Paroles de lecteursLes commentaires se multiplient aussi vite que les sangliers

| par | Terre-net Média

Les commentaires à propos des dégâts de sangliers envahissent aussi rapidement Terre-net et Web-agri que ces animaux sauvages les parcelles agricoles. Face à la prolifération de ce ravageur et à l'importance des surfaces détruites, les chasseurs en prennent pour leur grade. Beaucoup d'agriculteurs souhaiteraient pourvoir réguler eux-mêmes les populations.

paroles de lecteurs degats de sangliers « Les agriculteurs doivent avoir le droit de protéger leurs récoltes », clame Tonton. (©Watier-Visuel // Création Terre-net Média)

Térence : « Je suis agriculteur dans l'Yonne. C'est catastrophique ! 11 ha de prairies retournées, le méteil pois/triticale est entièrement détruit et l'avoine à 90 %. »

Tonton : « Dans le département de l'Hérault, les dégâts sont énormes. Les vignes, les céréales, les prairies, toutes les cultures sont touchées. Et pour être indemnisé, il faut avoir protéger la parcelle par des clôtures, une charge de travail énorme ! Beaucoup d'agriculteurs ne font plus de déclaration : trop de papiers, de contraintes... D'autant que les fédérations protègent leurs chasseurs et se foutent complètement des paysans. La coupe est pleine : cette situation n'a que trop duré ; les agriculteurs doivent avoir le droit de protéger leurs récoltes et de chasser les sangliers quotidiennement, et pas seulement trois jours par semaine. Il faut réguler cette population qui prolifère en urgence ! »

Georgio : « Les clôtures, ces molosses, vu leur puissance, n'en ont rien à faire ! Il leur faut bien moins de temps pour les détruire, qu'il n'en a fallu aux agris pour les construire. »

Patou : « Entièrement d'accord, Georgio ! Mais pour les assureurs, il faut des clôtures. À part ça, j'ai vu partir ces molosses comme tu dis avec une clôture en ursus et des piquets, avec les chiens aux fesses. Et des chiens, je les ai aussi vus en achever plus de cinq à la fois. C'est une vraie sal... ! »

Steph72 : « Non seulement, ils dévastent les cultures mais ils transmettent des maladies comme la tuberculose bovine ou la peste porcine africaine. »

« 700 000 sangliers par an, ce n'est plus de la chasse mais de l'élevage !! »

Tlecomte : « Il y a quelques années, dans une réunion sur les dégâts de sangliers, un agriculteur chasseur disait qu'une trentaine de bêtes étaient tuées par an dans les chasses auxquelles il participait. Un chiffre qui a augmenté de façon exponentielle ! Il ne faut pas avoir peur d'aller aux réunions d'attribution de quotas de gibier à chasser et de demander le maximum de prélèvements. Le résultat se fera très vite sentir. Sinon, on peut demander une battue administrative en pleine période de chasse. Les chasseurs ne seront pas très heureux. Cela les fera sûrement réfléchir sur leur façon de voir les choses... »

Chrislait  : « 700 000 sangliers par an !!! À ce niveau là, ce n'est plus de la chasse mais de l'élevage !! »

123 : « Le Chasseur français annonce 800 000 sangliers tués en France en 2017. La population globale avoisine les 8 millions d'individus, soit le double du cheptel allaitant dans notre région. Cela fait des années que nous alertons les syndicats sans résultat. En cinq ans, la population a doublé et continue son développement exponentiel. Cette année, les dégâts sont encore plus impressionnants au grand dam des agriculteurs qui sont très mal dédommagés. »

AgriG : « Ça fait 10 ans que certains nourrissent tous les hivers des cochons dans les bois communaux. Pas étonnant qu'ils fassent maintenant des dégâts dans les cultures ! Les soi-disant experts, agriculteurs eux-mêmes, courent après les expertises pour leurs porte-feuilles, indemnisant a minima les terrains et les cultures saccagés, pour continuer à toucher leurs soldes. Il est temps de faire intervenir des personnes qui ne sont pas en conflit d'intérêt. »

