Vu sur le webUne ONG veut taxer la viande pour lutter contre le réchauffement climatique

| par | Terre-net Média

Pour réduire la consommation de viande dont elle juge la production responsable de graves dommages environnementaux, l'ONG Tapp Coalition propose de taxer la viande, à hauteur de 25 % pour la viande de boeuf. C'est ce que révèlent nos confrères de CNews dans un article paru ce mercredi.

Selon l'ONG Tapp Coalition, il faudrait augmenter le prix du bœuf de 0,47 euros pour cent grammes, pour compenser ses dommages environnementaux.Selon l'ONG Tapp Coalition, il faudrait augmenter le prix du bœuf de 0,47 euros pour cent grammes, pour compenser les dommages environnementaux que sa production engendre. (©Pixabay)

Et une idée de plus pour mettre l'élevage à terre ! En arguant que « les Européens mangent au moins 50 % de viande de plus par jour que ce qui est recommandé » et que la production de viande est néfaste à l'environnement, une étude menée par CE Delft pour l'ONG Tapp Coalition préconise d'imposer une taxe sur la viande afin de lutter contre le réchauffement climatique. 

C'est ce que rapportent nos confères de CNews : « L'étude a chiffré le coût de la production de bétail en émission de gaz à effet de serre, pollution de l'air et de l'eau, et en perte de biodiversité. Pour compenser ces dommages, il faudrait augmenter le prix du bœuf de 0,47 euros pour cent grammes, de 0,36 euros pour le porc et de 0,17 euros pour la volaille. Les experts suggèrent que cette taxe permettrait de réduire de 67 % la consommation de bœuf dans l'Union européenne, de 57 % pour le porc et de 30 % pour la volaille d'ici à 2030 ». L'ONG espère ainsi récolter 32 milliards d'euros par an pour « aider les agriculteurs dans leur transition vers des productions végétales ». 

Il faudrait augmenter le prix du bœuf de 0,47 euros pour cent grammes, de 0,36 euros pour le porc et de 0,17 euros pour la volaille, selon l'ONG. 

Cette ONG oublie volontairement que l'élevage a l'avantage de pouvoir réduire en partie les gaz à effet de serre qu'il émet grâce à la séquestration du carbone par les sols. En élevage bovin viande, le projet Life Beef Carbon a montré qu'environ un tiers des émissions brutes de gaz à effet de serre d'un atelier bovin-viande sont compensées par le stockage de carbone dans les prairies et les haies. Sans oublier leurs nombreux bénéfices environnementaux concernant la biodiversité, ou encore la qualité de l'eau et des sols.

Voir aussi la vidéo du youtubeur David Siegl qui répond à tous ceux qui prônent l'arrêt de consommation de viande : « Arrêter de manger de la viande ne sauvera rien du tout »

Lire aussi : En France, 14 000 élevages sont déjà engagés dans une démarche environnementale avec Cap'2ER

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


léo
Il y a 15 jours
CE Delft vient des Pays Bas il y a là bas un fossé qui se creuse entre une partie de la société et le monde agricole (un député de l actuelle coalition au pouvoir, suite à la fraude massive sur le nombre d animaux avait proposé de réduire le cheptel par deux)Ce dernier (le monde agricole)n est pas totalement innocent surtout l encadrement qui à force de répéter qu il fallait laisser les animaux à l intérieur , l agriculture n est plus "visible" que par l odeur du lisier et la pollution.Aujoud hui il y a une petite prise de conscience et l on voit quelques vaches mais surtout des moutons qui entretiennent les bordures mais dont la viande sera exportée car il a peu de consommation dans le pays J ai l impression que ici on est pret à faire les memes erreurs à force de suivre les conseilleurs au lieu de notre bon sens
Répondre
seb
Il y a 17 jours
on ferait mieux de taxe les c... on devrais taxe les sport d hiver et les vacance d été
Répondre
Jeuneagri
Il y a 21 jours
Retourner mes 100ha de prairies pour y mettre en végétale (dont les 2/3 sont à 40-50% de pente...) Je doute que le bilan carbone soit meilleur....
Répondre
Fabien 53
Il y a 21 jours
Encore une bonne idée de plus pour tuer les eleveurs.partir en céréales qu'elle riche idée soja brésilien riz indien OGM que du bon. En terme de biodiversité si on prend l'exemple de la France ou led céréales sont cultivés on cherche les haies. La Beauce en est l'exemple.
Répondre
Rêveur
Il y a 22 jours
Une seule solution les attaquer en justice pour plusieurs chefs : mise en danger d une population déjà menacé d ´extinction ( les agriculteurs ) diffamation pour propos mensonger pouvant nuire à une partie de la population ( les agriculteurs) et annonce diffamatoire entraînant la haine envers les agriculteurs et tout cela devant la cour de justice européenne mais pour cela il faut que les syndicats aient les coui...... de le faire
Répondre
Capitaine
Il y a 22 jours
Sur quels arguments et valeurs d’émissions et fixation déduites les consultants environnementaux de CE Delft ( Néerlandais) se basent ils?
Un cabinet d’études qui est estimé à 3,7 sur une échelle de 6 n’eSt pas sérieux ! 5,7 les aurait rendu crédibles . Cette étude n’est que mascarade.
La place financière de suisse est 20 fois plus polluée que la Suisse elle-même. Là on peut débattre ! 15 %des enfants qui vivent autour sont asthmatiques . Le transport aérien est pas inoffensif pour nos bœufs ???
L’indice carbone des 500 signataires dans La Tribune de l’appel au «  lundi vert «  au 1er janvier 2019 a-t-il été mesuré ? Leur temps libres est plutôt du genre week-end gris! Suffit de les suivre sur les réseaux !
Répondre