Marché foncierTous les prix des terres 2019 dans les Hauts-de-France

| par | Terre-net Média

En 2019, le prix moyen de l'hectare libre atteint 9 420 ¤ dans les Hauts-de-France. Globalement, les prix des terres libres continuent de progresser, même s'ils reculent dans certains secteurs, notamment dans l'Aisne.

Dans les Hauts-de-France, l'hectare libre s'est vendu, en moyenne, à 9 420 € en 2019Dans les Hauts-de-France, l'hectare libre s'est vendu, en moyenne, à 9 420 € en 2019 (©Terre-net Média) 

Avec une moyenne à 9 420 € l’hectare libre en 2019, les prix du foncier agricole dans la région Hauts-de-France sont nettement au-dessus de la moyenne nationale à 6 000 €/ha, mais ils reculent de 3 % par rapport à 2018.

Au niveau des départements, les prix moyens triennaux varient entre 8 490 €/ha (dans l’Aisne) et 13 340 €/ha (dans le Nord) pour les terres et prés libres non bâtis. Le marché est particulièrement actif dans l’Aisne, où le système céréales-betteraves est répandu : face à la chute des cours du sucre, un certain nombre d’exploitants ont mis des lots sur le marché. Les prix sont néanmoins en baisse de – 2 %. Ils baissent également dans le Pas-de-Calais (- 3 %), mais augmentent dans le Nord (+ 5 %), l’Oise (+ 4 %) et la Somme (+ 5 %), où la demande à l’installation et à l’agrandissement est présente.

Sur le marché des terres louées, l’écart de prix avec les terres libres est important, puisque le prix de l’hectare évolue entre 6 010 € (dans le Nord) et 6 810 € (dans l’Aisne).  

Retrouvez en détail ci-dessous le prix des terres et prés libres non bâtis

Prix moyens triennaux des terres et prés libres en Hauts-de-France en 2019Prix moyens triennaux des terres et prés libres en Hauts-de-France en 2019 (Source : Safer-SSP-Terres d'Europe-Scarf) 

Retrouvez en détail ci-dessous le prix des terres et prés loués non bâtis

Prix moyens triennaux des terres et prés loués en Hauts-de-France en 2019Prix moyens triennaux des terres et prés loués en Hauts-de-France en 2019 (Source : Safer-SSP-Terres d'Europe-Scarf) 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


LUCIDE
Il y a 10 jours
Et là, on trouve la grosse décote pouvant aller à 60% qui traduit un déséquilibre en droit dans les relations bailleurs-preneurs. C'est au politique de se bouger à nouveau le popotin ou c'est le judiciaire.
Répondre
LUCIDE
Il y a 10 jours
Allez voir en Belgique, Pays-Bas les tarifs sont bien plus élevés.
Je pense que vous avez un blem avec l'économie .....Des fonds importants ont été investis dans Amazon et plus récemment dans Tesla sans retours .....
Le type qui met +10000/M² à Paris a une démarche rentable ???
Les fonds qui investissent massivement dans les terres agricoles comme Bolloré par exemple anticipent l'avenir.
Répondre
Maxens
Il y a 10 jours
Tout est une question de choix de vie...certains se satisfont de rester fermier toute leur vie, et c est louable, d autres investissent pour laisser de la terre a leur enfant, c est tout aussi respectable. La seule chose qui l est moins, c est lorsque l on ne veut pas acheter de terre et que l on renie au propriétaire le droit de disposer de son bien avec la complicité de lois tres protectrice pour le fermier....
Répondre
stephane vitosky
Il y a 10 jours
devenir proprietaire a des tarifs comme cela sans aucune rentabilité de l'outil de production et pour finir payer des taxes fonciéres hors de prix bon courage vive le monde agricole
Répondre