6lvie : « Il est peut-être temps également d'aller discuter avec les chasseurs. Ce sont eux, et pas les sangliers, qui sont à blâmer car ils font des lâchers d'animaux hyperprolifiques issus d'élevage. Les annonces d'élevages de sangliers fleurissent sur leboncoin.fr. Donc à qui la faute ? »

Les chasseurs montrés du doigt

Nico 06 : « Les chasseurs ne sont pas à votre service. Protégez vous-mêmes vos champs ! Vous touchez des indemnités grâce à eux et vous osez les critiquer. Apprenez à vous débrouiller tout seuls ! Il y a quelques semaines, vous demandiez à être indemnisés à cause de la sécheresse  et au printemps, parce qu'il pleuvait trop. Et vous réclamez encore une subvention ! »

Jlb : « Le problème, c'est que les chasseurs pensent que tout tombe du ciel pour les agriculteurs. Mais, ils ne connaissent rien à l'agriculture. Il faudrait qu'ils viennent voir nos exploitations et ils changeraient peut-être d'avis. S'il n'y a plus de sanglier, vous dites que nous trouverons bien un autre moyen pour toucher des subventions. Mais nous n'en avons pas besoin si nos terrains ne sont plus dégradés par le gibier. Les éleveurs gardent leurs vaches derrière des clôtures alors les chasseurs doivent contenir les sangliers en dehors des cultures. Les exploitants agricoles ne se plaindront plus et les chasseurs pourront tuer tout le gibier qu'ils veulent et tout le monde sera content. »

Patou : « Quand on demande aux chasseurs d'intervenir, ils répondent : "Pas de chance, les sangliers ne sont plus là, ils sont passés hier" "c'est une truie avec des tout petits, si on la tue, ils vont faire encore plus de dégâts" "on n'a pas le temps, y a des sangliers partout". La seule règle qui vaille : le droit de tir pour les paysans dans la mesure où ils ont des dégâts, quelle que soit l'époque ! »

Cool : « Il ne faut pas non plus qu'ils agissent comme des bourrins en abîmant les clôtures et en faisant peur aux bovins ! »

Loulou : « Dans le Jura, ils s'en sortent car les lynx viennent les aider à chasser les sangliers. »

Chrislait : « Moi au contraire, il y a trois ans, en rentrant vers minuit à la maison, j'ai vu deux femelles et huit petits sur le front d'attaque du tas de maïs. Ni une ni deux, j'ai appelé le groupe de chasseurs local, qui m'a dit de contacter le lieutenant de louveterie (je ne connaissais pas ce job, qui bientôt reportera bien son nom). On a fait une battue et depuis, je suis à peu près tranquille. »

« Pourquoi les agriculteurs ne pourraient-ils pas réguler eux-mêmes les sangliers ? »

Deudeuch : « Je ne fais plus de déclaration de dégâts de sangliers car on passe des journées entières avec l'expert pour, au final, ne toucher pas grand-chose. La chasse est devenue une mafia, avec de gros enjeux financiers. Les chasseurs ont de gros 4x4, des colliers GPS pour leurs chiens et des fusils à plusieurs milliers d'euros. Au Décathlon du coin, les rayons "chasse" sont plus importants que pour tout autre sport ! Pourquoi nous les agriculteurs, nous ne pourrions pas réguler les sangliers (vu que les chasseurs n'y arrivent pas) ? Ils s'attrapent très bien avec des cages, mais c'est interdit et il ne faut pas se faire prendre. »

Poly : « Des cages seraient beaucoup trop productives ! En France, on préfère gaspiller l'argent du contribuable et em... ceux qui bossent que prendre des mesures simples et efficaces. Avec les sangliers, il n'y a pas de fatalité, uniquement de la mauvaise volonté. »

