Fin des quotas et Pac 2015Fnpl et JA à la recherche de propositions et de solutions

| par | Terre-net Média

Les producteurs laitiers continuent à se préparer à la fin de la gestion administrative des quotas et à la mise en ½uvre de la Pac en 2015. JA et Fnpl affûtent leurs revendications pour rendre la contractualisation plus équitable.

Vaches holsteins au préLa  Fnpl et Jeunes agriculteurs prennent une nouvelle fois les devants sur un certain nombre de sujets qui leur sont chers. (©Terre-net Média)« Ce qui se fera demain sur le terrain émanera de la volonté des producteurs ! ». L’adage du syndicat Jeunes Agriculteurs prend tout son sens à quelques mois de la mise en œuvre de la Pac et de la fin de la gestion administrative des quotas.  

Car pour 2015, les producteurs de lait, jeunes ou moins jeunes, savent encore moins que les agriculteurs des autres filières de quoi sera fait leur avenir. Du ministère de l’Agriculture, ni les règles d’attribution de l’aide couplée à la vache, ni les clés de répartition de l’aide couplée à la production de protéagineux et du fonds de modernisation des bâtiments ne sont connues.

C’est pourquoi la  Fnpl, section spécialisée lait de la Fnsea et Jeunes agriculteurs prennent une nouvelle fois les devants sur un certain nombre de sujets qui leur sont chers.

Fonds de modernisation des exploitations agricoles

Dans un communiqué du 23 janvier, les éleveurs laitiers de la Fédération nationale des producteurs laitiers (Fnpl) se revendiquent les premiers bénéficiaires du prochain fonds de modernisation des exploitations agricoles et des bâtiments d’élevage en particulier, « selon la volonté de François Hollande exprimée au sommet de l’élevage à Cournon, en octobre dernier ».

« Les éleveurs laitiers ont des contraintes techniques et sociales plus lourdes ainsi que des revenus plus bas que les autres secteurs. Les laisser à côté de la modernisation revient à affaiblir un maillon essentiel de la réussite économique française. »

Le saupoudrage pour « vouloir contenter tout le monde n’aidera, au final, personne ».

Mais pour la Fnpl, l’efficacité de ce « plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations » réside dans la capacité des pouvoirs publics à faire des choix, consciente qu’il y aura des filières gagnantes et perdantes. Le saupoudrage pour « vouloir contenter tout le monde n’aidera, au final, personne ».

Attention aussi aux machines à gaz, prévient la Fnpl. « L’efficacité de ce "plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations" dépendra avant tout de la cohérence nationale du dispositif qui sera piloté par les Régions » et des dispositions prises pour éviter toutes distorsions de traitement entre les territoires.

Deux journées de travaux pour JA en Basse-Normandie

La réforme de la Pac 2014-2020 s’est aussi fixée comme priorité le renouvellement des générations d’agriculteurs. Aussi, le syndicat Jeunes agriculteurs souhaite que le dispositif de majoration des aides indirectes à l’hectare soit complété par une autre majoration de l’aide couplée à la vache laitière pour les porteurs de projets. C’est une des propositions parmi d’autres formulées aux termes des deux journées de travaux en Basse-Normandie pendant lesquelles étaient réunis des éleveurs de toute la France.  

Et pour remplacer la gestion administrative des quotas, les conférences de bassin sont, toujours selon JA, « les structures privilégiées pour l’élaboration d’une politique d’installation dans les territoires » avec tous les acteurs économiques du territoire et les pouvoirs publics.

C'est pourquoi le syndicat se réjouit d’avoir « obtenu la modification du décret Conférence de Bassin afin de pérenniser l'existence de ces instances et de légitimer leur rôle dans le renouvellement des générations dans cette filière ». Après avoir eu un avis favorable du Conseil spécialisé de FranceAgriMer, « il reste maintenant à attendre la signature du ministre ».

Les objectifs de ces modifications visent entre autres à proposer des dispositifs facilitant le financement d’outils de gestion de risque, à renforcer la connaissance mutuelle des dispositifs et des aides en faveur de l’installation et à proposer des contrats en cohérence avec leur projet professionnel .

La contractualisation 

Toujours en Basse Normandie, Jeunes agriculteurs a pris position « contre toute marchandisation des contrats, encadrée ou non. Nous ne voulons pas qu’un producteur livrant à une entreprise privée puisse céder librement son volume contractuel à un autre producteur ». 

JA y a aussi élaboré un certain nombre de suggestions portant sur la contractualisation et les relations entre livreurs et acheteurs.

Comme ces relations « ne sont pas partenariales, au sens où nous l’entendons », le syndicat invite les producteurs qui « en ont la volonté, à créer les conditions d'un nouveau rééquilibrage du rapport de force ». Le syndicat leur suggère de poursuivre la construction de l'organisation économique des producteurs de lait avec le transfert de propriété des litres à livrer à des organisations de producteurs commerciales. Elles auront comme compétence la négociation et la vente du lait de leurs producteurs adhérents.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article