Mal-être des agriculteursUn tiers proche du burn-out et 60 % de pessimistes

| par | Terre-net Média

D'après les résultats d'une étude menée depuis 2018 auprès des agriculteurs de Saône-et-Loire, le risque d'épuisement des exploitants agricoles est inquiétant avec six sur dix en situation de désespoir, et un sur trois proches du burn-out.

Mal-être des agriculteurs : en Saône-et-Loire, un tiers sont proches du burn-out et plus de 60 % sont pessimistes quant à l'avenirMal-être des agriculteurs : en Saône-et-Loire, un tiers des exploitants sont proches du burn-out et plus de 60 % sont pessimistes quant à l'avenir (©Pixabay) 

« À l’approche du Salon International de l’agriculture, qui braque la lumière sur notre profession, parfois avec euphorie pour le grand public, il est insupportable de savoir que celles et ceux qui dédient leur vie à l’activité agricole sont au bord de l’épuisement professionnel. Ce qu’il se passe parmi les 7 000 exploitations du département de la Saône-et-Loire est révélateur d’un malaise français contre lequel il est urgent d’agir », commente Bernard Lacour, président de la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire.

À l’initiative de la chambre d'agriculture, une enquête est menée depuis 2018 auprès des 7 000 exploitations agricoles du département pour mesurer les situations de fragilité professionnelle des agriculteurs, et les résultats 2019 font état, comme en 2018, d’un risque élevé d’épuisement professionnel. Ainsi, 61 % des exploitants ont une vision du futur parfois/assez/très négative (contre 7 sur 10 en 2018), une échelle du désespoir à prendre au sérieux car elle peut être prédictive du risque de suicide chez les agriculteurs. Quant au burn-out, 35 % des répondants en sont proches.

bonne santé physique mais santé mentale passable ou mauvaise

La majorité des répondants (67 %) estime être en bonne condition physique, une proportion qui a augmenté de 12 points entre septembre 2018 et juin 2019. 84 % ne fument pas, 65 % prêtent attention à leur alimentation, 26 % pratiquent une activité sportive au moins six heures par semaine (mais 51 % sont sédentaires).

En revanche, 35 % des agriculteurs interrogés jugent leur santé mentale passable ou mauvaise, ce qui peut être expliqué par différents facteurs. Un tiers des répondants se sentent isolés, et seulement 35 % estimaient être entourés lors de la dernière vague d’enquête, en juin 2019. Parallèlement, le temps de travail est élevé pour la majorité des exploitants (plus de 50 heures par semaine pour 77 %, dont 21 % travaillent plus de 70h par semaine). Par ailleurs, 54 % dort moins de 7h par nuit, et 42 % estiment que la qualité de ce sommeil est passable ou mauvaise.

S’il existe peu de mesure du risque de burn-out chez les agriculteurs, le professeur Olivier Torrès, de l’observatoire Amarok (association spécialisée dans l’étude de la santé physique et mentale des travailleurs non salariés, et en charge de cette étude), juge inquiétants les résultats de ces enquêtes auprès des exploitants agricoles de Saône-et-Loire. Le risque d’épuisement professionnel y apparait deux fois plus élevé que pour l’ensemble des chefs d’entreprise, tous secteurs d’activité confondus.

Caractéristiques des exploitations agricoles en Saône-et-Loire :
- Le secteur d'activité "bovins viande" concerne 48 % des exploitations
- 42 % des sondés gèrent seuls leur exploitation, 29 % ont des associés familiaux, 14 % emploient au moins un salarié ou un apprenti
- 77 % sont des hommes, âgés de plus de 35 ans pour 88 % d'entre eux
- 59 % ont repris l'exploitation familiale

