Dossier Retour au dossier Pâturage

Allonger la durée du pâturageChemins d'accès : les éleveurs nous expliquent leur façon de faire

| par | Terre-net Média

Pour maximiser le pâturage, avoir des chemins d'accès de qualité est essentiel. Mais quels matériaux utiliser et pour quel coût ? La ferme expérimentale de Normandie a étudié quatre solutions, et c'est le calcaire qui tire son épingle du jeu. Les éleveurs sur Twitter ont également partagé leurs recettes.

Afin d'allonger la durée de pâturage au début du printemps et à l'automne, il est important d'avoir des chemins d'accès de qualité qui résistent à toutes les conditions météo et aux passages réguliers du troupeau.

En cette fin d'été, Sébastien Courtois, éleveur laitier en bio dans le Rhône, s'attelle à ce travail : 

Il explique comment il s'y prend : « Avec une vingtaine de centimètres de 0/40 en dessous et 10/15 cm de sable 0/0.20 mélangé à sec avec 3 à 5 % de ciment en surface pour ne pas blesser les sabots des vaches et limiter l'érosion par la pluie dans la pente, pour 2 m de large environ »

Des tests en Normandie

La ferme expérimentale régionale de Normandie à La Blanche Maison, s'est intéressée à cette question des chemins d'accès aux pâtures. Elle rappelle d'abord que « chaque parcelle doit être desservie par un chemin d’accès dont la largeur varie en fonction du type d’usage. En sortie de bâtiment et début de parcours, les chemins doivent être assez larges (4 à 5 m) pour assurer une bonne fluidité de circulation. En position terminale, le chemin peut se réduire jusqu’à un mètre de large notamment s’il est bétonné. »

Quant au choix des matériaux, la ferme expérimentale recommande de privilégier les matériaux locaux afin d'éviter un coût de transport trop élevé. Elle a testé quatre solutions :

  • Le caillebotis : elle disposait de vieux caillebotis qu'elle a réutilisés dans les chemins. Pour caler les dalles, elle a mis du sable.
  • Le calcaire qui s’installe sur une hauteur de 20 cm. 
  • La galette minérale, issue du lavage des granulats. « Techniquement, il ne faut pas dépasser une épaisseur de 7 cm, sur une base en 0-120 de 20 cm. »
  • Le sable de carrière : il correspond à la couche de finition de 3 cm installée sur une base en 0-120 de 20 cm. Pour une bonne tenue dans le temps, il est primordial de bien cylindrer le chemin.

Résultat : le calcaire a été la solution recommandée pour sa stabilité, comme l'explique cette vidéo :

Cliquez sur la vidéo pour la lancer

En termes de coût, voici les prix indicatifs des matériaux au m2:

Coût pour les différents matériaux testés.Coût pour les différents matériaux testés. (©Ferme expérimentale de Normandie) 

Romain, éleveur en Bretagne, partage également sa recette sur Twitter : 

Et vous, c'est quoi votre recette ? Partagez-là dans les commentaires. 

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


TR
Il y a 21 jours
A mon avis les collecteurs n'en ont rien à branler... Tant qu'ils font du beurre sur le dos des laitiers, et du blé sur celui des céréaliers, tout va bien pour eux... C'est dommage, on est très loin des fondements des coopératives qui devaient servir les intérêts des agriculteurs...
Répondre
Fink
Il y a 22 jours
À quand le financement de tous ces travaux par les collecteurs de lait ?
Parce que effectivement on fait du lait de pâturage au printemps et à l’automne mais on sort juste ( et l’hiver pareil) d’un lait de dessilage... et le coût n’est pas le même.
Alors produire du lait reconnu par la médecine ok mais à quand la reconnaissance ?
Répondre