ,ophtalmologiste 6 mois, dentistes 5 mois,...etc.
La justice 10 ans ,15ans ,20 ans avant d'avoir un résultat ?
Cette année récolte 2020 ,les prix correct au vue de la récolte aurait dû doubler, ia qualité était là mais elle n'est pas payé,blé fourrager / blé meunier , la sélection régionale a disparue,on va retourner 50 ans en arrière.Les pandémies aux niveaux des plantes ,des animaux vont se multiplier , la sélection sur la production est contraire à la sélection sur la rusticité.
Les friches vont revenir,Impossibilité pour les jeunes de s'installer viablement,et les vieux d 'avoir une retraite correct. PAYSANS NOURISSER LA FRANCE ,MAIS NE VOUS FAITES PAS D'ILLUSIONS SUR LES REMERCIMENTS ! des solutions existent mais elles arriveront un peu tard par la force des choses .Administratifs aller voir les paysans, au lieu de prétendent des décisions pour eux.
Note : je suis à la recherche de quelqu'un qui puisse m'aider à faire valoir les droits d'un handicapé assuré groupama accident du travail.




Répondre
DVPN
Il y a 13 jours
Le monde Agricole englué dans ses problematiques meurt dans sa globalite. La crise a démarré dans les annees 70, suite à la course à la restructuration pour satisfaire ales consomateurs avident de se nourrir à bon marcher.... 1 500 000 exploitations pour être arrivé aujourd'hui à moins de 250 000....
L'elevage paie le fort tribut..., l'arboriculture ,le maraichage et maintenant le reste va suivre......
Il faut minimun 30 ans pour asseoir une spécialisation.
Un politique en une election.
Deprofundis.... 😪?
Répondre
Platane
Il y a 14 jours
Pour les outre-mer
Répondre
Marius
Il y a 8 jours
Olmer toujours la même réplique. Avec ça l'on va avancer. La faute de l'autre...toujours. Pas de soi.... toujours pleurnicher, viscéral... et pour finir tout casser..et le schlimblic recule...plutôt que d'avancer des idées.. (espèces, intrants, ventes..) non trop compliqué... baver sur tout le monde plus facile.
Répondre
Olmer
Il y a 14 jours
Ils sont le cancer de l agriculture !
Répondre