Crise du laitBelgique : protestation d'éleveurs devant une usine contre les prix bas du lait

| AFP

Lille, 21 juin 2016 (AFP) - Une cinquantaine d'éleveurs français et belges bloquaient depuis le milieu d'après-midi mardi une usine belge de collecte de lait pour protester contre les prix bas, a-t-on appris de sources concordantes.

Des éleveurs français et belges ont bloqué l'usine Milcobel en Belgique pour protester contre les prix du lait.Des éleveurs français et belges ont bloqué l'usine Milcobel en Belgique pour protester contre les prix du lait. (©Confédération Paysanne)

Plusieurs camions ne pouvaient ainsi plus accéder au site de la coopérative Milcobel de Langemark (ouest), près de la frontière franco-belge, qui collecte notamment du lait en provenance de la ferme picarde dite des « 1 000 vaches », selon les organisateurs. La direction de l'usine, interrogée par l'AFP, a confirmé cette information.

« Nous bloquons l'usine pour dénoncer la production trop importante au niveau européen qui implique des prix trop bas pour le litre de lait. Nous demandons une régulation de la production », a déclaré à l'AFP le porte-parole national de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel.

Certains éleveurs brandissaient des drapeaux jaunes de la Confédération paysanne et une banderole « Le lait des 1 000 vaches tue les paysans », sur des photos diffusées sur Twitter.

Pour le syndicat français, comme pour ses trois homologues belges (MIG/FMB, FUGEA et MAP), cette action symbolique vise à protester contre « les usines » de production comme la ferme des 1.000 vaches, «symbole de la surproduction qui casse les prix au détriment des éleveurs européens ».

« Le business est roi qui permet à certains de produire sans limite. Complices, nos gouvernants ne prennent pas les décisions qui s'imposent pour réguler enfin la production et mettre fin à cette crise », ont accusé les organisations dans un communiqué commun.

Selon eux, seule une hausse des prix du lait, actuellement acheté « 25 ou 26 centimes le litre par des géants comme Sodiall ou Lactalis », permettrait aux éleveurs de vivre de leur métier. « On estime qu'à moins de 35 centimes le litre, il n'est pas possible de gagner notre vie », a expliqué M. Pinatel.

Les éleveurs se disent prêt à « renouveler d'autres actions coup de poing » dans les semaines à venir s'ils ne sont pas entendus.

Ils demandent à ce que le Conseil des ministres européens de l'Agriculture, qui se réunira la semaine prochaine à Bruxelles, adopte une réduction obligatoire de la production concertée à l'échelle européenne.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Ajrula
Il y a 829 jours
Bonjour,

Nous venons par ce présent courrier pour une demande de collaboration avec vous suite a des recherche sur le net.Nous constituons un groupe d’investisseurs désirant collaborer avec des partenaires intègres, entrepreneurs ou effectués des investissements à tus particuliers ayant un projet rentable. Nous ne désirons en aucun cas se confondre avec des personnes non engagées,non responsables ou des hors la loi.

Notre but est d'investir dans des projets rentables dans un pays ou la loi protège les investisseurs étrangers. Pour plus d’informations ou demandes d’investissement, veuillez nous donner une suite favorable.

E-mail : ajrula.consultant@gmail.com

Merci pour votre compréhension et en attente de vos nouvelles.

Cordialement.
Répondre
éleveur 26
Il y a 879 jours
Bien joué les gars ! Il faut unir les éleveurs laitiers de l'UEs pour obtenir une régulation obligatoire des volumes. Ca urge !
Répondre
éleveur 26
Il y a 879 jours
faux, M. Welter ! La production laitière en France a augmenté cette année et avec la fin des quotas ! Votre ferme des 1000 vaches est montrée en exemple, mais si on généralise votre modèle, il faudrait 2500 fermes pour produire le litrage de la ferme France. dans le Rhône, je suis un jeune qui veut s'installer avec 180 000 litres en individuel, et que Danone refuse de collecter !!! Trop, petit ! Pas assez rentable à collecter ! C'est ça, la conséquence de votre modèle et de cette course aux bas prix pour être compétitifs sur le marché mondial !. Alors que si on se contentait de produire pour les besoins de la consommation intérieure + l'export bien valorisé (AOC), on produirait 90% des volumes actuels et on pourrait tous vivre correctement ! Mais continuons la fuite en avant et le plan massif de licenciement des producteurs de lait, c'est plus facile et ça évite de se poser les questions qui fâchent !...
Répondre
Michel WELTER
Il y a 880 jours
De mai 2015 a avril 2016, j ai lu dans un sujet de ce meme site que la production de la ferme France est en recul de 1,1% sur 1 an. Je pense donc que la ferme des "1000 vaches" n est que contributrice du maintien de la production francaise !!
Indirectement nous maintenons un 1/2 inseminateur, 1 bout de veto et quelques autres conseillers.
Croyez vous que si les 1000 vaches il y aura un impact sur le prix du lait ?
Par contre je pense que tous les eleveurs du secteurs verront des services s amenuiser ....
Répondre
Balel
Il y a 880 jours
Quelle aubaine pour cette laiterie qui, comme bien d'autres ne sait surement plus quoi faire de son lait. Le lait non collecté finira dans les fosses à lisier des producteurs, et la laiterie touchera l'indemnité de l'assurance pour entrave à la collecte ...
Répondre