Dossier Retour au dossier Temps de travail

Salariat en élevage laitierLes solutions pour relever 5 enjeux majeurs

| par | Terre-net Média

Dans une étude, relayée par la rédaction il y a quelques semaines, l'Idele a mesuré l'impact du type et du volume de main-d'oeuvre sur les performances technico-économiques en bovin lait, ainsi que sur l'organisation et la charge de travail. Suite à cela, l'institut propose une synthèse des enjeux à relever dans ce domaine et des solutions disponibles pour y parvenir, en particulier pour faciliter le recours au salariat.

Dans quelle mesure le type et la taille du collectif de travail en élevage laitier impactent-ils les résultats techniques et économiques des exploitations, ainsi que la façon de travailler, l'astreinte et le nombre d'heures consacrées à l'atelier lait ? Pour le savoir, l'institut de l'élevage Idele a réalisé une cinquantaine d'enquêtes sur le terrain, dont la rédaction a fait écho il y a plusieurs semaines. Un travail qui a fait ressortir cinq principaux enjeux en la matière et différentes pistes de solutions, notamment autour du salariat. 

> À noter : certaines propositions ci-dessous sont valables pour les collectifs de travail avec salariat et pour ceux fonctionnant en association.

Les 5 enjeux majeurs identifiés pour l'employeur

1- Recruter

2- Gérer le relationnel

3- Communiquer

4- Savoir fidéliser

5- Planifier, hiérarchiser, organiser le travail

Les solutions proposées

→ Bien définir le poste : par exemple, cherche-t-on un spécialiste ou quelqu'un de polyvalent ?

→ Se former au recrutement

→ Être souple

→ Déléguer

→ Faire confiance

Se former aux ressources humaines

→ Proposer des moments conviviaux

  • Enjeu 3 : communiquer

→ Clarifier ses attentes

→ Bien passer les consignes

→ Veiller à écouter le/les salariés

→ Tenir compte de ses/leurs envies

→ Ne pas se montrer trop exigeant

→ Bien doser les responsabilités données

→ Aménager des lieux dédiés (bureau, espace détente)

Une bonne astuce : créer un groupe WhatsApp

→ Améliorer les conditions de travail

→ Accorder de l'autonomie de décision

→ Laisser des marges de manœuvre

→ Récompenser

→ Former

Une bonne astuce : réaliser des entretiens de suivi de carrière

  • Enjeu 5 : organiser le travail

→ Définir les rôles de chacun

→ Bien répartir les travaux

→ Fixer des horaires et des objectifs en termes d'intensité de travail quotidienne et saisonnière, de temps libre

→ Prévoir autant que possible les absences

→ Limiter au maximum les imprévus

→ Construire, partager et formaliser ensemble la stratégie d'entreprise, sans oublier de la remettre à plat à chaque nouvelle embauche

Quelques bonnes astuces : effectuer une rotation des tâches, simplifier ses pratiques, adapter son outil de production, repenser le collectif de travail (salariat, association, délégation)

> Outil disponible : l'auto-diagnostic pour faire de point sur sa charge et son organisation du travail + un accompagnement individuel ou en groupe (formation entre autres)

Vous pouvez réaliser cet auto-diagnostic sur le site web Déclic travail.fr

> À savoir : un grand collectif de travail (salariat/association) permet plus de souplesse dans l'organisation du travail, et en particulier de se remplacer les uns les autres et de dégager du temps pour chacun. C'est source de satisfaction et de motivation importante pour les salariés/associés.

En conclusion : intégrer le travail dans tous les projets

→ D'installation de jeunes éleveurs bien sûr mais aussi d'agrandissement d'élevage, de diversification, etc. 

→ Objectif : anticiper les possibles aléas en matière de ressources humaines (départ, maladie, retraite…)

→ En résumé : il s'agit de « remettre les hommes et les femmes au cœur des projets ! », insiste l'Idele.

Une bonne astuce : s'inspirer des idées intéressantes d'autres éleveurs.
Soit 5 actions clés : observer, discuter, trier, tester et se former

À suivre, sur Web-agri, pour clôturer cette série d'articles sur la taille et le type de collectif de travail : des témoignages d'éleveurs et de salariés

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Popeye76
Il y a 30 jours
Article parfait!!!!par contre le manque de personnes attirees par l"elevage laitier pour pallier cette carence car travail dur et peu remunere .qui peut s'offrir du personnel avec du lait paye le meme prix qu'il y a 40 ans?et oui bientot 1 demi siecle d'esclavage defendu par la fnsea qui se rejouit du statut quo pour la future pac.avec la fede pas de primes distribuees par UMO car elle prefere la course au productivisme qui fait les choux gras de coop de france!!!dois je rappeler que les directions successives de la fnsea sont assurees par les anciens dirigeants de coop de france!!!
Répondre