Cochonou : « Si tu désires toi-même réguler les sangliers, il n'y a rien de plus simple : tu retires tes terres du droit de chasse, tu passes ton permis, tu achètes une arme, tu prends une validation, tu crées une chasse privée, tu paies les cotisations, tu achètes les bracelets qu'on veut bien te vendre et voilà tu peux y aller, ça ne t'aura coûté que 4 000 € environ ! Plus sérieusement, les vrais fautifs ne sont pas toujours les chasseurs. Je pense surtout que les fédérations ont beaucoup trop à gagner. Celle près de chez moi a près de 400 000 € en caisse et continue de vendre un bracelet de sanglier adulte 150 € ! Si ce n'est pas du commerce ça... »

RB : « Je vous rappelle que les dégâts sont indemnisés parce que la régulation des sangliers a été déléguée aux chasseurs. Si les agriculteurs veulent s'en charger eux-mêmes, fini l'indemnisation... »

Steph72 : « Sauf qu'au final, on ne peut pas parler de régulation puisque la population a augmenté. Nous en avons ras-le-bol de voir le fruit de notre travail saccagé ! Les indemnisations ne couvrent pas toutes les pertes... »

Pas assez de paysans dans les sociétés de chasse

Patrice Brachet : « Un jour, le président de Fédération de chasse de la Dordogne m’a dit : "votre plus grand tort, c'est d'avoir laissé la présidence des sociétés de chasse à l'instituteur, au facteur ou au cantonnier car ils n'ont pas les mêmes impératifs que vous !! Je pense que tout le problème est là. Dans mon secteur, le président est un paysan et ça bouge ! »

Farmer 50 : « Je suis éleveur et chasseur dans une société communale de type loi 1901. Comment nous, agriculteurs, pouvons-nous influencer la chasse? Tout d'abord, on peut menacer de retirer la cession du droit de chasse sur les terres, dont nous sommes propriétaires, aux sociétés ou chasses gardées qui ne jouent pas le jeu. Ensuite, il faut prendre des responsabilités au sein des bureaux. Mon père (il n'est pas chasseur) est président de la fédération locale depuis 23 ans et je peux vous garantir que les sangliers sont régulés. »

Georgio : « Tout ira beaucoup mieux le jour où les agriculteurs géreront à nouveau la nature, à la place des bureaucrates. »

Maxens : « Il suffit d'autoriser tous les agriculteurs ayant passé un jour leur permis de chasse (donc qui savent manier une arme) à les tirer, sans devoir acheter de bague ou de timbre, et sans distinction de poids... »

Tlecomte : « Le comité de lutte annoncé par le gouvernement ne servira que si la pression est forte sur les chasses à problème. On en revient aux comités techniques locaux qui sont organisés dans la Marne, où les chasseurs, les agris, la Fédération de chasse et les gardes forestiers sont réunis autour d'une table deux à trois fois par an et où on attribue les plans de tir au gibier et où, en fin de saison, on fait un bilan des dégâts de sangliers qui sont chiffrés en quintaux. Cette solution doit être généralisée à tous les départements. Sinon, faut tirer sur les laies et des jeunes, et ne pas tolérer deux poids deux mesures dans les directives de début de chasse. »

D'autres moyens de pression

Farmer50 : « J'ajouterais comme moyen de pression le fait que tout fermier peut exercer son droit de chasse à titre personnel, sauf mention contraire dans le bail. C'est-à-dire qu'un agri/chasseur, non adhérent à la fédération de chasse du coin, peut chasser sur les terres qu'il exploite (par bail) même si cette même fédération dispose de droits de chasse sur ces mêmes terres. Par contre, l'agri/chasseur doit tout de même respecter le règlement intérieur de cette société. Renseignez-vous auprès du service de l'ONCFS et dites-le aux chasseurs de votre commune, je vous garantis que ça va les faire réagir. »

Cocass : « Tu montres les dents, tu menaces d'employer les grands moyens et les "seigneurs" deviennent très prudents. Ils ne veulent pas perdre leur précieux cheptel, euh... gibier. »

Pouicpouic22 : « Je suis agriculteur et j'ai décidé d'interdire la chasse sur mes terres en raison des débordements qu'il y a eu sur mon site d'élevage de volailles. »

opposition agriculteurs/citadins, le retour...

