Mise en ½uvre de la Pac en 20152013 : année de référence des Pmtva avec des aides de 187 ¤ à 70 ¤

| par | Terre-net Média

Les agriculteurs ne doivent pas s'attendre à connaître l'ensemble des règles du jeu pour 2015 avant l'été pour les aides du second pilier.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture.Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. (©Ministère de l'Agriculture.)Pour les aides du second pilier, la mise en œuvre de la réforme de la Pac cette année est imputable à la Commission européenne. Elle n’a pas encore validé l’ensemble des programmes régionaux de développement agricole que les conseils régionaux lui ont transmis. C’est en ces termes que répond Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, aux questions posées par des journalistes agricoles de 4 février 2015. Ces derniers lui ont fait part de l’impatience des agriculteurs à trois mois de l’ouverture de la prochaine campagne de déclaration des aides Pac.

« Mais quoi qu’il en soit, les programmes de développement rural seront bien mis en place dès cette année et les agriculteurs recevront des avances versées par le budget de l’Etat si la situation n’est pas réglée d’ici octobre prochain », a ajouté le ministre de l’Agriculture.

Une année blanche sans aide est exclue. La rédaction reviendra ultérieurement sur la mise en œuvre de la Pac et notamment sur les aides du second pilier.

Quant à la Pmtva, 2013 sera l’année de référence par rapport à laquelle les droits seront alloués aux éleveurs. Et une fois le montant de la réserve connue, de nouveaux droits seront accordés en 2016 aux jeunes installés et aux petits éleveurs ayant moins de 50 animaux primés afin de conforter leur exploitation.

Pour rappel, les montants de la Pmtva seront cette année de 187 € pour les 50 premières vaches, de 140 € jusqu’à 99 vaches et de 70 € au-delà. La règle de transparence assise sur la part de capital social détenue par chacun des associés est appliquée. 

Le ministre de l’Agriculture reconnaît la conjoncture très difficile des éleveurs de bovins viande. Leur situation est imputable en grande partie à la fin des quotas et à la baisse du prix du lait.

A la veille de l'assemblée generale de la Fnb

Les producteurs de bovins viande sont entre autres victimes de l’engorgement marchés par les vaches laitières conduites à l’abattoir pour réduire la production de lait dans les élevages en cette période de baisse de prix. Autrement dit, par ricochet, par de l’absence de régulation de la filière lait.

L’embargo russe aggrave la situation économique des éleveurs européens mais aussi, sur le marché de l’export, l’inadéquation de l’offre avec la demande avec des filières structurées pas race. La passion de l’élevage et des races bovines n’est pas toujours partagée avec nos clients importateurs. Ces derniers veulent des animaux conformés selon un cahier des charges bien précis qui n’est pas celui des éleveurs attachés à leur race. Le nombre d’interlocuteurs reste important face à la concurrence étrangère.    

La conjoncture très difficile de la filière bovine conforte le ministre de l’Agriculture à agir sur deux fronts. Dans l’urgence, les producteurs de bovins viande bénéficient des dispositifs existants d’allègement des charges et de la fiscalité foncière.

Un rapport sur la situation de la trésorerie des éleveurs sera par ailleurs remis à Stéphane Le Foll avec des propositions pour rendre leurs exploitations moins vulnérables. Dans les prochaines semaines, des réunions de travail avec les responsables de la Fnb (Fédération nationale bovine) sont aussi prévues pour trouver des solutions durables.

A moyen terme, Stéphane Le Foll tente de convaincre ses collègues européens des autres pays membres à ne pas abandonner les quotas sans avoir adopté un nouveau système de régulation des prix du lait et de la taille des troupeaux visant à anticiper les crises. Mais sur ce front, la France est un peu seule à Bruxelles pour défendre ses idées !


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Michel
Il y a 1621 jours
Michel via Facebook :
Moi qui avait 0 droit. La CDO du cantal ne m'en a jamais attribué. Preuve que les agris sont solidaires entre eux. Lol
Répondre
charolais08
Il y a 1623 jours
encore une réforme incompréhensible ! on quitte un système avec des références illégitimes basées sur un historique pour reprendre un autre historique ( 2013 ) pourquoi ne pas faire comme pour la PBC , déclaration des animaux présents sur une période donnée , et versement des aides en fonction des animaux présents ! qu'on arrête se système de " rente " et qu'on aide ceux qui travaillent !
Répondre
TheThugMother
Il y a 1623 jours
@vaskisa via Twitter :
mdr comment voulez vous qu'on s'adapte? C'est comme le jeu #jimanji
Répondre
Fred RICHARD
Il y a 1623 jours
@fred03user via Twitter :
La transformation EARL en GAEC est un casse tête pour les DDT. Les arbitrages sont toujours en cours avec le Ministère...
Répondre
lagache
Il y a 1623 jours
@BriceLagache via Twitter :
aides! ou quand de qui!!! on plus on doit 1millliard! et nous exploitant au rma puis rsa! 22ans! ou avenir avec rsa exploitation
Répondre