Revenu agricole dans l'Union européenneVingt-deux pays dans le rouge

| par Frédéric Hénin | Terre-net média

Le revenu réel agricole par actif (1) a diminué de 12,2 % dans l'UE27 en 2009, après une baisse de 2,5 % en 2008, selon les premières estimations publiées par Eurostat, l'Office statistique de la l'Union européenne.


Le revenu agricole européen en baisse selon les premières estimations.
(© Terre-net Média)
La baisse du revenu agricole n’épargne pas la majorité des pays européens. Elle est estimée selon Eurostat, le service statistique de l’Union européenne à 12,2 % par actif (salarié et non salarié) (1). Cette baisse résulte d'une chute du revenu agricole réel (-14,2 %) accompagnée d'une réduction de la main-d’œuvre agricole (-2,2 %). Les estimations de l'UE27 sont basées sur les données transmises par les autorités nationales des États membres. La diminution des revenus n’épargne ni les nouveaux membres, ni les membres historiques de l’Union.

Les plus fortes baisses seraient observées en Hongrie (-35,6 %), en Italie (-25,3 %), au Luxembourg (-25,1 %), en République Tchèque (-24,1 %), en Irlande (-22,3 %), en Allemagne (-21,0 %), en Autriche (-20,4 %) et en France (-19,8 %) (1).

Le seul grand pays producteur dans le vert est la Grande Bretagne avec une hausse de 14,3 % par actif.

Le revenu par actif agricole en Irlande est dorénavant inférieur d’un tiers à son niveau de 2005. La situation des pays de l’Est est contrastée. Les fortes hausses constatées après leur entrée dans l’Union en raison de l’instauration des aides sont pour certaines annihilées. En Hongrie et en République tchèque, le revenu par actif agricole est inférieur à 2005. Seules la Bulgarie, et dans une moindre mesure la Slovaquie, profitent encore pleinement de leur adhésion à l’Union mais le niveau élevé de l’indice masque la faiblesse importante du revenu agricole en valeur.

Un facteur important à prendre en compte pour analyser au plus juste le revenu agricole par actif agricole des Vingt-sept est le taux de change des monnaies des pays de l'Union. Les estimations des revenus agricoles ont été établies en prenant en compte les fortes dévaluations monnétaires qui ont affecté ceux d'entre eux qui n’ont pas encore opté pour l’euro (la Hongrie en tête). Il est en tout autrement de la Slovaquie qui a adopté la monnaie unique et lev bulgare qui « colle » à l’euro.

En 2009, la valeur de la production agricole au prix à la production devrait diminuer dans l’UE27 de 10,9 %, principalement en raison de la baisse à la fois de la valeur de la production végétale (-13,2 %) et de la production animale (-9,7 %) en termes réels.

Le rôle protecteur de l'euro

En ce qui concerne les productions végétales, la baisse de la valeur est presque entièrement due à la baisse des prix (-12,4 %), tandis que les volumes n'ont diminué que légèrement (-0,8 %). Les prix ont baissé pour toutes les catégories de produits végétaux, sauf les plantes et fleurs (+0,3 %). Les plus fortes réductions de prix ont concerné les céréales (-27,5 %), les plantes industrielles (-15,6 %), l'huile d'olive (-14,7 %) et les fruits (-12,3 %). Une augmentation de volume est enregistrée pour les plantes industrielles (+8,6 %), tandis que les volumes de l'huile d'olive (-8,9 %) et des céréales (-4,9 %) ont décliné.

La diminution de la valeur de la production animale en 2009 est la conséquence d'une chute importante des prix à la production (-8,7 %) et d'une légère baisse des volumes (-1,1 %). Les prix ont diminué pour les trois plus grandes catégories de produits animaux : le lait (-20,3 %), les porcins (-4,2 %) et les bovins (-1,8 %). Le volume est resté stable pour la production de lait, presque inchangé pour les porcins (-0,3 %) et a décliné pour les bovins (-2,9 %).

Dans l'UE27, les coûts des intrants agricoles (consommation intermédiaire) sont en baisse de 9,2 % en termes réels, en raison de la diminution à la fois des volumes (-3,1 %) et des prix (-6,3 %). Des volumes inférieurs d'intrants sont estimés pour presque toutes les catégories d'intrants, en particulier pour les engrais (-14,0 %). La baisse des prix des intrants est due aux fortes chutes des aliments pour animaux (-14,1 %) et de l'énergie (-12,5 %).

Entre 2005 et 2009, il est estimé que le revenu agricole réel par actif de l'UE27 a décliné de 1,7 %. En moyenne, la main-d’œuvre agricole a diminué de 11,5 % dans l'UE27 depuis 2005. L’adhésion à l’union fait son chemin mais nous sommes loin de l’hémorragie sociale et de l’exode rural tant redoutés par l’adhésion. La crise maintient des populations agricoles en activité, qui ne trouveraient pas de travail dans d’autres secteurs d’activité.

(1) Tous les articles portant sur le revenu agricole français ne concernent que le revenu des agriculteurs. Par définition, le revenu des salariés est indépendant de la conjoncture.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article