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 8 RÉACTIONS


Balel
Il y a 243 jours
Bouba, si vous abhorrez tant les agriculteurs et souhaitez tant leur disparition, j'ai un petit conseil très simple à mettre en oeuvre : Arrêtez de manger (heu pardon de vous sustentez) au moins deux ou trois mois. Bonne chance à vous.
Répondre
marie
Il y a 248 jours
les signes de souffrance mentale due au contexte socio-économique de l’agriculture sont fréquents, dont notamment un excès de risque de décès par suicide chez les travailleurs du secteur agricole. L’isolement géographique et social ou encore le faible revenu des exploitants agricoles accroissent les exigences et des pressions psychologiques exercées sur le psychisme de l’agriculteur. L’excès de charge mentale qui en résulte génère des conditions de travail stressantes, responsables de risques psychosomatiques, conduites addictives et somatisations (maladies cardio-vasculaires, troubles musculo-squelettiques, troubles gastro-intestinaux, états d’anxiété et dépressifs, suicides…).: http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=589
Répondre
BP
Il y a 248 jours
JE DEMANDE A WEB AGRI DE RETIRER LE COMMENTAIRE DE BOUBA CAR JE SUIS NON SYNDICATS ET CHEZ NOUS NOS INVESTISSEMENT SONT SENT SUBVENTION JE N ACCEPTE PAS CES INSULTES ET CELA RELEVE DU DIFFAMATOIRE MERCI DE VOTRE COMPREHENSION
Répondre
maxens
Il y a 248 jours
Vous parlez bien français, vous avoir fait de bonnes études, payées par le contribuable, quant aux travailleurs, grande nouvelles pour vous, quand les agriculteurs gagnent de l'argent, ils paient aussi des impôts, et quant ils ne gagnent pas d'argent, ils paient quand même les impôts foncier sur les terres qu'ils cultivent .... Et perso, de façon direct ou indirect, je ne connais pas beaucoup de métier qui ne soit pas subventionné, alors soyez moins arrogant....votre voiture pollue et tue aussi...
Répondre
Réaliste
Il y a 248 jours
Incroyable le commentaire de Bouba. Dans l'article des znt je disais que certaines personnes veulent notre peau (je disais plus exactement qu'ils nous veulent au bout d'une corde). J'étais d'après certains un fou de croire ça. Insulter et diffamer de la pareille façon une personne qui est en détresse est pire que de la bêtise. Ça relève du pénal. PB plutôt que de demander à retirer le commentaire je ne peux que vous conseiller d'écrire au procureur de la République de l'Oise (où est basé terre-net) en décrivant les faits et si les propos de Bouba sont en infraction (personnellement je n'en doute pas) il aura, espérons le, à répondre de ces paroles.
Répondre
Jonathan
Il y a 248 jours
Et toi avec tes 35 h, rtt, congés payés, arrêt maladie quand tu à la coulante, ou mal au dos.
Moi je suis tous les jours au travail 365/365. De jour, de nuit, de samedi, de dimanche de jours fériés.
Est-ce ton cas ?????????????????????
Répondre
Bouba
Il y a 248 jours
Quand vous parlerez un français correct (avec moins d'une cinquantaine de fautes), vous pourrez vous exprimer. Pour l'instant continuez à toucher des subventions ( payé par les impôts des vrais travailleurs), et cessé de nous faire croire que votre boulot est le plus dur.
(NDLR : la fin du message, comprenant des propos déplacés, a été supprimée conformément aux règles)
Ce message a été signalé 4 fois
Répondre
PB
Il y a 249 jours
IRRÉPARABLE J AI APPELER MES ENFANTS A MON SECOURS J AI MIT LEUR VIE EN DANGERS ILS SONT MARQUE POUR TOUJOURS ET MA CHER ÉPOUSE JE TIENS BON CE JOURS CAR MON COMBAT A CE JOUR CES DE DIRE
NOS POLITIQUES DE TOUS GENRE SYNDICATS PROFESSIONNELS DE TOUTES NATURE NOS POLITIQUE LOCAUX ET RÉGIONAL ET NATIONAL ILS NE FONT RIEN CELA N EST PAS LEUR PRIORITÉ REMETTRE TOUS A PLAT POUR QUE LE MONDE PAYSANS VIVE DU FRUIT DE LEUR TRAVAIL ET SERAI BIEN QUE NOS INDUSTRIE DE L AGROALIMENTAIRE PARTAGE LA CERISE SUR LE GÂTEAUX
PARLONS ENVIRONNEMENT ET APRES AGRICULTURE CES BIEN SÉPARER LES JUMEAUX CELA NE VA PAS SENT L AUTRE LES DEUX SONT LA PRIORITÉ ABSOLUE
ALORS ONT FAIT BIEN DES ASSOCIATION POUR PRÉSERVE LES OISEAUX, LES COQUELICOTS,ECT....
DEMAIN IL SERA TROP TARD POUR CRÉE UNE ASSOCIATION AFIN DE PRÉSERVER ET SAUVEGARDER LE MONDE PAYSANS AVEC L AMOUR ET LA PASSION DE LEUR TRAVAIL L AGRICULTURE FRANÇAISE
VA PERDRE SONT SAVOIR FAIRE SI PERSONNES AGIT A QUAND CES POLITIQUES DE TOUS TOUS BORD VONT SAVOIR AGIR CES BIEN MIEUX

Répondre