The germs  : « Et quand ce ne sont pas les sangliers, ce sont les quads, conduits par des abrutis, qui défoncent tout... »

Jfpb08 :  « À tous les bobos défenseurs des sangliers, j'imagine que s'ils piétinent votre pelouse et votre potager, vous aurez toujours autant envie de les protéger. »

The germs : « Les revers de la nature, oui pour les agriculteurs, mais pas pour les autres. Et le bétonnage et l'artificialisation des sols liés à la pression urbaine ne sont-ils pas plus destructeurs que les dégâts de sangliers ? Tout cela pour des gens qui achètent leur lait ou leur viande au rabais. Dans ma région, la préfecture n'a commencé à bouger pour lutter contre les sangliers que lorsqu'il y a eu des dégâts dans des propriétés privées et une hausse des accidents sur la route, donc pour protéger des personnes qui compromettent l'avenir de l'agriculture ! »

Beaglesanglier : « C'est bien beau de dire que les paysans sont des pauvres malheureux ! En attendant, qui détruit nos régions et la faune sauvage en arrachant les haies, en retournant des prairies pour les cultiver, en utilisant des pesticides ? Je préfère largement voir un sanglier dans un champ plutôt qu'un paysan en train de pulvériser son Round'up ! Les sangliers, eux au moins, ne sont pas cancérigènes !! N'est-ce pas messieurs les agriculteurs... »

Christophe Foulon via Linkedin : « Dans la nature, tout est une question de proportion. Or ici, elle est déséquilibrée. Acceptons la chasse, sous contrôle bien sûr. Tout espoir n'est pas perdu. Dans l'Essonne, j'ai vu des chasseurs aménager des structures pour protéger des perdrix. »

Témoignage de 123, près de la forêt de Rennes  :

« C’est tout le département qui est touché. Les saccages continuent sans limite, les mesures annoncées ne sont même pas un emplâtre sur une jambe de bois. Il faut obliger les titulaires des droits de chasse à abattre par exemple 30 % des sangliers attribués avant le 10 août et 30 % avant le 1er octobre, avec des contrôles sévères si ces pourcentages ne sont pas atteints et une amende substantielle pour la prise en charge des dégâts causés par les bêtes non tuées qui leur avaient été attribuées.

Ni la chambre d’agriculture, ni les syndicats agricoles, ni la DDTM ne réagissent. Par ailleurs, les dommages doivent être estimés par des experts indépendants des organisations de chasseurs, qui ne sont pas juges et partis ! Ensuite, il suffit de se mettre d’accord sur le rendement de la parcelle et faire la différence avec la quantité récoltée, personne ne sera lésé. Le temps passé par les agriculteurs à surveiller leurs champs, les dégradations de matériel suite au passage dans les trous creusés par les sangliers, la remise en état des terres après la récolte... tous ces éléments se sont pas indemnisés aujourd'hui.

Quelle profession accepterait que son travail soit détruit sans aucune indemnité ? Il est inadmissible que la vie de nombreuses exploitations agricoles soit mise en péril pour les loisirs et le plaisir de quelques-uns ! Si les agriculteurs étaient bien indemnisés, la presse ne se serait pas emparée du sujet. Que les responsables, nantis et déconnectés de la réalité, aient enfin le courage d’assumer ! Les vastes surfaces de maïs n’ont rien à voir avec la multiplication des sangliers, qui est due uniquement à la gestion désastreuse de leur population, et de la forêt en général, par un microcosme de gens incompétents qui se gaussent des déboires des paysans. N’oublions pas que la présence de ces hardes sur les routes met en danger toute la population. »

