DoubsUn supermarché achète un terrain pour élever son propre bétail

| Afp

Besançon, 30 oct 2014 (AFP) - Elever un troupeau de vaches, à proximité du supermarché, pour vendre leur viande directement au rayon boucherie du magasin : c'est l'initiative innovante lancée par la direction d'un supermarché du Doubs, a-t-on appris jeudi.

Le magasin Super U de Devecey (Doubs) a fait l'acquisition d'un champ de 5 hectares, situé à 500 mètres du supermarché. « On a acquis cette parcelle avec l'idée de pouvoir engraisser des bêtes, vaches ou bœufs de race à viande, pour pouvoir ensuite les commercialiser au magasin », a indiqué Olivier Duprez, Pdg du supermarché. « Le but est d'être en filière courte et de rassurer nos consommateurs puisque quand ils se promènent à Devecey, ils pourront admirer les bêtes qui seront par la suite commercialisées au magasin », ajoute-t-il. « L'avantage pour le consommateur, ce n'est pas obligatoirement une baisse des prix, c'est surtout une certification de la traçabilité, et c'est une idée un peu "fun" qui plaît à nos clients », remarque Olivier Duprez, précisant que la viande sera vendue au « prix normal pour le consommateur ».

Les bêtes, dont la race n'est pas encore déterminée, seront achetées par le supermarché à un éleveur local qui continuera de les entretenir jusqu'au moment de leur abattage, à Besançon, à 10 km de Devecey. Le magasin prévoit un partenariat avec l'éleveur des bêtes. « Nous ne sommes pas éleveurs, à chacun son métier », estime le Pdg.

Un point de vue que rejoint Philippe Monnet, responsable de la Fdsea du Doubs. « Cette initiative donne une belle image pour le magasin, mais c'est aux agriculteurs de faire leur travail », estime-t-il. L'arrivée du troupeau, qui comptera une quinzaine de bêtes, est prévue en mars prochain. La commercialisation de la viande débutera pour les fêtes de fin d'année 2015. « En 27 ans de métier, c'est la première fois qu'on va élever nos bêtes, les nourrir et les vendre. On revient aux anciennes méthodes de boucherie, qu'on a un peu perdues durant ces dernières années, c'est un retour au terroir », se réjouit le responsable boucherie du magasin, Christophe Adarbez. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


Gerard Peuch
Il y a 2111 jours
5ha seulement? cela ne choque personne? pour de la bêtes à viande, même avec un chargement de 2 UGB/ha cela ne fait que 10 b^tes élevés? un salarié en plus pour les élevés?? quelles rentabilités??? c'est vraiment que de la poudre au yeux pour les consommateurs!!! 2 steaks de chez eux et le reste sera de l'import et ils pourront mettre le slogan "élevé chez nous, traçabilité assuré"..... On doit vraiment être "C.." pour laisser faire ce genre de pratique....
Répondre
GAEC CATTET GAEC CATTET
Il y a 2114 jours
tres bonne initiative a quand les boulangers maintenant ,sachant que sur un hectare de ble on produit 25000 petites baguettes les céréaliers aimeraient bien toucher plus que les miettes
Répondre
OLIVIER MORANT
Il y a 2114 jours
Et pourquoi moi paysan je ne vendrais pas du PQ ?
Répondre