Lu sur les réseaux« Retenir les animaux en fermes : plus facile à dire qu'à faire »

| par | Terre-net Média

Tous les éleveurs bovins n'adhèrent pas à l'appel de la FNB à suspendre les ventes. Si l'objectif premier est de faire grimper les prix, certains craignent l'effet inverse avec une augmentation des importations. « Si on ne vend pas maintenant, on inondera le marché plus tard, le problème reste le même », signalent quelques éleveurs sur les réseaux sociaux.

Elevage engraissement de bovins viandePar manque de place ou de nourriture, impossible pour les éleveurs de garder leurs animaux en ferme. Beaucoup craignent aussi que cela ne fasse qu'empirer la situation. (©Terre-net Média)

Alors que la semaine dernière la FNB appelait les éleveurs à suspendre leurs ventes dans l'objectif d'obtenir de meilleurs prix de vente, tous les éleveurs de bovins viande ne semblent pas adhérer à l'idée.

« Si on ne vend pas maintenant, on inondera le marché plus tard »

« Si les bêtes sont retenues en ferme, ce n'est pas grave, chômage partiel payé par l'État dans les abattoirs ! Puis arrivera le jour où tout le monde va vendre, dégringolade des prix... Le confinement à la FNB, ça ne vous va pas », alertait un jeune agriculteur en commentaire sous l'article. Même chose sur les réseaux sociaux, Christian réagit sur Facebook : « En paroles, c'est une bonne idée mais dans la réalité, les charges sont là. »

Pour Yannick, ce blocage des ventes ne ferait qu'empirer la situation : « Ils ouvriront des quotas d'importation au lieu de monter les prix pour la viande française. » Antoine lui rétorque que ça n'est pas si sûre : « Les frontières sont plus fermées que d'habitude, ça peut marcher de retenir... » mais Yannik en est persuadé : « Elles sont fermées pour les personnes, pas pour les marchandises, encore moins alimentaires. »

Pour Benoît, impossible de garder les animaux : « Avec 2 années de sécheresse consécutives, ils n'auraient pas une autre idée par hasard ? »

Chez les bouchers, aussi, on grince des dents. Le président de la CFBCT (confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs) Jean-François Guihard répond à Bruno Dufayet dans un communiqué pour dénoncer « l'attitude irresponsable des acteurs de l'aval de sa filière ». Il lui rappelle que les boucheries souffrent aussi de la crise et que « depuis le début, les principaux syndicats agricoles ont largement fait la promotion des enseignes de la grande distribution [...], ignorant magistralement les artisans bouchers » qui « dans leur écrasante majorité, travaillent tout au long de l'année des viandes françaises. »

Un prix de la viande bovine qui continue de chuter

Pourtant les prix diminuent. Selon les dernières tendances de l'Idele, les cours des femelles et des jeunes bovins poursuivent leur baisse, la filière veau est toujours en difficultés. Seul le cours des broutards reste stable. La FNB affiche d'ailleurs un tableau comparatif de ces cotations :

Sur les réseaux sociaux, les éleveurs expriment leurs craintes quant à l'enlèvement des animaux. Du côté des éleveurs laitiers, le prix des réformes est en pleine chute comme en témoigne Élodie sur la page des producteurs de lait : « Le marchand vient de passer, il m'annonce 1,6 à 1,8 €/kg contre 2,5 € habituellement. »  Elle craint même un arrêt total : « Notre marchand habituel n'en prend plus en ce moment. Ils n'ont pas de débouchés depuis le début du confinement. »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


CHRISTOPHE DAUDE
Il y a 226 jours
Rétention très c'est comme la grève du lait il faut avoir les moyens de le faire sinon sans importations ça pourrait être une bonne idée
Répondre
RT 2012
Il y a 227 jours
Aux vues des trésoreries des éleveurs, difficile de faire de la rétention… Cela fait des années que les éleveurs se font baiser… Au profit de qui? Lorsque les acteurs se concentrent, il n'y a plus de concurrence… Et c'est l'aval de la filière qui se goinfre aux détriments des agriculteurs et des consommateurs...
Répondre
Jeuneagri
Il y a 229 jours
Car la famine quand il y a pénurie c'est bien? Drôle de politique de votre part. Vous en parlerez dans les pays du tiers monde...
Répondre
PàgraT
Il y a 229 jours
La conf vient de rejoindre la fédé pour la rétention !
Répondre
hub
Il y a 229 jours
Il faut voir le bon coté des choses, pas de pénuries de viandes, y'en aura pr ts le monde et pour rien !!! Ah,ah,ah "nous ,on nourrit les gens", a n'importe quel prix, quelle connerie !! Agriculture de misere basé sr le tjrs plus et dire qu'il y a encore plein d'adeptes de ce modele destructeur....
Répondre
Jeuneagri
Il y a 229 jours
C'est pour ça que l'Europe qui est si exemplaire , doit nous venir en aide ( fonds, stock de viande, de lait etc).
Quand on voit Trump et les milliards qu'il débloque pour leur agriculture, et nous rien. Les dits du commissaire européen sont même lamentables...
Répondre
PàgraT
Il y a 229 jours
Les polonais, irlandais et autres ne savent plus ce que faire de leur viande, alors ce n'est pas du tout le moment de faire de la rétention. Le problème No 1 des mois qui viennent sera de vendre; ceux qui comme moi ont vécu deux crises de la vache folle savent de quoi li s'agît ! Pour rappel, les cours des taurillons étaient descendus à 14 fr le kilo de carcasse (soit 2, 14 €), charolais au même prix que le holstein, direction les frigos ! Les italiens n'achètent plus que des broutards français avec des cours maintenus, imaginez donc ce que deviennent les veaux polonais ?
Répondre