Négociations UE-MercosurAu Sommet, S. Travert critique la méthode sans condamner le quota d'importation

| par | Terre-net Média

En visite officielle au troisième et dernier jour du Sommet de l'élevage, Stéphane Travert a critiqué la méthode de la Commission européenne sur le dossier des négociations avec le Mercosur. Mais le ministre de l'agriculture n'a pas fermement condamné la proposition européenne d'un quota d'importation de 70 000 tonnes de viande.

[Vidéo] Stéphane Travert : « Nous ne sommes pas d’accord avec la méthode de la Commission européenne »

Au troisième et dernier jour du Sommet de l’élevage, Stéphane Travert est venu arpenter les allées de la grande halle d’Auvergne pour tenter de rassurer les éleveurs allaitants sur plusieurs dossiers. Parmi eux, celui des négociations entre l’Union européenne et le Mercosur. Mais alors que l’ensemble de la filière viande bovine a appelé la France à s’opposer fermement à la proposition de la Commission d’octroyer un quota de 70 000 tonnes de viande bovine fraîche ou congelée en faveur des pays du Mercosur, Stéphane Travert se limite, pour l’heure, à dénoncer la méthode employée par la Commission européenne.

Dans une note commune cosignée par dix autres Etats membres (Autriche, Belgique, Hongrie, Irlande, Lituanie, Luxembourg, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie), la France a indiqué à la Commission qu’elle jugeait prématuré d’inclure les produits agricoles sensibles, comme la viande bovine et l’éthanol, à ce stade des négociations. « Je vais rappeler cette position lundi 9 octobre à Luxembourg lors du conseil européen des ministres de l’agriculture », a expliqué le ministre au début de sa visite du Sommet de l’élevage.

A l’inverse, huit autres pays (Allemagne, Danemark, Espagne, Italie, Portugal, République tchèque, Royaume-Uni, Suède) considèrent qu’exclure la viande bovine à ce stade des négociations donnerait un mauvais signal aux pays du Mercosur sur l’importance qu’accorde l’UE à cet accord de libre-échange.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Patrick
Il y a 10 jours
Les éleveurs ont été très peu impliqués dans ces négociations, de plus uniquement la Fnsea qui n'est plus représentative du monde agricole et surtout pas de l'élevage, donc....Enfin il faut-^ter optimistes
Répondre
PàgraT
Il y a 11 jours
Nous jugerons le gouvernement sur ses actes, pas sur le baratin!
Répondre
steph72
Il y a 14 jours
C'est pas lui qui a dit qu'il fallait produire en fonction de la demande la société...
Un peu contradictoire avec le quota d'importation octroyé et non condamné par le ministre???

Répondre
xavier courboin
Il y a 14 jours
Jeune Ministre !
Répondre