Evolution des prix agricoles en 2018Selon l'OFPM, les prix agricoles ont augmenté de 2,2 % en 2018

| AFP

Les prix payés aux agriculteurs ont augmenté de 2,2 % en 2018, avec de fortes disparités entre les productions davantage liées aux cours mondiaux qu'aux prix payés par les consommateurs, selon le rapport de l'Observatoire des prix et des marges rendu public lundi 3 juin.

Philippe Chalmain, président de l'observatoire de la formation des prix et des marges, a présenté son rapport 2018 lundi 3 juin 2019.Philippe Chalmin, président de l'observatoire de la formation des prix et des marges, a présenté son rapport 2018 lundi 3 juin 2019. (©@Min_Agriculture ) 

« Nous sommes dans un monde agricole de plus en plus marqué au coin de l'instabilité des prix et des marchés. Les prix agricoles dépendent peu, presque pas du tout, des prix payés par le consommateur, (...) ils dépendent de fondamentaux non seulement nationaux et européens mais de plus en plus internationaux », a souligné l'économiste Philippe Chalmin, président de l'Observatoire de la formation des prix et des marges, lors d'une conférence de presse lundi 3 juin. L'économiste a également rappelé que l'observatoire traitant des prix en 2018 « n'était pas un bilan de la loi Egalim, ce serait trop tôt » car la « loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » a été votée en octobre 2018.

De plus, selon le spécialiste, « somme toute, la répercussion au stade du consommateur apparaît de façon relativement lente et modérée. Il y a une distinction de plus en plus grande entre conjoncture agricole et prix alimentaires ».

+11,9 % pour le blé tendre, - 0,6 % pour les bovins viande

Tous produits agricoles confondus, la moyenne des prix à la production agricole a augmenté de 2,2 % en 2018, contre une augmentation de 3% en 2017, selon l'observatoire. Les prix effectuent ainsi une lente remontée depuis 2014 où ils avaient reculé de 5,3 %, puis de de 2,4 % en 2015, avant de se stabiliser en 2016 (+0,3 %).

Dans le détail, l'Observatoire constate une augmentation des prix à la production pour le lait de vache (+ 1 %), les fruits (+ 12,3 %), les légumes (+ 8,2 %), ainsi que pour le blé tendre (+ 11,9 %). En revanche, les prix à la production diminuent fortement pour le porc (- 11,8 %), ainsi que pour les bovins et les bœufs de boucherie (- 0,6 %). Pour les producteurs de porcs, « il y a de bonnes et mauvaises années : 2016 et 2017 ont globalement plutôt été bonnes », grâce à la demande en Chine, mais en 2018, « le coût de production est passé au dessus du prix du porc », explique Philippe Chalmin. Pour les producteurs de bovins, la situation n'a pas été bonne en 2018, mais depuis que l'observatoire a été lancé, en 2011 « le producteur de bovins n'a pas couvert son coût de production », rappelle l'économiste.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


DEBUTANT
Il y a 15 jours
la situation va bien pour l etat et le consommateur .Si il fallait payer en fonction de nos cout les restos du coeur exploseraient en affluance
Répondre
Pipo
Il y a 15 jours
Ils se félicitent de ne toujours pas être revenus à la moitié du prix auquel devrait se trouver le blé selon l'inflation depuis 1973!! (pou rappel : ~385€/t). Tant que les agriculteurs ne fixeront pas eux mêmes les prix en fonction de leurs propres couts de productions (individuels!!!) on ne s'en sortira pas!
Répondre
debutant
Il y a 15 jours
c est moins qu EDF qui est une charge consequente pour une exploitation
Répondre
Thierry 16380
Il y a 16 jours
Bizarre les prix agricoles augmentent et la misère grandit chez les agriculteurs !!!!
Répondre