Travail en élevage laitierLe plus efficace entre petit/grand collectif, avec salariés ou associés ?

| par | Terre-net Média

Face à la problématique de plus en plus cruciale de la main-d'oeuvre en production bovine laitière, liée à l'agrandissement des fermes et aux changements sociaux survenus ces dernières années, l'institut de l'élevage idele détaille les enjeux que la filière va devoir relever, en particulier en termes d'organisation et de charge de travail, si elle veut continuer à installer des jeunes éleveurs. Et si le type de collectif avait une influence ?

travail a plusieursEn termes d'efficacité du travail en élevage bovins lait, vaut-il mieux jouer collectif ou non, et si oui avec des salariés ou des associés ? (©Fotolia)

Le contexte : la main-d'Œuvre, un facteur limitant

  • Un agrandissement des exploitations laitières

3/4 des élevages laitiers concernés ces 10 dernières années.

Nombre de fermes > 100 VL : X 2 en 5 ans (8 000 en 2017 contre 4 000 en 2012)

→ La nature du travail change et la charge augmente.

  • De profonds changements sociaux

Les collectifs de travail sont moins familiaux (moins de bénévolat et plus de salariat (17 % de la main-d'œuvre totale)) et comptent davantage de femmes.

Les éleveurs ont de nouvelles exigences en matière de travail : maîtriser le temps dédié, se libérer plus facilement, limiter les astreintes et préserver la santé.

Le besoin de dégager du temps pour se former s'accroît de pair avec la nécessité de savoir piloter des systèmes évoluant en permanence.

Répondre à ces questions est capital pour la filière, afin d'améliorer notamment l'attractivité du métier d'éleveur auprès des jeunes. (Jocelyn Fagon, Idele)

D'autant qu'ils sont de moins en moins à vouloir remplacer un nombre pourtant conséquent de producteurs qui partiront à la retraite d'ici 10 ans

En découlent quatre enjeux majeurs

  • Compétitivité et maîtrise de la charge de travail

→ Vu le contexte, les éleveurs doivent réussir à conserver ou à mettre en place des systèmes efficaces en termes de travail.

→ Or d'importants écarts perdurent entre exploitations (en nombre d'heures de travail par vache laitière ou pour 1 000 l de lait produits), qu'elles soient de taille différente ou similaire (cf. graphe ci-dessous).

ecarts de temps de travail entre elevages laitiersType 1 : petit collectif de travail productif. Type 2 : grand collectif de travail avec salariat. Type 3 : grand collectif de travail avec association. (©idele) 

3 à 15 h de travail/1 000 l de lait pour les fermes en produisant 1 Ml.

  • Qualité de vie, temps libre, santé

Une préoccupation individuelle, au niveau de l'exploitation.

< 2 jours consécutifs libres/an pour 43 % des producteurs laitiers.

Et seulement 7 jours pour les 57 % restants. 

Source : service statistique du ministère de l'agriculture.

On reste très loin des standards observés pour les salariés des autres secteurs professionnels. (Jocelyn Fagon, Idele)

Et un enjeu collectif à l'échelle de la filière en lien avec l'attractivité et l'avenir du métier, la reprise des exploitations et le renouvellement des éleveurs. 

  • Professionnalisation des éleveurs en matière de relations et gestion des ressources humaines (du fait des modifications importantes au sein des collectifs de travail)

→ Il faut des techniques et outils pour que que le collectif de travail fonctionne.

Autrement dit que les gens puissent travailler ensemble, dans un cadre hiérarchique (entre l'employeur et salarié(s) et/ou apprenti(s)) ou non (entre associés ou salariés).

  • Intégration des dimensions "métier" et "travail" dans les projets d'installation, agrandissement, diversification, etc., via une approche plus stratégique du conseil en élevage

Les aspects économiques et techniques sont souvent privilégiés, fait remarquer Jocelyn.

Taille/type de collectif de travail : un impact ?

→ C'est ce que cherche à évaluer le projet Casdar Orgue sur l'organisation de travail dans les grandes troupeaux laitiers : 50 élevages étudiés, 130 VL et 1 Ml de lait en moyenne, âge moyen des éleveurs de 42 ans.

L'objectif : « Fournir des repères aux producteurs laitiers en termes de travail pour objectiver l'appréciation qu'ils ont de leur exploitation, leur système et leur fonctionnement, explique Jocelyn Fagon. Ils leur permettront de se positionner par rapport aux autres élevages et de voir leurs marges de progrès. »

3 collectifs de travail sont comparés

  • petit à forte productivité : 2 UMO et 580 000 l/UMO/an

Autres chiffres (moyennes) : 90 VL, 735 000 l de lait/an, exploitants de 47 ans.

  • grand avec salariat : 5 UMO à 65 % salariées et 370 000 l/UMO/an

Les moins représentés dans l'étude : 10 fermes.

Autres chiffres (moyennes) : 165 VL, 1,27 Ml/an, producteurs de 35 ans.

  • grand avec association :  5 UMO à 75 % associées et 445 000 l/UMO/an

Autres chiffres (moyennes) : 150 VL, 1,29 Ml/an.

À noter : l'âge moyen des exploitants est supérieur dans les petits collectifs comparé aux grands.

Indicateurs de charge de travail (par an) :

comparatif travail en élevage entre différents collectifs (©idele)

  •  Lait/UMO

Moyenne : 480 000 l/UMO

De gros écarts entre exploitations : entre 230 000 et 730 000 l/UMO

  • Heures/VL

Moyenne : 60 h/VL

Des différences entre fermes : 35 à 80 h/VL

Mais pas d'écart entre collectifs.

