AgroalimentaireRappel de briques de lait contaminées par des résidus de détergent

| AFP

Un lot de briques de lait, de la marque « J'aime le lait d'ici », contenant des résidus de produits de nettoyage a fait l'objet d'une mesure de rappel et de retrait, a indiqué dimanche à l'AFP la coopérative de lait française Sodiaal.

Le lot 18 312 de lait demi-écrémé est concerné en raison « de la présence de résidus de produits de nettoyage constatée dans certaine briques de lait », selon l'affichette de retrait/rappel destinée aux consommateurs que s'est procurée l'AFP. Il porte la date de péremption du 8 mars 2019, un horaire de production entre 8h40 et 11h54, ainsi que l'agrément sanitaire FR 44-025-001. Ni la zone géographique, ni la composition des détergents responsables de la contamination, ne sont précisées dans la fiche d'information. La société C SA, qui commercialise le produit pour Orlait, a procédé à ce retrait/rappel après avoir reçu « une réclamation pour du lait de couleur brune », a précisé Sodiaal qui détient notamment les marques Candia, Entremont, Le Rustique, Cœur de Lion, RichesMonts, Régilait, ou encore Yoplait. « Cet incident est lié à une erreur humaine » et « s'est produit sur une très courte durée, environ deux minutes dans la ligne de production », a souligné la première coopérative de lait française qui dit n'avoir reçu « aucun signalement de consommateurs malades », contrairement à des allégations en ce sens qui circulent sur Facebook.  « Une analyse » a été lancée à la suite de ce problème qui concerne des « réseaux de distributeurs spécialisés dans la restauration et quelques magasins Systèmes U », selon Sodiaal.

La marque « J'aime le lait d'ici » appartient à Orlait, dont Candia, elle-même filiale de Sodiaal, est l'actionnaire majoritaire. Sodiaal, dont le chiffre d'affaires s'élève à 5,1 milliards d'euros, a collecté 4,7 milliards de litres de lait auprès de 20 000 producteurs l'an dernier. Le groupe, qui emploie plus de 9 000 salariés, est présent dans les produits laitiers frais mais aussi les laits en poudre dont les laits infantiles. Depuis 2014, le groupe a élargi son activité aux produits surgelés avec l'intégration du pâtissier et traiteur Boncolac. Il y a tout juste un an, le groupe laitier Lactalis avait été contraint d'arrêter sa production à l'usine de Craon et de rappeler l'ensemble de la production de lait infantile de cette usine à la suite d'un scandale lié à la contamination à la salmonelle.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


choubaka
Il y a 90 jours
en plus la marque citée est celle qui est vendue à 0.6euros le litre de demi-ecrémé.parfois c'est plutôt du lait d'ailleurs et ça trompe le consommateur.c'est pas possible avec ces prix de rémunérer le paysan
Répondre
Patou
Il y a 90 jours
Avez-vous le prix du t1 ?chez Savencia 335€
Répondre
steph72
Il y a 90 jours
On verra des abandons en masse chez les industriels qui ne paient pas .
On ne peut continuer à se foutre des producteurs encore longtemps.
Certains l'ont compris ,pas sodiaal.
Répondre
Patou
Il y a 90 jours
Encore un des salariés trop payé de cette coopérative où il y’a 3 fois trop de personnel(et qui plombe le prix du lait)qui à fait des siennes ! Moins de producteurs =moins de salariés c est la règle chez tout le monde sauf chez Sodiaal car on ne veut vexer personne sauf que tout les producteurs en pâtissent ! Êtes-vous au courant de la nouvelle grille de paiement ? Une honte ! Au lieu de tirer le traîneau en marche avant on recule ! Bel exemple ! Et cela seul deux présidents de région ont osé le dénoncer ! Les autres mangent dans la main du bon dieux Collègues qui livraient à d autre entités ne rigolez pas car Sodiaal est souvent l exemple que les autres suivent !
Répondre