Production d'animaux de boucherie en 2009Baisse des abattages de bovins, d'ovins et de porcins

| par Frédéric Hénin | Terre-net média

En 2009, les abattages de bovins sont en retrait de 57.000 têtes par rapport à ceux de 2008. Les abattages d'ovins diminuent à nouveau de 406.000 têtes (soit 8,4 %) par rapport à 2008. Recul aussi constaté pour les porcins de 1,4 %.


Baisse irréversible de la production d'ovins viande.
(© Terre-net Média)
Selon une étude du service de la statistique et de la prospective du ministère de l’agriculture, les abattages de bovins sont en retrait de 57.000 têtes en 2009 par rapport à ceux de 2008.

Ce repli résulte de la baisse des abattages de gros bovins mâles (- 108.000 têtes) et des veaux de boucherie (- 41.000 têtes) alors que ceux de gros bovins femelles sont plus soutenus (+ 78.000 têtes pour les vaches et + 16.000 têtes pour les génisses). La crise du secteur laitier a favorisée la mise à la réforme de vaches laitières en cours d’année. Les poids moyens des animaux abattus restent stables.

En 2009, les abattages d’ovins chutent encore de 406.000 têtes (soit 8,4 %) par rapport à 2008. Les abattages d’agneaux perdent 353.000 têtes et ceux d’ovins de réforme plus de 53.000 têtes. Du fait du décalage de la célébration des fêtes musulmanes en novembre au lieu de décembre par rapport à l’an dernier, les abattages de décembre sont particulièrement faibles cette année.

En moyenne sur l’année, les poids moyens des animaux abattus sont stables par rapport à 2008. Il atteint 17,7 kg pour les agneaux et 25,5 kg pour les ovins de réforme.

Un cours moyen plus faible qu’en 2008

En décembre 2009, le cours du porc charcutier classe E se situe à 1,2 €/kg. Malgré un léger regain en fin d’année, le cours de décembre 2009 est 12 centimes inférieur à celui de 2008. En moyenne sur l’année, le cours s’établit à 1,31 €/kg, soit une baisse de 8 % par rapport à 2008.
Pour 2.000 porcs produits, ces douze centimes représentent 19.200 euros de pertes de revenu ! (Lire aussi l’article sur ce sujet de la Coordination rurale)
En production porcine, les abattages de décembre 2009 sont proches de ceux de 2008 (- 0,3 %). Ils se caractérisent par une baisse des abattages de porcs charcutiers (- 0,7 %) et par une hausse des abattages de coches et verrats (+ 13 %) et de porcelets (+ 12 %). En 2009, les abattages, au nombre de 24,9 millions de têtes, sont en recul de 1,4 % par rapport à 2008 avec une diminution conséquente des reproducteurs (- 6 %) et des porcelets (-3,6 %). Le poids carcasse est en progression de 300 g en décembre 2009 par rapport à 2008, notamment du fait des retards de livraison liés aux intempéries.

Sur les onze premiers mois de l’année, la consommation de viande porcine approche 1,8 million de tonnes soit une diminution de 1,1 % par rapport à 2008.


La France distancée par l'Allemagne (© Terre-net Média)
Sur les 11 premiers mois de l’année 2009, les exportations de viande porcine diminuent de 3,8 % par rapport à 2008. En atteignant 605.000 tonnes, les exportations ne retrouvent pas le niveau de 2008, notamment à cause de la suppression en 2009 des restitutions à l’exportation. De ce fait, le recul de la demande des Pays-Tiers (- 16 %) explique en grande partie cette diminution. Les demandes russe et chinoise sont, à elles deux, responsables des deux tiers de la baisse de la demande des Pays-Tiers avec des chutes respectivement de 19 % et 47 %.

 

A lire aussi :

- Production de lait - « Si la tendance se poursuit, la France réaliserait alors sa plus forte sous-réalisation depuis l’instauration des quotas en 1984 » (Ssp)

- Porc, lait, revenu - Des prix rémunérateurs et une régulation de la production à nouveau d’actualité

- Conjoncture agricole - Fin 2009, les prix agricoles revenus à leur niveau de 2000

 

N.B : D'après le Service statistique de la prospective

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article