  • VL/UMO

Moyenne : 52 VL/UMO

Des différences entre élevages : 30 à 85 VL/UMO

Mais peu d'écart entre grands collectifs avec salariat ou association.

Le plus efficace : le petit collectif productif (63 VL/UMO). 

Le moins efficient : le grand collectif avec salariat (42 VL/UMO).

  • Heures/UMO

Moyenne : 3 000 h/UMO

Une grande variabilité entre exploitations, du simple au double : 2 000 à 4 000 h/UMO  (contre 1 600 h pour un salarié aux 35 h en France).

Le plus efficace : le grand collectif avec salariat (2 500 h/UMO).

Le moins efficient : le petit collectif productif (3 500 h/UMO).

  • Heures/1 000 l

Moyenne : 7,7 h/1 000 l

Le plus efficace : le petit collectif productif (7,5 h/1 000 l).

Le moins efficient : le grand collectif avec salariat (8,3 h/1 000 l)

Selon Jocelyn Fagon, ces résultats sont assez subjectifs car liés à la perception qu'ont les éleveurs de leur situation.

D'autres facteurs pour étayer la réflexion

  • La qualité de vie

Le plus efficace : le grand collectif associatif (85 % de producteurs satisfaits).

Le moins efficace : le grand collectif avec salariat (50 %)

Au milieu : le petit collectif productif (65 %).

  • Amplitude des journées

12 h/associé et 9,8 h/salarié

À noter : le robot de traite diminue le temps de travail de 1 h/j.

  • Facilité à se faire remplacer

C'est encore loin d'être évident pour 40 % des éleveurs interrogés.

  • Possibilité de se libérer du temps

Par an, en société : 26 j libres les week-ends + 10 j de congés.

  • Santé physique et psychique

3/4 des exploitants se disent exposés.

Dans les grands collectifs : 1 éleveur sur 2 souffre de TMS(1)

 En particulier à cause de la traite.

(1) troubles musculo-squelettiques


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 13 RÉACTIONS


V
Il y a 30 jours
Foin et enrubannage. Dans la Manche, je dois avouer que l'on est pas trop impacté par les sécheresse ici ..
Répondre
Maec
Il y a 31 jours
Très bon résultat.
Dans quel secteur ?
Au niveau des stocks, c'est foin, ensilage ou enrubannage ?
Répondre
Vache a l'herbe
Il y a 33 jours
Chez nous c'est 180 000 Eur d'ebe pour 300000 Eur de chiffre d'affaire, 400 000 litre de lait pour 4 associé. En bio et système tout herbe. Environ 30 h par semaine par associé et 7 semaines de vacances. La seul personne mettant un pied ici est le véto 3 fois par an. Il faut en finir avec les investissements pour des supposés économie d'échelle...
Répondre
Lau
Il y a 33 jours
Bonjour
L article aurait été intéressant si la rémunération par heure travaillée avait ete considérée. Si l efficacité est permise par des investissements lourds alors quel intérêt si la valeur ajoutée fout le camp chez les fournisseurs? Le VOLUME par travailleur est à nouveau mis en valeur alors que ce critère nous emmène vers le BURN OUT COLLECTIF. Il faudrait que ces ’’intellos de l idele ’’ aient un peu plus les pieds sur terre. ...
Répondre
steph72
Il y a 33 jours
C'est pour ça qu'on voit des bios manquer de foin et acheter du fourrage;
Le bio sort du revenu surtout grace à la plue value du conventionnel il y a donc moins besoin de pousser à produire;
Répondre
titian
Il y a 31 jours
Popeye cultiver son indépendance c'est un état d'esprit pas un cahier des charges à la mode.
Cela prend même beaucoup de visages, selon les aspirations et les contraintes de chacun.
Répondre
Popeye76
Il y a 33 jours
Tout ces commentaires j'imagine proviennent d'agris conventionnels....je ne vais pas vous faire l'apologie de la bio mais ma femme et moi le changement de systeme d'alimentation nous a permis de nous en sortir.Repensez votre systeme pour ne plus acheter:exit controle laitier exit les aliments hormis sel chlorure magnesium et mineraux.exit engrais mineraux exit les phytos .culture de l'herbe et meteils.on ne se focalise surtout pas sur la productivite par vache ou par ha de sfp mais sur la marge nette degagee par l'atelier lait et apres vous choisirez de vous convertir ou pas a la Bio pour la plusvalue sur le prix du lait.je vous souhaite a tous de connaitre ça et surtout ca que pensent les autres de votre facon de travailler on s'en moque!!!ce qui compte c'est de bien vivre de son metier mais surtout mieux qu'avant!!!
Répondre
jersiaise
Il y a 34 jours
Quelle honte doit porter la France avec un tel article les agriculteurs de tous bord ne font que de bosser toute l'année pour ne couvrir ses dettes et remplir les poches de gens qui se moquent de nous (laiterie et annexe fournisseur en tous genre et même politique très déconnecter ceux la)
Répondre
steph72
Il y a 34 jours
Et le para agri ne se gene pas pour faire des augmentations tous les ans ( controle laitier,centre d'ia,centre comptable....) grignotant nos marges;
En plus de la sécheresse c'est le ras le bol,ces gens la devront s'adapter çar ils disparaitront
Répondre
Guillaume
Il y a 34 jours
blablabla....la FRANCE arrête de travailler a 16 h le vendredi après midi jusqu' au lundi 9 h
et toi tu reste avec tes biquettes tout le Week end pour gagner des cacahouètes!!
mais nous devons trouver des jeunes pour faire perdurer le système et continuer de gaver
tous le para agri.
Répondre