Filière porcineSystème U noue un partenariat de long terme avec Terrena

| Afp

Le distributeur indépendant Système U et la coopérative Terrena ont annoncé mardi dans un communiqué commun avoir noué un partenariat de long terme pour la production de produits de marque U, notamment autour de la filière porc.

Porc engraissementLe volume prévisionnel pour cette première année est de 50.000 porcs Nouvelle Agriculture avec la volonté de doubler les chiffres à l'horizon 2017. (©Terre-net Média)

Ce partenariat instaure une « relation nouvelle liant les trois parties prenantes à savoir les agriculteurs, les industriels et un distributeur », alors que les relations entre les différents maillons de la chaîne de production des produits sont « habituellement basés sur des rapports de force », soulignent les deux acteurs.

Concrètement, les éleveurs de la coopérative Terrena (marques Paysan Breton, Régilait...) seront en charge de la production qui devra répondre à un « cahier des charges précis (...) garantissant une traçabilité totale et une optimisation des coûts » ainsi que des « bénéfices clairement compréhensibles du consommateur ».

Visibilité à trois ans

De son côté, Système U s'engage sur une durée de trois ans reconductible avec les producteurs leur « permettant d'avoir une visibilité suffisante pour les investissements ».

Ce rapprochement se concrétisera notamment sur la filière porc, avec la mise en place d'un co-branding (alliance de marques, ndlr) entre Système U et La Nouvelle agriculture (NA), spécialisée dans l'élevage de porcs à base de graines de lin (cahier des charges Bleu-Blanc-Coeur) sans OGM et sans soja, et en engraissement.

Dès le 1er avril, une dizaine de références Porc Nouvelle Agriculture (côtes de porc, filet mignon, rôti de porc...) et 14 autres produits en saucisserie seront mis en vente dans les magasins U.

La démarche de partenariat « est déjà concrètement initiée avec 28 éleveurs. Notre volume prévisionnel pour cette première année est de 50.000 porcs Nouvelle Agriculture et notre volonté est de doubler les chiffres à l'horizon 2017 », précise Thierry Lambert, président du groupement porc chez Terrena.

« La signature de cet accord vient concrétiser la volonté de l'enseigne de travailler plus étroitement avec la production agricole française afin de répondre aux attentes légitimes des consommateurs », soucieux d'accéder à une viande de qualité à des prix accessibles, souligne de son côté le patron de Système U, Serge Papin.

Cette annonce intervient alors que les négociations commerciales annuelles entre producteurs, industriels et distributeurs, qui se déroulent souvent dans un climat tendu, doivent s'achever fin février.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


NPK
Il y a 2470 jours
La vraie bonne nouvelle aurait été d’annoncer adopter ce que les Italiens font à Parme depuis plus de dix ans : ajouter un peu de chabasite à l'alimentation animale, une roche volcanique qui réduite en poudre améliore le process digestif et augmente le confort de l'animal en diminuant drastiquement la production d'ammoniac dans l'air, de nitrates et de phosphore dans les lisiers...

Plus de nuisances olfactives pour le voisinage, et prévention de la pollution de l’air, des cours d’eau et des nappes…

Le Nouvel Obs, le Monde, 20minutes et même Ouest France ont tout récemment révélé cette approche "100% naturelle" qui est l'un des secrets les mieux gardés des éleveurs de la région de Parme...

L'Italie a résolu ses problèmes d'algues vertes et de nuisances olfactives depuis dix ans grâce à cette roche, alors que le phénomène récurrent en Bretagne ne fait que s'aggraver...

Ça, c'est de la vraie news… également pertinente sur le plan environnemental…
Répondre
NPK
Il y a 2470 jours
Oui, mais même si c’est une superbe initiative, c'est un peu une vraie fausse bonne nouvelle : le fait de nourrir quelques porcs "aux graines de lin et aux céréales locales" ne va pas diminuer les rejets azotés des porcs, contributeurs nets de la pollution aux nitrates et donc co-responsables de la prolifération des algues vertes sur nos côtes... Et cela ne concerne que 50,000 porcs... sur les 12 millions par exemple produits rien qu'en région Bretagne ! Une goutte d'eau au milieu d'une tempête de forte marée...

On a un peu l'impression d'un simple effet d'annonce juste avant le catastrophique reportage de France 2 ce soir dans le cadre d'Envoyé Spécial sur l'élevage porcin qui pointe clairement la responsabilité de la Grande Distribution dans la course au low cost, conduisant à produire toujours moins cher (surtout à l'achat pour le distributeur qui paye à l'éleveur 1,50 euros du kilo ce qu'il revend jusqu’à... 10 euros !) et donc toujours plus polluant…

Si Serge Papin est sincère dans sa démarche, il faut clairement passer à une échelle supérieure et surtout prendre en compte avec les éleveurs et la collectivité la bonne gestion amont des rejets porcins…
Répondre