[Témoignage] Travail en bovin lait (4/6)Éric, éleveur (50) : « Un système simple, productif, vivable et transmissible »

| par | Terre-net Média

La série de vidéos de l'Institut de l'élevage Idele - de témoignages d'éleveurs laitiers dans différents collectifs de travail - se poursuit avec Éric Deroyand. Son système simple, mais néanmoins efficace, lui permet de dégager de l'EBE tout en bénéficiant d'une bonne qualité de vie. Des arguments qui, selon lui, font mouche auprès d'éventuels repreneurs.

Source : projet Orgue de l'Institut de l'élevage idele sur l'organisation du travail dans les exploitations laitières et l'attractivité du métier d’éleveur. Vidéo publiée sur Vimeo

« Je préfère avoir moins de lait par vache mais un lait de qualité », martèle dès le début de la vidéo, Éric Deroyand, éleveur laitier à la Croix Avranchin dans la Manche (50). Ce qui signifie avoir des animaux « plus rustiques et solides et de différentes races » pour obtenir « un TB de 50 en moyenne l'hiver et un TP de 39 ». 

Ayant travaillé à l'extérieur et « vu pas mal de systèmes », il souhaitait quelque chose de « simple » pour son exploitation, notamment « pour pouvoir être remplacé à n'importe quel moment ». Il a aussi fait le choix « d'automatiser pas mal pour avoir le moins de travail physique possible ».

 Pouvoir être remplacé à n'importe quel moment.

Un système laitier simple et efficace

L'exploitation en chiffres : 
  • 75 VL (485 000 l)
  • 70 VL/UMO
  • 75 ha (dont 23 ha de maïs, 36 ha de prairie, 14 ha de cultures)
  • Service de remplacement (30 j/an)

  • Alimentation

- Les vaches : ration complète distribuée au télescopique + godet désileur/mélangeur.

« Je passe juste une fois quotidiennement pour leur donner le maïs. Les bêtes vont manger comme elles le sentent. »

Les bêtes vont manger comme elles le sentent. 

- Les petits veaux jusqu'à 6 mois : lait, aliment, eau et paille apportés avec un alimentateur, des seaux-tétines ou un taxi à lait pour la poudre, des seaux à eau.

  • Logement

- Les vaches : 1 mois/an en bâtiment seulement (15 décembre - 15 janvier)

Aire paillée avec barre au garrot, « donc aucun blocage de bêtes », précise le producteur.

Paillage 1 fois/j le matin.

« Je mets un fil pendant une heure pour que les vaches ne viennent pas sur la paille propre après la traite. »

- Les petits veaux : niches.

Retrouvez les témoignages vidéo de cette série déjà parus :
  • Pâturage

Pâturage tournant simplifié.

11 mois/an sur 3 grands paddocks (de 3,5 à 7 ha) avec une rotation sur 2/3 jours.

« Je n'ai pas la contrainte de les avancer ou les changer tous les jours », fait remarquer Éric Deroyand qui reconnaît, cependant, que cette pratique « n'est peut-être pas au top ». 

  • Traite :

2x6 postes avec désinfection des griffes et décrochage automatiques.

eric deroyand eleveur de vaches laitieres dans la manche Ayant travaillé à l'extérieur et « vu pas mal de systèmes », Éric souhaitait quelque chose de « simple » pour son exploitation. (©idele)

Les résultats au niveau travail dans l'élevage

  • Début de la journée : 7 h 30
  • Traite + nettoyage : 2 h
  • Pause café : 30 min
  • Alimentation des veaux 0-6 mois : 1 h
  • Rabotage, curage et paillage de la stabulation si besoin, désilage : 1 h 30
  • Gestion du pâturage, clôtures, divers : reste tout l'après-midi
  • Fin de la journée : 20 h mais en s'accordant une pause goûter avec son épouse
  • 1 week-end sur 2 libre
  • 15 jours/an de vacances (dont une semaine au ski quasiment chaque année)

Je ne suis pas trop à plaindre !

« Je ne suis pas à une demi-heure près, j'estime avoir une qualité de vie agréable, je ne suis pas trop à plaindre », met en avant Éric.

Voir également les témoignages sur Terre-net : Le service de remplacement, rampe de lancement de l'installation

Ceci grâce au service de remplacement. Pour transmettre les consignes et informations, et gérer l'administratif, l'éleveur utilise des outils disponibles sur son I-phone, consultables sur l'ordinateur du bureau : planning des travaux, gestion de la reproduction des bovins, etc. « Le smartphone est devenu indispensable sur l'exploitation, s'amuse-t-il. Ça simplifie plein de choses et fait gagner beaucoup de temps de travail au sein de l'élevage, en particulier en matière de déclaration. Tout est enregistré et classé automatiquement. Alors quand on est en panne ou qu'on n'a pas de réseau, c'est la cata ! »

Le smartphone, un outil indispensable. Alors quand il tombe en panne...

Et les performances économiques ?

Peut-être pas au top, mais économiquement efficace.

« Je ne suis peut-être pas au meilleur, concède l'exploitant, mais je suis économiquement efficace. Vis-à-vis des investissements, la productivité laitière est là, avec un bon EBE, ce qui conforte ma stratégie. En plus, le système d'élevage est transmissible, que ce soit à mon fils ou quelqu'un d'extérieur. Pour un jeune éleveur, tout y est pour se libérer du temps et se faciliter la vie sans beaucoup investir en plus dans les bâtiments, comme le matériel, etc. »

Pour un jeune, tout y est pour se libérer du temps et se faciliter la vie.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


Maec
Il y a 45 jours
Dommage que cet article ne suscite pas autant de commentaires que le cessation laitière des 1000 vaches.
Cette ferme, comme le précise l éleveur permettra une installation à sa suite, alors que pour les 1000 vaches, l appétit foncière était elle, qu un jeune agriculteur ne pouvait pas rivaliser et voyer ses environs d installation s évanouir...
Répondre
Naby
Il y a 46 jours
De 07h30 à 20h je vois que c trop de temps moi par exemple à 19 h j'ai tout fini et même si j'étais là je crois je le ferai
Répondre
Popeye 76
Il y a 46 jours
Pour le paturage dommage que le civam ne l"ai pas encouragé a redecouper ses paddocks...son delai de retour trop court penalise enormement le potentiel de production de ses prairies.c'est vrai que sans exposer ses chiffres on est en droit de douter du systeme...23 ha de maïs c'est environ 50 T equivalent soja pour equilibrer donc 2 mois de paie de lait....
Répondre
Jonathan
Il y a 46 jours
Intéressant certes....mais toujours trop peu chiffre....un bon EBE ????????????
Répondre
Grochat
Il y a 46 jours
C'est bien un reportage comme ça, mais chez nous les vaches sont 6 mois minimum en bâtiment,, et je ne parle pas du manque de fourrage estival de ces dernières années ni du coût de la gestion des effluents !!!
Répondre
Momo
Il y a 46 jours
Un bon ebe c'est celui qui permet de payer les crédits, les autofinancements et aussi payer le paysan lui même, un très bon ebe permet lui de dégager environ 7% de la valeur totale de l'exploitation mais 7% supplémentaire ce qui indique que l'exploitation est transmissible puisqu'il y a de quoi payer les prêts, la reprise et le paysan....
Répondre
Lau
Il y a 47 jours
Système qui a le mérite d'être simple,
C est combien un ’’bon EBE’? 50,100 ou 150000 euros?
Dommage qu il ne soit pas précisé
Répondre