Production d'énergie à la fermeUn contexte très incertain pour la méthanisation à petite échelle 

| par Trame | Terre-net Média

La méthanisation à petite échelle ou méthanisation à la ferme est une installation intégrée aux activités d'élevage, capable de valoriser la biomasse disponible sur la ferme. Solution innovante de production d'énergie renouvelable, son développement en France est toutefois limité par un contexte incertain.

Première installation Microferm en France, réalisée sur l’exploitation vaches laitières du Gaec des Buissons (120 VL). Première installation Microferm en France, réalisée sur l’exploitation vaches laitières du Gaec des Buissons (120 VL). (©Host)

En 2016, en France, la méthanisation agricole ne compte encore qu’environ 240 unités. Pourtant, cette solution innovante de production d’énergie renouvelable et de modernisation des élevages a émergé en France dans les années 2000. Parmi ces unités agricoles, environ 16 % dite « à l’échelle de la ferme » (aussi qualifiée de « méthanisation à petite échelle » ou « petite méthanisation ») ont une puissance maximum de 80 kWélectrique (contre 14 % en 2014).

La méthanisation à petite échelle : une solution innovante pour des fermes

BioEnergy Farm 2
Le projet européen BioEnergy Farm 2 a pour objet de développer la méthanisation à petite échelle d’ici 2020. Sur la période 2014-2016, ce programme mobilise 13 partenaires (dont Trame et la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne) de 7 pays européens, pour promouvoir ce type de méthanisation en direction des conseillers agricoles, des agriculteurs et des décideurs de chaque pays.
Les partenaires du projet ont à réaliser : une synthèse des différentes techniques existantes avec la description d’une quinzaine de cas type ; un guide à l’usage des agriculteurs ; un guide à l’usage des décideurs ; un outil de simulation en ligne directement utilisable par les porteurs de projet, adapté au contexte tarifaire du pays concerné ; un outil expert mis en œuvre par chaque partenaire auprès des agriculteurs demandeurs.

>>> Pour en savoir plus : http://www.bioenergyfarm.eu/fr/

Entre juin 2010 et avril 2013, le programme européen BioEnergy Farm identifie dans plusieurs pays européens, un fort potentiel de développement (de l’ordre de plusieurs milliers sur l’Europe) et un déficit de mise en œuvre d’unités de méthanisation à l’échelle de la ferme (environ 600 unités d’une puissance inférieure ou égale à 100 KWe en Europe, fin 2014). Pourtant, la méthanisation à petite échelle a vocation à conforter un élevage existant (modernisation de la gestion des effluents), en produisant une énergie renouvelable (diversification du revenu), en faisant des économies d’intrants (engrais) et en ayant un bilan de gaz à effet de serre amélioré (stockage court). Cette échelle de méthanisation répond ainsi aux besoins des agriculteurs dans leur recherche d’autonomie et de gestion durable de leur ferme tout en répondant à leur nécessité de moderniser les élevages.

Un atelier supplémentaire intégré à la ferme

La méthanisation à petite échelle se caractérise comme un atelier supplémentaire intégré à l’exploitation. Cet atelier est dimensionné conformément au nombre d’animaux présent, au nombre d’hectares disponible pour l’épandage, à la main-d’œuvre disponible ou intégrant l’exploitation. Il participe au bon fonctionnement des autres ateliers :

  • l’atelier Elevage : stockage court des effluents, modernisation des bâtiments,

  • l’atelier Cultures : optimisation des unités fertilisantes disponibles, désodorisation et hygiénisation des effluents, réflexion sur les rotations et mode culturaux permettant une gestion plus durable.

Cette nouvelle solution adaptée à la taille d’une ferme est donc source de réorganisation des interactions, des liens entre les différents ateliers de la ferme et souvent de leur évolution vers une gestion plus durable.

Une solution qui peine à se faire reconnaître

Or, la méthanisation à petite échelle peine à trouver des solutions financières et techniques adaptées. En 2014, son coût était encore supérieur de 25 à 30 % à des unités de méthanisation de gamme supérieure (entre 100 et 300 kWe). De même, l’obligation de valorisation de la chaleur pour obtenir des tarifs de vente de l’électricité « acceptables » n’est techniquement pas compatible avec les faibles besoins en chaleur des fermes.

Pourtant, le 30 octobre 2015, suite aux travaux du Comité National Biogaz et avec la parution d’un arrêté revalorisant les tarifs pour les installations de méthanisation existantes (tarif BG11 revalorisé), les spécificités de la méthanisation à petite échelle ont enfin été reconnues. Cet arrêt met notamment en place un tarif spécifique pour les unités jusqu’à 80 kWe avec une prime effluent revalorisée, sans obligation de valorisation de la chaleur. 

Une solution plus durable ?

Dans ce contexte de crise agricole qui dure, la pérennité de nombreuses fermes est en question et nécessite donc de faire émerger de nouvelles solutions durables à plus ou moins court terme. La méthanisation à petite échelle peut être une de ces solutions, qui souvent participe à des mutations des exploitations vers l’agro-écologie et peut contribuer à la résilience des systèmes.

Plus d’infos sur www.trame.org
N.B : Auteure : Stéphanie Bonhomme - Article modifié le 18/04/2017 en raison de la sortie d'un arrêté tarifaire postérieur à sa rédaction.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Soum
Il y a 48 jours
C, est très juste main pour une production en Afrique, qu'elle son le démarches a suivre ?
Répondre