Crise agricoleA Bruxelles ce 7 septembre, deux manifs pour un Conseil

| par | Terre-net Média

Journée cruciale ce lundi 7 septembre 2015 à Bruxelles : alors que deux grandes manifestations distinctes sont organisées par l'Emb et le Copa-Cogeca, les ministres européens de l'Agriculture vont tenter de se mettre d'accord sur des mesures de crise.

A Bruxelles, deux manifestations devant le bâtiment Justus Lipsius, là où se déroule ce 7 septembre le conseil extraordinaire des ministres de l'Agriculture. A Bruxelles, deux manifestations devant le bâtiment Justus Lipsius, là où se déroule ce 7 septembre le conseil extraordinaire des ministres de l'Agriculture. (©Fnsea et Confédération paysanne)  

C e lundi 7 septembre 2015, les ministres européens de l’Agriculture se réunissent à Bruxelles en Conseil extraordinaire. Mais les mesures proposées ou demandées, comme le relèvement du prix du lait à l’intervention, les aides au stockage ou le renforcement des campagnes de promotion  ne font pas l’unanimité.

Lundi 7 septembre 18h20: La Confédération paysanne est très remontée contre le Conseil européen des ministres agricoles. « L'Union européenne déclare son mépris aux paysans », estime le syndicat.

Lundi 7 septembre 17h10: La Commission européenne indique qu'elle donnera davantage de précisions concernant l'enveloppe de 500 M€ au cours du conseil informel des ministres européens de l'Agriculture, prévu mardi 15 septembre à Bruxelles.

Lundi 7 septembre 16h18: La commission toujours opposée au relèvement du prix à l'intervention

La Commission européenne reste opposée à une hausse du prix d’intervention des produits laitiers, donne le feu vert à des avances de 70 % sur les paiements directs.

Lundi 7 septembre 16h12: L'UE débloque une enveloppe de 500 M€

La Commission européenne a proposé une aide immédiate d'urgence de 500 M€ dont une grande partie sera distribuée aux États membres pour qu’ils soutiennent leur secteur laitier. Ces fonds seraient également utilisés pour relever les aides au stockage privé de la poudre de lait, pour l’octroi de telles aides en faveur des fromages et de la viande porcine, ainsi que pour un renforcement de la promotion des produits laitiers et du porc.

Lundi 7 septembre 11h: Deux manifestations face au bâtiment du conseil de l'UE

Devant le bâtiment Justus Lipsius, celui où se réunissent les ministres, le concert de slogans et de klaxons ne va pas s’arrêter de toute la journée. Deux manifestations y sont prévues, témoignant de la division du monde agricole sur les mesures à prendre pour pallier la crise des filières d’élevage et, surtout, sur l’orientation que doit prendre l’agriculture européenne.

Retrouvez le suivi de ce lundi 7 septembre sur le compte twitter de notre journaliste Arnaud Carpon:

Dès 11h30, l’European Milkboard, rejoint côté français par des représentants de l’Apli, la Coordination rurale et la Confédération paysanne, manifeste pour réclamer la mise en œuvre d’un programme de responsabilisation du marché, consistant en des mesures incitatives d’ajustement des volumes de production au marché. « Une renonciation volontaire aux livraisons doit être immédiatement financée, à l’aide de fonds provenant du super-prélèvement, afin de réduire le volume de lait », explique l’Emb.

Au contraire du Copa-Cogeca, ils demandent une régulation des volumes de production de lait afin de faire face à la crise actuelle. L'Emb refuse une « stratégie d’exportation à tout-va et le déversement des excédents de production de l’UE sur d’autres marchés » ainsi que des aides d'urgence directes qui ne résolvent pas les causes du problème.

A partir de midi, le syndicalisme majoritaire emmené par le Copa et la Cogeca organise lui-aussi une « manifestation de masse ». Les organisations et coopératives agricoles majoritaires de l'UE annoncent avoir mobilisé plus de 6000 agriculteurs et 2000 tracteurs. Lors d'une conférence de presse dans la matinée, le Copa-Cogeca a demandé aux ministres des Vingt-huit réunis en Conseil agricole et à la Commission européenne que l'argent provenant du superprélèvement laitier européen retourne au secteur qui a un besoin immédiat d'argent. Pour le secteur du porc, plutôt que le stockage privé, les producteurs souhaitent pouvoir utiliser la graisse et les abats stockés pour la production de biocarburants.

N.B : Avec Agra presse et Afp

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article