Dégâts sur les culturesSérie de recours contre les « arrêtés chasse » dérogatoires

| AFP

Des ONG environnementales ont déposé une série de recours contre des arrêtés autorisant la chasse pendant le confinement pour limiter les dégâts aux cultures, estimant qu'ils permettaient au contraire la « chasse de loisir, » a-t-on appris mercredi auprès de leur avocat.

L'Association pour la protection des animaux sauvage (Aspas) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ont déposé des référés (procédure d'urgence) et des actions au fond devant les tribunaux administratifs de 23 départements (Aisne, Ardennes, Aube, Calvados, Charente, Corrèze, Creuse, Eure, Indre-et-Loire, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine-et-Loire, Marne, Mayenne, Meurthe-et-Moselle, Nord, Haut-Rhin, Haute-Saône, Sarthe, Seine-Maritime, Haute-Vienne, Territoire de Belfort), a indiqué Me Mathieu Victoria.

Pour la durée du confinement, pendant lequel la chasse est interdite, le ministère de la transition écologique a autorisé des prélèvements de sangliers et de cervidés et « exceptionnellement » d'autres espèces chassables qui pourraient provoquer des dégâts sur les cultures, mais uniquement à cette fin et sur demande de l'autorité administrative.

La Fédération des chasseurs et certaines organisations agricoles comme la FNSEA ont souhaité que d'avantage de dérogations soient accordées.

Me Victoria a notamment estimé « qu'autoriser la chasse à la battue implique par nature des regroupements, interdits par les restrictions sanitaires » et jugé que les dérogations accordées dans certains départements concernaient trop d'espèces, citant des autorisations de chasse à la palombe, au mouflon ou au chamois.

Selon l'avocat, même les espèces « classées nuisibles ne sont pas susceptibles de provoquer de nombreux dégâts à cette période de l'année, puisqu'il y a peu de cultures ».

« Sous couvert d'intérêt général, on permet aux chasseurs de s'adonner à la chasse de loisir », a-t-il estimé, citant l'exemple du département de l'Oise, où la préfecture a annoncé mercredi avoir interdit la chasse dans deux communes à la suite de violations des règles sanitaires par des chasseurs qui ont organisé le week-end dernier des repas collectifs.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 3 RÉACTIONS


le quart du bois
Il y a 13 jours
et bien prenez en charge les dégâts les chasseurs ne vous en voudront pas .
Répondre
max48
Il y a 14 jours
Comment peut-on donner autant de crédit à des associations qui sont totalement hors réalité...
pas de dégâts sur les cultures???? peu de cultures ??? je n'ai pas les chiffres sur les emblavements de céréales d'hiver mais eux encore moins !!

et les forestiers on les oubli aussi???

et quand aux dérapages de certains et bien on met des amendes on sanctionne ceux qui ne respectent pas les règles pas les autres, on est vraiment gouverné par des ignares..

mais je n'ai aucun doute quand au résultat de ces procédures quand on sait que les chasseurs indemnisent 80 millions par an, et qui va prendre en charge les dégâts???
une population de sanglier double tout les ans sans chasse, messieurs de la lpo je ne connais pas l'épaisseur de votre porte feuille mais sans chasse l'an prochain vous pouvez sortir 200 millions et les ans d'après aussi...

Répondre
Pipo
Il y a 14 jours
Pour arrêter la ch... je ne peux que préconiser imosel et mangez du riz
Répondre