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 9 RÉACTIONS


Sophie
Il y a 59 jours
J'oubliais : Lisez Hervé Pillaud, dans ses ecrits, il y a des des mots justes et vrais, plein de bon sens.
Répondre
Sophie
Il y a 59 jours
Bonsoir
Ca fuse dans tout les sens...apres lecture de tous vos commentaires, je suis écoeurée de voir que le sort du sanglier qui est un etre vivant n'est pas respecté en tant que tel. Je comprends vos soucis mais si vous commenciez par éradiquer les élevages ce qui diminuerait considerablement les degats dans les cultures. Puis interdire tout nourrissage : prenez la place d'un animal qui ne trouve rien à manger l'hiver vous aussi vous irez vous nourrir de ce qu'on vous donne. Ne les blamez pas c'est la faute de ces hommes qui aiment tuer et pour occuper leur dimanche ils prennent le fusil et volent des vies en infligeant des souffrances. Ces attitudes sont lamentables et indignes. C'est le lobby des armes qui est satisfait : tous ces gens qui achetent des armes font le beurre dune poignée de financiers. Et ces proprietaires tres heureux de louer leurs terres ou bois pour que les assoiffés de sang de violence volent encore des vies. NE SAVEZ VOUS PAS VIVRE TOUT SIMPLEMENT. COMMENT L'HOMME PEUT IL DEVENIR AUSSI CUPIDE ET EN OUBLIER LES VALEURS,les vraies ?
Ce message a été signalé 5 fois
Répondre
ISIDORE
Il y a 60 jours
cela arrange bien les propriétaires qui se frotte les mains en vendant au plus offrant leurs cartes de chasse et vous réclament leurs fermages toujours à la hausse , les pourris ne sont pas les sangliers ce sont eux en laissant leur proliférations et non leur régulation , ne parlons de la fédé des chasseurs et leur fameux expert qui sont la eux aussi pour ramasser du fric
Ce message a été signalé 3 fois
Répondre
sdf
Il y a 62 jours
le constat est simple , si l'administration avait la volonté de réduire les populations de sanglier , elle donnerait gratuitement le permis de chasse à tous les agriculteurs , mais c'est à croire que la disparition des éleveurs arrange bien les gens de l'administration qui trouvent leur bonheur sur le dos du malheur des paysans !
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 64 jours
En début de chasse un tel comportement de la part de l organisateur de la battue c est inadmissible Il n y a qu une solution dans ces cas ; tu menaces de sortir les terrains et si tu as le permis tu y vas le soir et tu tirailles à tord et à travers en général ça motive les troupes et si tu as peur de représailles ( ça arrive) un mail à la DDT et le soir même des tirs de nuit très très efficace après tu est un salopard mais l ordre reigne ! Amicalement Patrice
Répondre
steph72
Il y a 64 jours
Mon voisin a fait une battue dans le canton ,il y avait 23 sangliers dans une parcelle ,il en ont tué 4!
Fallait pas tuer les femelles pleines,les jeunes...
On en sortira jamais;.
Il y a urgence parce que la peste porcine est à nos portes et la ça va etre catastrophiques pour les eleveurs.
Répondre
byp71
Il y a 64 jours
je suis agriculteur et chasseur et tout les mec qui grogne vous attendez quoi pour passer le permis de chasse .c est ouvert a tous...quand il y a des grandes surfaces de mais ils tournent des jour entier devant les chien sans sortir du mais et quand ta 50%des chasseur qui ont plus de 70ans pas evidant...
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre
LOULOU
Il y a 53 jours
FAUX je met pas de fumier et la parcelle a été détruite a 100% deux année de suite
Répondre
Cocass
Il y a 65 jours
Une remarque de chasseur tu ne met pas de fumier et tu n aura pas de sanglier !!!!!!!!!!!
Ce message a été signalé 2 fois
Répondre